Pourquoi choisir l’IEF ? (l’Instruction En Famille)

Pourquoi les parents choisissent-ils d’instruire leur enfant à la maison ?

Il y a probablement autant de réponses différentes à cette question que de familles impliquées. Les parents qui choisissent l’IEF se retrouvent majoritairement dans un ou plusieurs des cas de figures suivants :

  1. Parce que l’enfant rencontre des problèmes à l’école
  2. Pour des raisons pratiques (déplacements fréquents, etc)
  3. Par conviction

 

1.Parce que l’enfant rencontre des problèmes à l’école

https://pixabay.com/fr/gar%C3%A7on-enfant-triste-seul-1666611/Le plus souvent la solution de l’IEF se présente à eux parce que l’école n’est pas (encore) adaptée à leur enfant : difficultés avec l’école, violences, enseignement inadapté, etc.

 

 

L’enfant est en souffrance à l’école :

  • Phobie scolaire
  • Harcèlement

Les parents choisissent l’IEF pour s’adapter à leur enfant, individu unique. Plus encore lorsque celui-ci a un profil atypique que l’Éducation Nationale ne sait pas toujours gérer.

Difficultés d’apprentissage scolaire

  • DYS (dyslexie, dysphasie, dyspraxie,… ; troubles spécifiques cognitifs ; troubles des apprentissages)
  • TDA (Trouble Déficitaire de l’Attention)
  • TDAH (Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité)
  • Handicap

Même regroupés au sein d’une classe d’enfants d’âge homogène, chacun d’entre eux reste unique. Personnalités, ressentis, rythmes de vie, d’apprentissage et de compréhension différents : certains peuvent ne pas y trouver leur compte. En IEF, l’enseignement est généralement dispensé par les parents. Ils connaissent les subtilités de “fonctionnement” de leur enfant, et sont donc capables d’adapter le contenu quotidien des apprentissages aux besoins de leur enfant. C’est un gain de temps non négligeable.

Grandes facilités d’apprentissages scolaires

Nous pensons ici aux enfants à Haut Potentiel (HP) (pour lesquels sont utilisés aussi les expressions EIP (Enfant Intellectuellement Précoce), zèbre sans oublier le syndrome d’Asperger). Ces enfants fonctionnent différemment. Pour certains apprentissages, ils vont beaucoup plus vite et pour d’autres, beaucoup moins.
 

2.Pour des raisons pratiques

https://pixabay.com/fr/ballet-ballerine-ballet-tutu-2789416/Emploi du temps très rempli :

  • Enfant sportif de haut niveau
  • Enfant artiste (musicien,..)
  • etc.

 

https://pixabay.com/fr/famille-voyage-italie-alpes-errer-789029/La famille bouge beaucoup géographiquement :

  • Voyage
  • Expatriation
  • Mutation professionnelle des parents

Pour des raisons temporaires :

La famille est en attente de trouver ou de créer une école alternative.

 

3. Par défaut, par conviction

C’est un choix de vie, choix effectué avant ou après la naissance de l’enfant, et parfois après une scolarisation. Bon nombre de parents se sentent dépossédés d’une partie de l’éducation de leur enfant et absents d’une partie importante de leur vie. Votre vie n’est-elle pas organisée autour et en fonction de l’école ? Certains parents pensent que s’ils continuent ainsi, la relation avec leur enfant pâtira de ces longues plages de séparation. En prenant la décision de déscolariser leur enfant, ils cherchent à partager du temps de vie de qualité. Apprendre, découvrir, explorer ensemble permet de tisser de solides liens, conscients et actifs.

Les raisons les plus souvent évoquées par ces parents :

  • Respect du rythme quotidien de l’enfant (prendre le temps de terminer une activité tranquillement, ne pas être dérangé, être au calme, pouvoir bouger…)
  • Respect du rythme biologique (heure du coucher, temps de sommeil, heure du réveil,…)
  • Repas à la maison (choix du menu, des horaires,…)
  • Réduction (ou absence) de l’attente de résultat (ni note, ni évaluation stressante)
  • Réduction (ou absence) de comparaison aux autres élèves
  • Prendre le temps de vivre (passer plus de temps en famille, ne plus courir après le temps,…)

Instruire son enfant, c’est avant tout permettre les apprentissages, et la découverte de la vie, au cœur de la famille.

L’instruction au cœur de l’éducation.

Les apprentissages se poursuivent tout naturellement au sein de la famille au fur et à mesure que l’enfant grandit. Les parents peuvent facilement s’adapter au fonctionnement particulier de leur enfant et prendre du temps pour que l’enfant puisse approfondir ses sujets de prédilection. De plus, s’il baigne dans un climat affectif et positif, cela favorise l’estime de soi et l’enthousiasme. Si des familles choisissent d’elles-mêmes d’instruire leur enfant dès le début, d’autres décident de déscolariser suite à des expériences douloureuses vécues à l’école. En effet, certains enfants peuvent ne pas s’épanouir à l’école, voire parfois perdre tout enthousiasme et joie de vivre. Les parents ne réussissant pas à dialoguer de façon constructive avec l’équipe enseignante, optent pour une instruction en famille.

Une grande liberté.

Quel bonheur de décider de ses propres horaires, choisir ses sujets, la façon de les travailler, choisir les personnes que l’on côtoie ! Ces enfants peuvent rencontrer différentes classes d’âges. Les enfants IEF se moquent de connaître l’âge des autres, un jeune de 7 ans jouera avec un de 13 ans, un de 5 ans avec une de 14 ans, les grands veillent sur les petits, les petits apprennent des grands. Les enfants sont au contact d’adultes divers et variés, ce qui leur permet d’être à l’aise avec les adultes en général. Le plus grand cadeau que l’on fait à nos enfants avec l’IEF, c’est du TEMPS ! Du temps pour jouer, rêver, essayer, s’ennuyer, se tromper, évoluer à son rythme, bricoler…

« Quel que soit le mode cognitif auquel se rattache un enfant,

le contrer dans sa manière d’être, c’est l’entraver ».

Joseph Vaillé

Kirstin Guilbert Letouzé, fondatrice de vivreenfamille.org, pour Pass éducation