Famille recomposée de 4 enfants | Expérience IEF

Aujourd’hui, et pour le premier épisode d’une longue série d’interviews, j’ai eu la joie d’interroger Kirstin Guilbert Letouzé qui accepte de nous livrer son expérience de l’IEF (Instruction En Famille) ! Kirstin est belle-maman de deux enfants, Zoé (née en 2008) et Dorian (né en 2009). Elle est également Maman de deux enfants, Louriann (né en 2014) et Jenaa (née en 2016). Mariée, elle est la rédactrice en chef de plusieurs sites internet (DYS Positif, IEF Pass éducation et Vivre en famille). Après avoir eu la chance de découvrir divers paysages normands, elle vit désormais à Argentan dans l’Orne (61).

Pour commencer, tous les enfants sont-ils en IEF ?

Non ! Kirstin m’explique qu’elle est la « troisième maman » , ses deux beaux-enfants n’étant pas nés d’une même union. Le mari de Kirstin n’a pas la garde principale de Zoé, elle est scolarisée dans une école classique. Dorian, lui, cependant, vit avec son père et est descolarisé depuis un an et demi. Concernant Louriann et Jenaa, ils ne sont jamais allés à l’école et… « n’iront jamais à l’école publique classique utilisant des méthodes traditionnelles, sûrement, en tout cas pas dans les années à venir parce qu’on a d’autres projets » ajoute leur maman. En effet, le couple prévoit l’ouverture d’un éco-lieu en Normandie avec tout ce qu’il faut pour les enfants en ce qui concerne le matériel pédagogique, les activités, mais également un potager, des animaux… Le but étant d’obtenir une autonomie alimentaire, favoriser le partage, accueillir des familles IEF, et bien d’autres choses encore !

Cependant, Kirstin m’explique que si elle n’est pas totalement fermée à l’idée de scolarisation future, ce sera néanmoins sous certaines conditions : elle se fera en école ou collège démocratique, afin de ne pas subir la violence qu’on peut trouver dans les établissements publics classiques telle que le harcèlement scolaire, explique-t-elle. Malgré tout, une scolarisation n’est pas envisageable avant sept ans, ensuite elle le sera en fonction de l’envie de l’enfant, le projet, sa maturité. Elle explique le choix de cet âge par le développement cérébral de l’enfant qui n’est pas encore assez avancé à 7 ans pour prendre ce type de décision. Par exemple, lorsque Dorian a demandé, il y a peu à être rescolarisé, ils ont cherché à connaître le besoin caché derrière cette demande. L’enfant exprimait en fait l’envie de voir des enfants et faire des activités « tous les jours » . Elle développe : « Dans sa tête, il n’y avait que l’école qui pouvait répondre à cette demande » . Le couple a donc cherché des solutions pour satisfaire son besoin en programmant des activités quotidiennement. Nous reviendrons plus loin sur ce qui a été mis en place.

Depuis quand êtes-vous en IEF ? Et pourquoi avoir fait le choix de descolariser Dorian ?

Lorsque Louriann a eu deux ans et demi, Kirstin a découvert l’IEF grâce à internet. Suite à ça, le couple a fait le choix de ne pas scolariser leur enfant. À cette nouvelle, Dorian, en classe de CE1 à ce moment là, a demandé à faire, lui aussi, l’école à la maison. Il a donc terminé l’année en cours, et n’y est plus retourné ! Le choix de l’instruction devant se faire conjointement avec sa maman, elle a également dû signer la déclaration d’IEF. À l’époque de sa découverte, Kirstin avait une toute autre image de ce qu’est finalement l’IEF pour sa famille aujourd’hui. Elle avoue en riant : « J’imaginais que c’était du formel. Qu’on allait les laisser  » un peu libre  » mais pas trop » , elle imaginait proposer des activités et que les enfants viendraient avec enthousiasme… Tandis qu’à l’heure actuelle, ils ont fait le choix du unschooling, également appelé « apprentissages autonomes » . Les enfants sont totalement libres, participent au quotidien, la vie se déroule normalement, les parents répondent aux questions, satisfont leur soif d’apprendre naturelle. Les parents adaptent l’environnement de l’enfant à ses demandes. La famille n’a pas de journée type mais plutôt une semaine type. Deux fois par semaine une aide ménagère vient chez eux. Deux après-midi par semaine , Kirstin fait du co-working avec une autre maman qui pratique l’IEF pendant que les enfants jouent entre eux. Une matinée est réservée à une sortie à la médiathèque suivie d’un pique-nique si le temps le permet. Dorian fait également de l’équitation et va une demie-journée par semaine chez une famille IEF qui possède un haras ainsi que de nombreux jeux pédagogiques et propose de garder régulièrement des enfants non-scolarisés. De cette façon, Dorian, comme il le souhaitait, ainsi que les autres enfants ont chaque jour quelque chose de prévu et sont en contact régulièrement avec des « camarades d’IEF » !

De plus, Kirstin organise tous les trois mois une rencontre IEF chez elle où une trentaine de personnes se retrouvent. La prochaine rencontre approche et se déroulera l’après-midi du samedi 23 mars 2019, à Argentan. Amis normands, ou intéressés, vous pouvez vous rendre sur le groupe Facebook « Argentan IEF » où est publié l’événement ! Sont également organisés des ateliers ponctuels, environ une fois par mois, sur plusieurs thèmes (couture, cuisine, jeux, visites de musées, d’exposition,…).

Est-ce que tu as des conseils à donner à des familles désirant se lancer dans l’aventure de l’IEF ?

Dans un premier temps, elle conseille vivement de respecter la période de transition de déscolarisation de l’enfant ! Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet article : Déscolarisation : Quelle transition entre l’école et l’IEF (Instruction En Famille) ? . Elle ajoute, dans un second temps : « Les suivre dans leur enthousiasme ! Les accompagner dans ce qu’ils demandent et surtout, se défaire de nos croyances limitantes, revoir tout notre conditionnement parental et sociétal » .

Pour terminer, si tu devais choisir UN mot pour évoquer l’IEF lequel choisirais-tu ?

« Enthousiasme ! »

 

Je remercie infiniment Kirstin d’avoir accepté de nous livrer son expérience de vie et ses conseils. Si vous aussi, vous souhaitez témoigner, rejoignez IEF Pass éducation sur Facebook, Instagram ou Twitter et contactez-nous ! Notre équipe de rédaction sera heureuse de discuter avec vous à propos de votre parcours IEF !

 

 

Chloé, de La Famille Gwaï, pour Pass éducation