Charlotte Mason

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Charlotte_Mason_1902_Frederic_Yates.jpg

Charlotte Mason est une pédagogue britannique du début du XXe siècle ; on la surnomme la mère du homeschooling, car sa méthode a été reprise très rapidement par les familles instruisant leurs enfants. Elle développa notamment 20 principes d’éducation.

Le premier principe affirme que les enfants sont des «personnes», dès la naissance. Pour Charlotte, nous sommes limités à trois moyens éducatifs – l’atmosphère, la discipline de l’habitude et la présentation d’idées vivantes. Sa devise : «L’éducation est une atmosphère, une discipline et une vie».

 

https://pixabay.com/fr/personne-humain-enfant-fille-987557/Charlotte combat ardemment le «parler bébé» et les livres sans âmes : elle préconise dès le plus jeune âge l’utilisation de livres écrits par des passionnés, et dans un langage soutenu. Le cerveau se nourrit d’idées, donc les enfants devraient avoir libre accès à des connaissances nombreuses et variées. «L’Éducation est la science des relations», Charlotte préconise les exercices physiques, l’observation de la nature, les travaux manuels, la science, les arts… afin d’éviter la monotonie, qui pourrait créer «une diète mentale», et d’encourager la curiosité. Il est important pour Charlotte que l’enfant réinvestisse les notions lues ou entendues en en faisant un résumé écrit ou oral. Dès son plus jeune âge, l’enfant s’entraîne à résumer sa lecture. Charlotte insiste sur le fait qu’il est contre productif de relire une deuxième fois : pour elle, l’enfant est à même d’être attentif pour en ressortir les éléments clés. De même, il n’est pas nécessaire de commencer à lui poser des questions. Cela se fera dans un second, temps, si besoin.

Un de ses mantras, que l’on pourrait comparer au «Aide-moi à faire seul» de Montessori, est «Apprendre plus en enseignant moins» : l’enfant apprend bien plus lorsque l’on n’essaye pas de lui enseigner quoi que ce soit. Elle insiste aussi sur la formation du caractère et l’esprit critique. Afin d’aider les enfants plus âgés à accepter ou rejeter une idée, on leur offre des principes de conduites et un large éventail de connaissances. Charlotte conclut enfin qu’il ne peut y avoir de séparation entre vie intellectuelle et vie spirituelle.

La devise des étudiants est « Je suis, je peux, je devrais, je ferai ».

Concrètement, comment j’adapte sa méthode à nos besoins :

  • J’utilise des «living books», qui sont écrits avec passion par des auteurs spécialistes de la question désireux de partager leurs connaissances. Ces «living books» sont tout le contraire des manuels scolaires, ennuyeux, fades, et abêtissants (ce sont les mots de Charlotte). Donc, plutôt que de faire de l’histoire avec un cours conçu par des pédagogues désireux de faire plaisir au professeur, nous utilisons des supports écrits par des passionnés, que ce soit des romans ou des livres de référence.
  • Je propose à mes enfants les meilleurs auteurs, musiciens, artistes, sans les simplifier ni les mettre à leurs niveaux, afin qu’ils en apprécient la beauté (ou pas… mais dans ce cas-là, en toute connaissance).
  • Leur journée type est composée de 12 activités, d’une durée de 5 à 25 minutes. Ce temps peut sembler court, mais ils doivent être profondément concentrés sur leur travail pour l’effectuer avec efficacité.
  • Je leur demande de nombreuses narrations orales ou écrites, afin de réinvestir les lectures.
  • Ils tiennent aussi un journal de nature. Charlotte préconisait de sortir au moins 1 heure par jour avec ses enfants, quelle que soit la météo – en cela, elle rejoint l’esprit du scoutisme : dès 1905, avant même le premier camp scout à Brownsea, elle intègre au programme de ses écoles le premier ouvrage de Baden-Powell, «Aids to Scouting».

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Baden-Powell_ggbain-39190_(cropped).png

Un lien vers la méthode CM aux USA : http://www.amblesideonline.org/

 

Isableue pour Pass Education