Tour d'horizon rapide du site en vidéo

L’écriture en grande section : nos conseils pour les enseignants

​​Nos conseils pour apprendre aux élèves de grande section à écrire

L’année de grande section marque un tournant essentiel dans le chemin des élèves vers le monde de l’écrit. Ils apprennent l’écriture cursive et sont amenés à commencer à écrire seuls. Ces apprentissages supposent des prérequis développés en petite et moyenne section et nécessitent la mise en place d’activités adaptées. Découvrez nos conseils pour des pratiques efficaces d’écriture en grande section.

Les prérequis de l’écriture en classe de grande section

Écrire de manière autonome est un apprentissage qui s’appuie sur de nombreuses compétences à construire progressivement et simultanément. 

Qu’est-ce que l’écriture ?

L’écriture est un système de combinaison de signes qui codent des sons. Écrire ne se résume pas à tracer des lettres. C’est une activité intimement liée au langage oral qui a des fonctions précises :

  • garder une trace de ce qui a été dit ou pensé ;
  • communiquer des informations à des destinataires.

L’apprentissage de l’écriture comporte trois objectifs à travailler simultanément :

  • comprendre le système graphophonologique du français (la correspondance entre les lettres, les syllabes et les sons qu’elles transcrivent) ;
  • comprendre le sens de ce que l’on écrit (les lettres codent des sons, mais le mot a un sens. Il désigne un objet, une idée, une personne…) ;
  • maîtriser le geste graphique (le tracé correct des lettres demande une dextérité motrice qui s’acquiert progressivement).

Le programme du cycle 1

Le programme de maternelle publié au bulletin officiel de l’Éducation nationale de 2020 définit le langage comme un domaine de compétences fondamental. Les objectifs relatifs à l’apprentissage de l’écriture s’articulent autour d’une progression à mener sur tout le cycle 1. En grande section, le professeur concentre les enseignements sur les 3 repères de progressivité suivants :

  1. « Commencer à produire des écrits et en découvrir le fonctionnement » : l’enseignant propose des situations de production d’écrit. Il aide les élèves à construire des procédures allant de « l’élaboration orale préalable du message » jusqu’à son écriture (sous forme de dictée à l’adulte ou menée par l’enfant).  
  2. « Découvrir le principe alphabétique » : les élèves développent leur conscience phonologique et apprennent à reconnaître les sons codés par les lettres et groupes de lettres écrits.
  3. « Commencer à écrire tout seul » : pour écrire par eux-mêmes, les élèves développent progressivement des habiletés motrices multiples. Avant d’arriver aux premières productions d’écrits en autonomie en moyenne section, ils s’entraînent à des exercices graphiques, à l’écriture de mots isolés et ils intègrent la correspondance entre les 3 graphies des lettres (capitales, scriptes et cursives).

Conseils pour une progression d’écriture en grande section

Les exercices graphiques

Les exercices graphiques participent à la maîtrise de plusieurs activités graphomotrices comme le dessin, l’écriture des nombres et, en grande section, l’écriture cursive. Dès la petite section, les élèves pratiquent des activités de graphisme pour développer leur motricité fine. Pour faciliter la maîtrise du geste d’écriture en grande section, ces exercices se complexifient :

  • reproduire ou proposer des suites d’éléments graphiques complexes (avec alternance de motifs) ;
  • proposer ou respecter la contrainte de différentes organisations spatiales (non linéaires) ;
  • produire des tracés sur de petites surfaces ;
  • respecter le sens de tracé (sens inverse des aiguilles d’une montre) pour préparer à l’écriture des lettres ; 
  • tracer des motifs suivant une trajectoire balisée (en pointillés par exemple) ;
  • décalquer des éléments graphiques à partir de différents supports.

Toutes ces activités permettent aux élèves de se préparer aux contraintes motrices et spatiales de l’écriture (le sens de tracé des lettres, le respect du sens d’écriture et de l’espace de la page.)

La correspondance entre les 3 graphies

En petite puis en moyenne section, les élèves ont pratiqué l’écriture, d’abord en lettres capitales puis scriptes. L’enseignant attire leur attention tout au long du cycle 1 sur la forme des lettres dans les trois graphies et veille à les nommer systématiquement. Ce travail s’appuie notamment sur la manipulation des étiquettes prénoms et de mots simples rencontrés dans les albums jeunesse étudiés. En grande section, vous pouvez proposer des exercices systématiques pour consolider les connaissances des élèves : 

  • jouer aux dominos des lettres ou des mots (les élèves doivent associer les lettres ou les mots identiques dans deux graphies différentes) ;
  • trier des lettres dans différentes polices d’écriture (dans des boîtes de tris) ;
  • jouer au puzzle des lettres (chaque pièce du puzzle présente une graphie différente de la lettre donnée) ;
  • remplir des tableaux de correspondances des lettres dans les 3 graphies avec des étiquettes repositionnables ;
  • relier les mots identiques entre deux listes (une en écriture script et l’autre en cursive) ;
  • choisir, à partir d’un modèle de mot en écriture script, le mot correspondant en lettres cursives parmi 3 possibilités (par exemple fille, ville et film).

L’entraînement au tracé des lettres cursives

L’écriture des lettres cursives demande une maîtrise du geste graphique et du sens de tracé qui s’acquiert progressivement. Pour accompagner les élèves à prendre de bonnes habitudes, l’enseignant les observe régulièrement et veille à corriger systématiquement les gestes maladroits. Il propose aux élèves diverses activités d’entraînement qui mettent en jeu perception visuelle, toucher et motricité fine :

  • les lettres rugueuses Montessori : en suivant le tracé d’une lettre rugueuse avec son doigt, les enfants prennent conscience de sa forme et du geste à effectuer pour l’écrire.
  • les tracés dans la semoule : à partir d’un modèle, les élèves tracent des lettres dans de la semoule, du sable ou de la farine. Le geste n’est pas entravé par la présence d’un outil scripteur. La perception de la forme se fait par le toucher.
  • l’ardoise : ce support permet un tâtonnement par essai erreur qui n’est pas trop frustrant pour les élèves. L’outil scripteur est introduit, mais ils peuvent effacer leur travail et recommencer à loisir tout en choisissant de conserver leurs réussites pour les montrer.
  • les fiches d’accompagnement au tracé : les fiches d’écriture de lettres cursives constituent un outil intéressant pour guider le geste des élèves. Le tracé est généralement balisé par des pointillés et le sens indiqué par une ou plusieurs flèches. Elles permettent d’introduire la contrainte de la ligne que les élèves rencontreront plus tard dans leurs cahiers. Par ailleurs, l’aspect répétitif de la ligne de lettres permet un apprentissage réflexif dans lequel l’élève identifie ses réussites en déterminant les occurrences les mieux réalisées. Ces fiches peuvent être plastifiées pour s’entraîner au feutre effaçable ou imprimées sur une feuille de papier pour procéder à une évaluation.
  • les activités de segmentation : déterminer la fin d’une lettre cursive et le début de la suivante à l’intérieur d’un mot peut s’avérer difficile. Lorsque les élèves sont suffisamment à l’aise avec la connaissance des lettres cursives, proposez-leur de repasser chaque lettre d’un mot connu dans une couleur différente. Ils peuvent s’appuyer sur des outils de références de la classe comme les affichages, les abécédaires ou des étiquettes lettres.

💡 Retrouvez sur notre site plusieurs fichiers d’entraînement pour apprendre à écrire en GS ainsi qu’une fiche d’écriture sur le thème du carnaval à imprimer.

Les essais d’écriture et les premiers écrits autonomes

En cours d’année de grande section, les élèves les plus à l’aise peuvent spontanément essayer d’écrire des mots ou des phrases en écriture cursive. Pour les guider vers cette autonomie et encourager cette prise de risque, l’enseignant propose plusieurs activités : 

  • copier des mots simples et de courtes phrases (son prénom pour marquer son travail, des mots rencontrés dans un livre pour en garder une trace dans le cahier de vie, etc.) ;
  • écrire son prénom sans modèle ;
  • écrire des mots connus sans modèle ; 
  • écrire dans des interlignes de plus en plus petits.

L’enseignant met à disposition des élèves de grande section un cahier d’écriture. Son interligne est d’au minimum 5 mm. Cet outil présente plusieurs avantages : 

  • se familiariser avec du matériel que l’élève rencontrera en classe de CP ;
  • proposer des rituels d’écriture aux élèves (copier un mot ou une phrase chaque matin par exemple) ;
  • différencier l’enseignement : le professeur adapte le choix du mot ou de la phrase à copier selon les capacités de chaque élève. 

En parallèle de ses premiers essais d’écriture cursive, l’élève doit être encouragé à produire des phrases ou de courts textes. En plus de l’entraîner au geste graphique, ce procédé incite les enfants à créer du sens en écrivant. Ils n’apprennent pas seulement à tracer des lettres, mais ils élaborent un message pour communiquer. Concrètement, l’élève choisit la phrase qu’il veut rédiger et doit trouver dans la classe les ressources qui lui permettront de l’écrire (affichages, page d’un livre, boîte à mots, etc.).

La maîtrise de l’écriture cursive est un long apprentissage. Il se poursuit jusqu’à la fin de l’école élémentaire et chaque élève suit son propre rythme. En grande section, l’enseignant peut s’appuyer transitoirement sur l’écriture script pour guider l’acquisition des autres compétences relatives au domaine du langage.

 



L’écriture en grande section : nos conseils pour les enseignants pdf

L’écriture en grande section : nos conseils pour les enseignants docx