Les lois naturelles de l’enfant, livre de Céline Alvarez

L’histoire du livre

Véritable succès vendu à plus de 200 000 exemplaires en France, « Les lois naturelles de l’enfant » écrit par Céline Alvarez tente de faire germer une étincelle d’espoir au sein de l’Education nationale. Oui, il est possible de dépoussiérer les programmes scolaires. Oui, nous avons la capacité d’instaurer un meilleur respect des rythmes d’apprentissages de chaque enfant. Oui, les élèves peuvent s’épanouir en classe. 

Pour le prouver, Céline Alvarez décidera de passer le concours de professeur des écoles en 2009. Deux ans plus tard, elle obtiendra l’autorisation du ministère de l’éducation de prendre en charge pendant trois années une classe de maternelle en ZEP (Zone d’Education Prioritaire), à Gennevilliers. Elle recevra également carte blanche pour y instaurer durant ce temps son propre système, son projet pédagogique. Céline s’associera avec Anna Bisch, agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM). A deux, elles instaureront plusieurs mesures révolutionnaires à cette époque. Parmi celles-ci sera retenue particulièrement de ne plus séparer les enfants par catégorie d’âge comme de coutume dans les établissements scolaires classiques (petite section à 3 ans, moyenne section à 4 ans, grande section à 5 ans). Elles s’équiperont du matériel didactique, issu de la méthode Montessori, élaboré par les docteurs Jean Itard et Edouard Seguin au XVIIIème siècle. Elles laisseront à la disposition des élèves de nombreux ateliers : apprendre à coudre, activités de motricité fine, apprendre à nettoyer une table, prendre soin d’une plante, lecture, écriture, mathématiques, géométrie, géographie, peinture, musique… Chaque thème seront abordés et démontrés à un petit groupe d’enfants à la fois, jusqu’à propager la connaissance inédite à la classe entière. Par la suite, chaque élève sera libre de se perfectionner à l’atelier de son choix parmi ceux qui lui auront été présentés. Les enfants obtiendront la permission d’échanger entre eux, les plus âgés prenant le temps d’instruire les plus jeunes. Grâce à ce fonctionnement pouvant paraître anarchique, le « schéma vertical » de l’enseignant apprenant à ses élèves se verra remplacé par un « schéma horizontal », où chaque enfant deviendra l’égal de l’adulte. Le savoir sera partagé par 25 personnes de tous âges. Concernant les règles de vie, elles demeureront volontairement restreintes pour rester accessibles aux jeunes élèves :  

  • interdiction d’interrompre un camarade lorsqu’il est en plein atelier 
  • prendre soin du matériel et le ranger après son utilisation 
  • respecter les autres (pas de violence verbale ou physique).  

A la fin de l’expérience, les résultats sont édifiants : tous les enfants de grande section finissent lecteurs ainsi que 90% des élèves de moyenne section. Toute la classe affiche d’excellentes compétences en arithmétique. Tout le groupe a développé de grandes qualités morales et sociales. Malgré cet excellent constat, le couperet tombe : l’Education nationale ordonne la fin de l’expérimentation. Céline Alvarez se voit confisquer la totalité de l’équipement qui lui avait été attribué. Lui est également refusé de continuer à dispenser ses cours à des enfants de maternelle d’âges confondus. Elle décide alors de démissionner en vue de poursuivre ses recherches autrement. Par la suite, Céline Alvarez partagera son récit à travers un blog sur internet et son manuscrit : “Les lois naturelles de l’enfant”. 

 

Que découvre-t-on dans le livre ? 

Le livre contient plus de 400 pages. Il se découpe en plusieurs grandes parties :  

  • L’intelligence plastique de l’être humain : Plusieurs sous chapitres traitant du développement intellectuel des humains, de la naissance à l’âge adulte. Le tout en s’appuyant sur les dernières recherches en neurosciences. Cette section comporte de nombreux exemples compréhensibles qui illustrent très clairement les thèmes abordés. Les explications sont accessibles, en ressort une lecture agréable et passionnante. 
  • L’aide didactique : Présentation du matériel didactique tiré de la pédagogie Montessori. L’équipement y est classé par matière. Chaque atelier est détaillé, indiquant la posture que l’adulte devrait adopter face à l’enfant en vue d’un apprentissage de qualité.
  • Soutenir le développement des compétences socles de l’intelligence : L’importance de permettre à l’enfant de développer ses potentiels embryonnaires au moment où ceux-ci cherchent à se développer. Encourager au chemin de l’autonomie pour un meilleur épanouissement.
  • Le secret, c’est l’amour : Partie qui aborde la nature sociale de l’être humain. Son besoin de reliance avec autrui, cette connexion qui lui apporte réconfort et bien-être. En découle un meilleur accueil des enseignements. 

 

Que se passe-t-il après l’expérience à Genneviliers ? 

D’après Richard Merra, adjoint à l’enseignement maternel et primaire de la ville de Gennevilliers, l’expérience aura finalement été clivante, car les parents étaient en demande d’une chose que les établissements scolaires ne sont pas en mesure de leur apporter. Il ajoute que l’Education nationale n’avait pas préparé le projet de Céline Alvarez proprement, provoquant des tensions. De leur côté, les parents conquis par la méthode de Céline ont décidé d’ouvrir une association dans le but de faire perdurer les initiatives. Quant à Céline Alvarez, devenue conférencière et pédagogue, elle multiplie les rencontres entre les professionnels de l’éducation de tous les pays afin de continuer à propager ses valeurs et connaissances. C’est ainsi que 750 enseignants belges se sont réunis durant 8 jours en 2018/2019 à Bruxelles dans le but d’améliorer leurs pratiques en classe. Partout dans le monde, nombreux sont les instituteurs(trices) à avoir adopté les outils pédagogiques que Céline Alvarez partage. Ils révolutionnent leur vision de l’éducation et encouragent d’autres professeurs à suivre la même voie. Grâce à cet élan, il est maintenant possible d’observer fleurir de multiples classes à la méthode Montessori, aussi bien dans le secteur privé que public. 

 

Céline Alvarez et l’instruction en famille (IEF) 

Céline Alvarez avertit dans son livre le parent enthousiaste à l’idée de reproduire sa méthode à la maison : le matériel didactique n’a que peu d’intérêt s’il est présenté à un enfant seul. D’après elle, aucun adulte ne pourrait rivaliser face à l’effet social catalyseur d’une classe. Ce qui rend les ateliers riches en enseignements seraient étroitement lié à la qualité des échanges avec des interlocuteurs d’âges différents. Elle conclut toutefois en invitant les parents à trouver le bon équilibre. En laissant l’enfant libre de se mêler à une communauté galvanisante dans le but de vivre des expériences. Le matériel ne serait alors qu’un outil servant à aiguiller de nouvelles connaissances acquises en se confrontant au monde.  

 

 

Marie, fondatrice du blog m123pommes, pour Pass éducation