Quelle méthode de lecture CP choisir pour ses élèves ?

Tour d’horizon des méthodes de lecture CP pour choisir celle vous correspond

« La lecture est une activité complexe où le cerveau passe d’un code à un autre. » C’est ce qu’énonce le neuroscientifique Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l’Éducation nationale. Cette instance, chargée de s’interroger sur le fonctionnement de l’apprentissage chez les élèves, s’est aussi penchée sur l’acquisition des correspondances graphèmes-phonèmes. Apprendre à lire, c’est donc créer une nouvelle entrée dans les aires du langage parlé par le biais de la vision. L’enfant qui s’initie à la lecture va mettre en connexion les lettres avec les sons. Cette découverte, qui s’institutionnalise en CP, est étayée le plus souvent par l’usage d’un manuel. Mais sur quels critères se baser pour faire le bon choix ? On vous aide à sélectionner votre méthode de lecture en CP. Regards croisés sur l’état de la recherche, les documents officiels et l’expérience de terrain.

Méthode de lecture CP : privilégier la syllabique

Quand on parle de méthode de lecture en CP, on pense tout d’abord à la sempiternelle querelle entre les tenants de la méthode globale, syllabique et mixte. Petit rappel :

  • La méthode globale : l’élève, lors de son apprentissage, va utiliser sa mémoire visuelle. Il reconnaît les mots dans leur entier, sans les décortiquer.
  • La méthode syllabique : dans ce cas, l’élève apprend les lettres et les sons qu’elles produisent. Ensuite, il peut former des syllabes puis des mots. C’est le fameux b.a – ba.
  • La méthode mixte ou semi-globale essaie de combiner les avantages des deux précédentes. Quand la technique de décodage est inopérante, mais que la connaissance des mots est nécessaire à la compréhension des textes à déchiffrer, ces éléments sont appris de manière visuelle. C’est souvent le cas des mots-outils : dans, des, elle, mon, c’est, et, etc.

Aujourd’hui, la recherche a tranché : c’est la syllabique qu’il faut privilégier. En effet, les aires du langage parlé sont présentes dans l’hémisphère gauche du cerveau. Or, l’étude réalisée par le CEA (Centre à l’énergie atomique) de Saclay en 2018 indique que les apprentis lecteurs qui utilisent la technique globale font fonctionner leur cerveau droit, tandis que ceux qui utilisent la méthode syllabique activent leur hémisphère gauche. Cette dernière conduit donc à un apprentissage durable qui permet de décoder les nouveaux mots tout en consolidant le répertoire déjà emmagasiné.

Cependant, derrière le terme de lecture syllabique se cachent 3 propositions :

  • la méthode syllabique graphémique qui va de la lettre vers le son qu’elle fait (ex. : méthode Boscher) ;
  • la méthode syllabique phonémique qui, à l’inverse, part du son pour aboutir aux différentes écritures possibles ;
  • la méthode syllabique gestuée dans laquelle on met des gestes sur les sons (ex. : méthode Borel-Maisonny).

Là encore, les recommandations du ministère de l’Éducation nationale s’adossent aux résultats de la recherche. Elles préconisent comme méthode de lecture au CP l’approche syllabique graphémique :

« Il existe un éventail de manuels disponibles dont certains proposent un apprentissage conforme aux enseignements de la recherche : une étude des correspondances graphèmes-phonèmes les plus régulières et les plus fréquentes dès le début de l’année, des textes déchiffrables. » (Ressource pédagogique Pour enseigner la lecture et l’écriture au CP, 2019)

Apprendre à lire : critères pour choisir un manuel

Le choix d’un manuel peut conditionner la réussite des élèves : voilà ce que conclut le document d’accompagnement des programmes cité ci-dessus. Ce support d’apprentissage est rassurant pour un élève qui, sorti de la maternelle, attend avec impatience les nouveautés de la classe de CP. L’usage du manuel en fait partie. En outre, manipuler et s’approprier le livre permet de développer des compétences de lecteur et de cultiver le plaisir de la lecture en CP.

Pour le professeur, le manuel scolaire est un guide pour l’organisation de l’enseignement. Il n’est donc pas recommandé de bricoler sa propre méthode de lecture en CP, avec des fiches photocopiées qui peuvent être mal rangées. Ces photocopies sont parfois peu attrayantes et structurées de manière approximative. Pour autant, il ne faut pas choisir son outil à la légère. Chaque ouvrage a sa progression propre, ses qualités et ses lacunes. Il convient de les identifier pour tenter, autant que faire se peut, de combler les manques. 

L’éducation nationale propose une grille d’analyse pour choisir un manuel dont voici les grandes lignes :

  • Le manuel doit proposer les correspondances graphèmes-phonèmes (CGP) les plus régulières et les plus fréquentes.
  • L’apprentissage des CGP est suffisamment rythmé les premières semaines (14 ou 15 CGP étudiées pendant les 9 premières semaines).
  • L’ouvrage contient de nombreuses activités de décodage qui permettent à l’élève de s’entraîner et d’automatiser le code grapho-phonologique et la combinatoire.
  • Il propose des structures syllabiques de plus en plus complexes : d’abord, consonne-voyelle (CV), puis VC, CVC ensuite et enfin CCV.
  • Il contient des textes déchiffrables, reprenant les CGP étudiées. 
  • Il apporte des connaissances orthographiques et grammaticales par des dictées, notamment.
  • En cours d’année, le manuel propose des textes de plus en plus complexes et de genres diversifiés.

3 manuels de lecture CP plébiscités par les enseignants

Pilotis, Hachette

Cette méthode de lecture CP associe étude du code de manière syllabique et progression en compréhension. Elle est composée d’un manuel, d’un fichier et d’un cahier d’exercices que l’on peut compléter avec le coffret des mots et des photofiches pour la différenciation. Le manuel propose une progression en grammaire et vocabulaire. Le fichier de compréhension se base quant à lui sur l’étude de 5 albums jeunesse authentiques. Attention, le guide du maître est très riche, il faudra faire des choix en fonction de votre classe.

Taoki et compagnie, Istra

C’est une méthode qui allie apprentissage du code, expression orale, étude de la langue, compréhension de textes et production d’écrits. Elle prend appui sur les aventures du dragon Taoki et de deux enfants, Lili et Hugo. La complexité des textes est progressive et chaque leçon du manuel est construite autour d’un son. Le bémol ? Les stratégies de compréhension ne sont pas explicites

Calimots, Retz

Cette méthode de lecture CP englobe plusieurs domaines du français à aborder au CP : décoder, comprendre, rédiger, s’exprimer à l’oral, écrire et copier. En revanche, l’étude de la langue est absente. Elle se compose de 2 manuels (code et compréhension) et de 3 fichiers d’exercices (code, compréhension, écriture). La mise en page colorée et aérée est agréable.

 

Sélectionner sa méthode de lecture en CP, c’est aussi consacrer une bonne partie de son budget à l’équipement de sa classe. Raison de plus pour faire un choix éclairé qui pourra servir pendant plusieurs années !

 

Besoin de textes pour un atelier de lecture compréhension ?

👉Mes premiers pas en lecture CP-CE1

👉Noël – CP – CE1 – Mes premiers pas en lecture

 



Quelle méthode de lecture CP choisir pour ses élèves ? pdf

Quelle méthode de lecture CP choisir pour ses élèves ? docx