Comment adapter l’environnement pour des apprentissages bienveillants des enfants avec TED

Il s’agit d’instaurer un climat d’apprentissage serein, d’un environnement pédagogique positif. Ces dispositions vont permettre à l’enfant avec TED de mieux adhérer et accepter les apprentissages. L’enfant avec des TSA a des capacités. Il faut juste tenir compte de sa spécificité de fonctionnement et de ses difficultés qui sont parfois dû à des éléments externes tel que l’environnement.

 

 

 

 

Adaptation et structuration de l’espace 

Il est préférable que l’environnement d’apprentissage soit le plus neutre possible et bien épuré pour qu’il puisse se concentrer et comprendre plus facilement la tache demandée. L’environnement d’apprentissage doit être le plus organisé pour assurer un apprentissage sans nuisance pour l’enfant avec TSA ; D’ailleurs il faut savoir que la moindre perturbation aussi bien visuelle qu’auditive peuvent mener à une perturbation des moments d’apprentissages et l’enfant les exprime à travers les cris, la fuite, jeter le matériel et même exprime par l’agressivité pour certains enfants ; d’ailleurs Ron Leaf et John McEachern en parle dans leur livre autisme et ABA : une pédagogie du progrès , ils nous parlent de l’impact de l’environnement sur les apprentissages « créer des conditions d’apprentissages positives réduit les comportements problématiques ». D’ailleurs l’espace d’apprentissage doit être organisé, structuré, clair et aussi il doit être stable car l’enfant avec TSA a du mal à accepter les changements. En effet rien que les changements c’est une notion à travailler avec lui progressivement, l’autiste est doté d’un souci du détail qui est handicapant parfois, car face un changement imprévisible dans l’espace, par exemple changer l’emplacement de sa chaise ou le rangement des activités, peut inquiéter d’une façon considérable l’enfant et même bloquer ses apprentissages. D’où l’importance de l’adaptation de l’espace d’apprentissage pour un enfant avec TSA. Il devra être bien pensé, chaque partie devra avoir sa fonction avec une indication en forme de pictogrammes bien clair ; aussi essayer d’éliminer ou au moins minimiser tout type de perturbation aussi bien visuelle comme c’est précédemment expliqué qu’auditive. La perturbation auditive peuvent être des bruits qu’on entend souvent et qui n’affectent pas forcement notre concentration mais pour un autiste c’est très diffèrent car il est hypersensible aux stimulations externes.

 

Adaptation et structuration du temps

On pourra représenter les horaires par une représentation visuelle plus significative pour l’enfant avec TSA, pour l’aider à se représenter le temps. Etant une notion très abstraite et non tangible, le temps est un facteur très important dans l’environnement de l’enfant avec TSA car il contribue à rendre son environnement plus prévisible et à ritualiser qui est une notion d’une certaine importance pour l’enfant avec TSA afin d’éviter toute sorte d’angoisse et d’anxiété susceptibles d’arriver. La structuration du temps aide donc les enfants avec TSA à comprendre ce qu’on attend d’eux tout au long de la journée et à mieux gérer les transitions face à un problème ou absence même d’une communication. D’où l’importance d’utiliser un emploi du temps qui structure visuellement le temps tout en affichant le programme soit d’une demi-journée au début puis d’une journée jusqu’à l’affichage de l’emploi du temps d’une semaine ; cet emploi du temps peut avoir des représentations différentes selon le niveau de compréhension de l’enfant. En effet au début on représente généralement l’activité avec un objet significatif puis on passe à la photo ensuite un picto et enfin on écrit le mot de l’activité à faire pour que la représentation temporelle suive l’évolution de la communication de l’enfant porteur de TSA.

Le message verbal n’a pas toujours sa place, c’est souvent difficile de le d’assurer la compréhension. On peut communiquer à l’enfant à chaque fois des messages différents pour annoncer des activités à des moments de la journée mais on ne peut en aucun cas maintenir la même structure du message au mot près ce qui peut engendrer une mal compréhension donc de l’imprévisible et par conséquent l’angoisse car comme on l’a expliqué, l’autiste n’apprécie pas l’imprévisible et il est très attaché à ses routines. Donc structurer visuellement la journée ou la semaine de l’enfant a travers un emploi du temps l’aide à mieux gérer les transitions il lui suffit de jeter un coup d’œil et il comprendra ce qui est prévu dans la journée.

 

Adaptation et structuration des activités

Toute adaptation et structuration a comme objectif une meilleur compréhension et assimilation et par conséquent une diminution progressive des angoisses et des problèmes de comportements de l’enfant avec TSA ; d’où l’importance aussi de l’adaptation et la structuration de l’activité qu’on va proposer à l’enfant avec TSA afin de mieux comprendre. Il s’agit donc d’une organisation logique de la tâche en indiquant d’une façon très lisibles l’activité et de lui disposer le matériel nécessaire pour ne pas le mettre en situation de confusion. L’enfant avec TSA a besoin d’une organisation rigoureuse de la tâche et de savoir clairement comment faire l’activité et aussi la quantité du travail demandé. En fait quand il s’agit d’une activité qui regroupe un certain nombre d’étapes on la lui décortique ; c’est-à-dire on lui explique étape par étape pas toutes en même temps car cela peut le mettre en confusion ou même l’induire dans l’incompréhension totale de l’activité malgré qu’il sait la faire. Aussi il faut indiquer le début et la fin de la tache sans oublier de lui montrer son avancement c’est-à-dire lui faire comme une to-do list selon son niveau de compréhension c’est-à-dire avec des images réelles, des pictos ou juste en écrivant l’étape à accomplir. Faciliter le traitement des informations en simplifiant les consignes et même en les décomposant avec des images ou des pictos ; une image vaut mille mots parfois.

Pour conclure , l’enfant avec TSA dans sa différence ait une vision particulière des choses. Des mises au point ou des adaptations selon son niveau de compréhension peuvent beaucoup l’aider à avancer et à apprendre des choses quelque soit la notion à comprendre et à apprendre ; sans oublier de prévoir régulièrement des temps de pause avec des activités plaisantes mais organisées pour maintenir le niveau d’attention et lutter contre la fatigue qui peuvent l’induire en situation de crise.

 

 

Hamdi Sinda, fondatrice de familyblog, pour Pass éducation