Quelles sont les différentes méthodes d’apprentissage de la lecture ? – CRPE 2022

Question sur le CRPE: « Quelles sont les différentes méthodes d’apprentissage de la lecture ? » 

Français Didactique – Cycle 2 – Lecture

Mon Pass pour le CRPE vous aide à préparer le concours du CRPE: concours de recrutement de professeurs des écoles

La lecture est une des compétences les plus importantes enseignée à l’école élémentaire. La loi pour l’école de la confiance de 2019 le rappelle : « les priorités sont désormais données aux savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter ».

La lecture et la compréhension de l’écrit figurent dans les programmes de cycle 2 et 3, se divisant en plusieurs connaissances et compétences associées.

Au travers des différentes époques, l’enseignement de la lecture s’est fait de plusieurs façons, suivant des méthodes particulières. Aujourd’hui, en France et dans de nombreux autres pays, la méthode recommandée est la méthode syllabique. En effet, en 2019, un guide pour l’apprentissage de la lecture surnommé « le guide orange » est sorti en France et met en avant la nécessité de l’utilisation de la méthode syllabique.

La méthode globale

Cette méthode était très à la mode dans les années 1970 puis a été écartée par l’Education Nationale en 2002.

Le but de cette méthode est que l’élève puisse reconnaître automatiquement un lexique de base afin de pouvoir concentrer son attention sur le sens. On conseille de proposer des mots de nombreuses fois pour en faciliter l’imprégnation, de les photographier pour les stocker dans la mémoire. L’élève identifie alors les mots par la reconnaissance de leur patron visuel qu’il a mémorisé. L’élève se souvient ainsi du mot comme d’une image, il ne lit pas le mot lettre par lettre. Il est ensuite capable de reconstituer des phrases contenant aussi des mots inconnus en s’appuyant sur le sens des mots qu’il connaît.

Les inconvénients de cette méthode sont que :

  • La méthode demande un effort de mémorisation très important qui peut engendrer des difficultés chez certains élèves
  • Elle peut engendrer des problèmes orthographiques, si l’image du mot est mal « photographiée », l’élève peut reproduire encore et encore la même erreur concernant le mot en question
  • Lorsqu’un élève rencontre un mot inconnu, il essaye de le « deviner » en se fiant au contexte compris grâce aux mots connus, au détriment du déchiffrage réel du mot.

La méthode syllabique

Cette méthode était très à la mode dans les années 1880 et est la méthode qui est aujourd’hui recommandée par le guide orange. Elle est aussi appelée méthode combinatoire.

Cette méthode préconise l’apprentissage des lettres puis des syllabes pour pouvoir ensuite former les mots. Ainsi, pour chaque lettre de l’alphabet correspond un son : l’élève doit apprendre à le reconnaitre, le mémoriser et le déchiffrer. De plus, ces lettres peuvent se combiner pour former d’autres sons supplémentaires que l’élève apprendra grâce à son enseignant (c’est la combinatoire).

Dès son plus jeune âge, l’enfant acquiert une conscience phonologique en écoutant ses pairs parler. C’est ce savoir qui lui permet d’aborder la lecture en ayant conscience de la structure du mot découpé en syllabes. Ainsi, l’enfant doit combiner les sons pour former les syllabes d’un mot (d’où le nom de lecture syllabique).

Le guide orange énonce cinq principes concernant l’enseignement de la lecture au travers de la méthode syllabique :

  • L’indentification des graphèmes et de leur prononciation qui doit suivre une progression tout au long de l’année
  • Il est recommandé d’éviter de confronter l’élève à déchiffrer des graphèmes qui ne lui ont pas été enseignés. En effet, cette démarche efficace permet à l’élève, au cours de la progression, de tout déchiffrer, ce qui rassure et met en confiance
  • La compréhension doit s’effectuer texte en main, avec un guidage du professeur, plutôt qu’à l’oral.
  • L’écriture doit être associée à cette progression en permettant aux élèves de choisir le ou les graphème(s) correspondant(s) à un son entendu
  • Les textes déchiffrés doivent intégrer des mots de vocabulaire ambitieux afin d’appuyer sur le volet compréhension de la méthode (exemple : rassasié, le chat s’assoupit sur le tapis). Le guidage du maître (en appui sur le texte) reste alors présent pour comprendre le sens des mots un peu compliqués.

La méthode mixte (ou méthode semi-globale)

Cette méthode était très en vogue dans les années 2000 et de nombreux manuels continuent d’exploiter cette méthode de nos jours.

La méthode mixte combine les éléments des deux méthodes précédentes ; elle repose sur le décodage ainsi que sur la reconnaissance globale des mots. En effet, tous les manuels utilisant la méthode mixte débutent l’apprentissage par la mémorisation d’un certain nombre de mots comme les articles et mots de liaison, puis poursuit par un enseignement du décodage et des correspondances graphophonologiques.

Cependant, cette méthode représente un inconvénient majeur dans le sens où ces méthodes dites « mixtes » proposent aux élèves en début d’année des supports qui ne sont pas 100 % déchiffrables, et induisent alors chez les élèves une représentation erronée de l’acte de lire : il leur est demandé de mémoriser certains mots globalement, d’en déchiffrer d’autres, de deviner ceux qui n’ont pas été mémorisés et ne sont pas encore déchiffrables, ce qui introduit une confusion très importante sur les opérations cognitives à effectuer pour lire.

 



Quelles sont les différentes méthodes d’apprentissage de la lecture Mon Pass pour le CRPE pdf

Quelles sont les différentes méthodes d’apprentissage de la lecture Mon Pass pour le CRPE rtf