Instruction en famille : la rêver oui, l’idéaliser surtout pas

Tout part d’un rêve. N’importe quel projet avant d’être concrétiser est rêver. Et c’est le cas aussi pour l’instruction en famille. Tout commence par une pensée, une réflexion, un espoir qui au fur et à mesure du temps se développe pour devenir un rêve. C’est grâce aux actions qui seront mises en place qu’il va se matérialiser pour devenir votre quotidien. Vos rêves ne doivent avoir aucune limite. Seul la perfection n’y a pas sa place.

Rêver est indispensable

Rêver est loin d’être inutile, c’est même indispensable. J’aime beaucoup la citation de Doe Zantamata: «Tout commence par un rêve. Ajoute la foi et cela devient une croyance. Ajoute l’action et cela devient une partie de la vie. Ajoute la persévérance et cela devient un objectif en vue. Ajoute la patience et le temps et cela se termine par un rêve devenu réalité.»
Peut être en êtes vous encore au stade du rêve. C’est une très bonne chose, continuez ! Vous imaginez le déroulement de vos journées, les activités que vous allez proposez à votre ou vos enfants. Vous pensez déjà aux sorties que vous allez lui proposer, à l’enthousiasme dont il fera preuve. C’est la première étape, en rêvant vous imaginez le possible et l’impossible, vous cherchez des solutions à tout ce qui pourrait barrer votre chemin, vous peaufinez votre projet. D’ailleurs, un rêve qui ne devient pas réalité est un rêve qui n’a pas été assez rêvé.

Rêver oui, idéaliser surtout pas

Il peut arriver de basculer du rêve à l’idéalisation. C’est à dire imaginer une instruction en famille parfaite. Tout se passe à merveille, votre enfant est réceptif, il est enthousiaste, vous gérer parfaitement votre temps. Tout est beau dans le meilleur des mondes. Vous avez une image de vous, une image de votre enfant, une image de l’instruction en famille qui sont loin du réel. La perfection pourra alors être un frein, une cause d’échec. Peut être qu’avant de sauter le pas, vous aurez besoin d essayer d’instruire votre enfant durant les vacances scolaires par exemple. Il est certain que cette expérience ne ressemblera en rien à votre idéal. Si vous êtes loin de ce que vous aviez idéalisez, vous ne sauterez jamais le pas, vous culpabiliserez de ne pas être à la hauteur. Il y aura des moments difficiles, c’est indéniable. Il y aura la fatigue, les doutes, l’envie de ne rien faire aussi. Et c’est pareil pour votre enfant, parfois il sera réceptif, d’autres fois il n’aura pas envie, parfois il n’y arrivera pas tout simplement. Ces éléments sont à prendre en compte dès le départ. Il est important d’accepter de faire des erreurs, de se tromper, de ne pas être parfait et de l’assumer. Votre enfant à ses qualités, ses défauts, ses envies, ses rêves. Pour qu’il s’épanouisse, il est nécessaire de l’accepter dans son entièreté. Vos erreurs ne sont pas des échecs. Au contraire, elles vous poussent à faire autrement et à vous améliorer pour vous rapprocher chaque jour de votre rêve.

Rêvez votre instruction en famille pour lui donner vie mais ne l’idéaliser pas au risque d’être déçu. Soyez un parent imparfait mais qui fait de son mieux.

 

Salima Daanoun, du blog 123petitesgraines.fr, pour Pass Education