Apprendre à lâcher prise

Lorsque nous faisons le choix de l’Instruction en Famille, nous devons bien souvent faire face à la mise en place d’une nouvelle organisation, à la pression par rapport aux attendus de l’Education National et au regard des autres. Face aux multiples influences de tous les côtés, il faut donc apprendre au fil du temps à s’écouter : écouter les rythmes de chacun, écouter les personnalités de chaque membre de la famille, les fonctionnements internes, les mécanismes d’apprentissage de nos enfants, écouter les goûts et les passions, les convictions et les philosophies, mais aussi les peurs, les exigences. Nous allons aussi apprendre à lâcher prise. Lâcher prise sur nos attentes vis à vis de nos enfants, lâcher prise sur l’attente vis à vis de soi-même, lâcher prise vis-à-vis du regard des autres. Mais… qu’est-ce que le lâcher-prise ? Lâcher-prise, c’est avant tout se libérer de ses émotions.

 

Quelles sont les étapes pour apprendre à lâcher-prise ?

 

Accepter l’idée même de lâcher-prise

Eh oui, cette première étape peut paraître évidente, et pourtant, il est courant de voir des personnes qui ne veulent rien lâcher. Il faut accepter que tout ne dépend pas de soi. Loin d’être un signe de faiblesse, le lâcher-prise est au contraire une reconnaissance de ses propres limites et une protection salvatrice contre le surmenage.

 

Dédramatiser et lâcher-prise grâce à la visualisation

L’instruction n’avance pas comme vous le souhaitiez ? Des imprévus viennent se greffer et vous avez le sentiment d’aller vers l’échec ? Il convient alors de se recentrer sur le présent, sur ses sensations et de couper court aux tribulations du mental. Il est courant que lorsque tout ne se passe pas comme prévu, des idées négatives viennent nous polluer. Dans ce cas, vous pouvez utiliser la visualisation, en évoquant des images positives qui vont vous remotiver et vous redonner confiance.

 

Être à l’écoute des signaux de son corps

Lorsque vous êtes trop tendu, énervé, à cran, votre corps vous le dit. C’est le moment de lâcher-prise. Des maux de têtes ou d’estomac surgissent, la fatigue se fait sentir plus qu’à l’accoutumée. Ne considérez pas cela comme purement passager et ne foncez pas tête baissée. Si vous ressentez le besoin de prendre une pause, et laisser de côté l’instruction pendant quelques jours, faites-le et ne culpabilisez pas !

 

Apprendre à se détendre avec la respiration

Nous respirons sans nous en rendre compte. C’est vital ! Mais, la respiration est également un puissant outil pour lâcher-prise. Elle permet de se reconnecter avec le présent, de prendre du recul et de chasser les idées noires. Voici quelques exercices rapides de respiration lorsque vous sentez que les émotions vous submergent ou que les pensées négatives vous hantent. Ils vont vous apporter des bienfaits immédiat.

  • Prenez quelques minutes pour vous relaxer sur une chaise ou un fauteuil
  • Fermez les yeux
  • Concentrez-vous sur votre respiration, sentez votre ventre qui se gonfle et qui se dégonfle

Essayez cet exercice, entraînez-vous régulièrement et vous verrez que les résultats sont spectaculaires. La respiration a vraiment un pouvoir d’apaisement.

  • Se ménager des plages de plaisir avec la famille, les amis ou seul

L’idéal est de consacrer chaque jour un peu de temps pour se changer les idées, se relaxer sans penser à l’instruction, aux projets qui nous attendent.

Profitez également de ces pauses pour prendre l’air, rêvasser. Ce n’est jamais une perte de temps, mais au contraire un moyen de recharger ses batteries et de regagner de l’énergie.

Cette démarche nécessite de se faire confiance et de faire confiance à l’enfant, de lâcher-prise par rapport à nos croyances et à notre propre éducation. Apprendre à lâcher-prise sur cette idée bien enracinée de l’adulte qui sait et qui va apprendre à l’enfant. Apprendre à se déscolariser et à oser.

Cela n’empêche pas le parent de présenter des choses à son enfant, de l’emmener aux musées, de regarder des documentaires, de faire des balades contées en forêt ou autres activités d’éveil. Je suis convaincue que c’est la meilleure approche pour aider notre enfant à réussir sa vie : à être en paix, bien dans sa peau, à faire un métier qu’il aime et dont il est fier, à être l’acteur de sa vie, à savoir prendre des décisions et garder son esprit critique. Le parent joue un rôle essentiel. Mais il n’est plus ici le maître. Il est là pour l’accompagner dans ses découvertes, pour répondre à ses demandes et lui apporter les outils dont il a besoin pour mener à bien ses apprentissages.

Petit à petit, apprenons à avoir confiance en soi, à lâcher-prise, à se déculpabiliser de ne pas toujours être parfait, à se détacher du regard des autres. Le chemin peut être long mais l’amour et la bienveillance aideront à avancer.

 

Sylviana de Lamour en Vadrouille, pour Pass Education

 

[N.D.L.R.] Certains de nos articles peuvent ne pas traiter pas uniquement de faits formels et généralistes liés de près ou de loin à l’IEF car nos auteurs peuvent donnés leurs avis personnels et restent responsables de leur contenu sur notre espace dédié à l’IEF.