Linda : Carla (11 ans) et Emma (15 ans) en IEF depuis septembre 2018 | Expérience IEF

Linda a 2 filles, Carla et Emma, 11 et 15 ans.

Pourquoi avoir choisi l’IEF ?

La famille réfléchissait à l’IEF depuis 3 ans. Linda et son mari voulaient que ce soit un choix de la part de leurs enfants. Ils ont des amis qui pratiquent l’IEF, les filles avaient donc un aperçu sur ce mode de vie. Toutes 2 souhaitaient d’abord terminer le collège (pour Emma) et le primaire (pour Carla). Carla a été rassurée par une conférence du canadien Thierry Pardo. Ce fut le déclencheur. Plusieurs familles présentes lors de cette conférence se cherchaient. Ils y ont trouvé beaucoup de gentillesse et fait de belles rencontres. La famille s’est donc lancée dans l’aventure IEF en septembre 2018, avec l’accord de tous et au moment où chacun était prêt. Linda et son mari trouvent le système scolaire obsolète, ne cautionnent pas le harcèlement, le non respect du rythme des élèves, regrettent le manque d’informations, les cours pas complets, les mensonges, la comparaison. Ils ne sont pas en accord avec l’obligation de réussite générant du stress. Carla avait souvent mal au ventre, était angoissée et stressée. Ils constatent que l’école ne tient pas compte des particularités de chaque enfant. Ils n’ont aucun regret concernant leur choix de l’IEF. Les filles savent qu’elles ont toujours la possibilité de retourner à l’école si elles le souhaitent. Linda et son mari n’y verraient pas d’échec, mais une expérience de vie.

Quels sont les aspects positifs de l’IEF ?

Aujourd’hui Emma et Carla travaillent à leur rythme, elles ont moins de stress. Elles peuvent respecter leurs besoins en quantité et horaires de sommeil. Les soirées se passent plus tranquillement, sans impératifs horaires et obligation de se presser pour le repas. Elles peuvent se coucher plus tard, et leurs parents profitent de moments privilégiés avec elles.

Carla et Emma participent-elles à des activités extérieures ?

Elles pratiquent la gymnastique de compétition. Linda précise que les filles avaient le choix entre gym de compétition et gym loisir. Elles ont choisi compétition pour le nombre d’heures plus élevé (4h au lieu d’1h30), mais qu’elles n’ont pas d’attente par rapport à la compétition. Elles suivent en plus des cours de perfectionnement de 2h les vendredis soirs, ce qui ne serait pas compatible avec l’école étant donnée l’horaire tardif. Elles sont également aide mono, c’est à dire qu’elles apprennent le métier pour aider à la gym (parade), 4h pour Carla et 2h pour Emma.
Elles font aussi 1 heure de danse par semaine. Carla suit un cours de dessin de 1h30. Elle a gardé contact avec ses copines de l’école qu’elle retrouve au club junior (périscolaire) lors d’activités diverses. Emma fréquente le conservatoire de danse classique et contemporaine, 4h par semaine. C’est un rêve car elle veut devenir danseuse. Cela devient possible car les journées sans école libèrent du temps. Carla et Emma ont toutes 2 été retenues pour participer aux spectacles 2019 du Puy du Fou. Elles s’entraîneront (danse) tous les samedis après-midi de janvier à avril, et assureront une vingtaine de représentations durant la période touristique. Les sorties en famille occupent une grande partie de leur temps : Linda étant assistante maternelle, elle en profite pour emmener les enfants qu’elle garde, ainsi que ses filles en forêt. Ils construisent actuellement un herbier. Ils ont un pass pour visiter des sites en illimité, des expositions, et font des sorties découverte de la Vendée. La famille participe à des activités avec un groupe IEF : la fête de l’hiver le 21 décembre, des spectacles, des sorties dans les parcs aux beaux jours, des activités sportives.

Comment l’entourage a t’il pris votre décision de l’IEF ?

Ça s’est bien passé avec la famille de Linda. Bien que sa grande sœur soit professeur des écoles, elle lui a dit : « C’est super ». Par contre, ce fut plus compliqué avec la belle famille. Linda et son mari se moquent du jugement des autres. Ils ont fait ce choix pour les filles et pour eux-mêmes. Leurs amis se questionnent sur la façon de faire l’IEF, le contact avec les autres enfants et les sorties, mais ne jugent pas. Ils ont suivi le cheminement de la famille et n’ont pas été surpris de leur décision. Ils ont été rassurés par le choix réfléchi.

Comment s’est passée l’inspection ?

L’inspection est prévue pour le mois de janvier 2019. Linda et son mari ont reçu un courrier du bureau de l’éducation nationale mentionnant un contrôle obligatoire, ce qui a stressé les filles.
Les date et heure n’arrangent pas la famille car les filles ont des activités payées. Linda a appelé la secrétaire pour lui faire part de ce problème. Elle a été très mal reçue. De plus, l’examen aurait lieu avec d’autres enfants, sans les parents, alors que c’est normalement illégal. Ils auraient le droit d’être présents. Linda a envoyé un courrier dans lequel elle propose d’autres dates. Ces démarches sont en cours…

Emma et Carla ont-elles des projets pour l’avenir ?

Emma souhaite être danseuse. Carla veut écrire des livres avec illustrations. Elle a déjà commencé. Elle est passionnée par le monde invisible, les fées. Elle joue aux barbies et playmobils. Ses parents souhaitent lui laisser l’opportunité de garder le côté magique de l’enfance. Ses copines aiment aussi jouer aux barbies quand elles viennent chez Carla. Les enfants actuels sont éveillés et Linda regrette que le système scolaire et la société en générale soit en train de les lobotomiser. Elle retrouve la même philosophie de vie chez les familles pratiquant l’IEF : l’ouverture d’esprit, l’intérêt pour le monde invisible, les médecines parallèles (son mari est hypnothérapeute), le végétarisme…

Comment s’est passée votre propre scolarité ?

Linda a suivi sa scolarité dans une « école classique », a passé un Bac scientifique et poursuivi avec un BTS. Elle n’aimait pas son métier qui résultait d’une obligation de parcours scolaire. Son mari a vécu aussi de la frustration dans ce domaine. Ils ont reporté ce qu’ils n’ont pas pu faire sur leurs filles. Ils veulent qu’elles réalisent leurs rêves, deviennent autonomes et vivent pleinement. Ils transmettent à leurs filles leur droit à l’erreur, et l’importance des expériences de vie.

Est-ce que vous auriez des conseils à donner aux familles désirant se lancer dans l’IEF ?

  • Penser à soi et à ses enfants, être un peu égoïste.
  • Ne pas prêter attention au jugement des autres.
  • Demander à l’enfant ce qu’il en pense.
  • Etre exemplaire pour donner envie, sans forcer les gens, pour qu’ils se posent des questions.
  • Respecter les choix de chacun.

Si vous deviez choisir un mot pour évoquer l’IEF, lequel choisiriez-vous ?

« Liberté ! »

Je remercie infiniment Linda d’avoir accepté de nous livrer son expérience de vie et ses conseils. Si vous aussi, vous souhaitez témoigner, rejoignez IEF Pass éducation sur Facebook, Instagram ou Twitter et contactez-nous ! Notre équipe de rédaction sera heureuse de discuter avec vous à propos de votre parcours IEF !

 

Florence P, pour Pass éducation