L’importance du sport dans la vie d’un enfant instruit à domicile

Notre mode de vie sédentaire et urbain représente un véritable enjeu de santé publique. Notre nourriture, bien trop riche, constitue une circonstance aggravante. Alors comment lutter contre les effets d’une mauvaise alimentation ? Changer notre menu ? Limiter les quantités au profit de la qualité ? C’est indéniable. Mais pas toujours à la portée de toutes les bourses. Quant aux enfants, ils sont sans cesse sollicités par des publicités alléchantes auxquelles il est difficile de résister. Je ne vais pas passer par 4 chemins, le meilleur moyen d’entretenir la santé de vos chérubins est une pratique sportive régulière. Les enfants instruits à la maison sont les premiers concernés. Par définition, ils sortent moins que la majorité de leurs camarades. Les inspecteurs académiques insistent énormément sur l’importance de l’exercice physique. Et vous verrez dans la suite de l’article qu’ils ont tout à fait raison.

Quel sport et à quelle fréquence ?

D’après l’OMS, l’activité sportive est un « sous-ensemble de l’activité physique, spécialisé et organisé ». On commence à observer des bénéfices sur la santé à raison de 30 minutes, 3 à 5 fois par semaine. Mais qu’entend-on par sport ? Faut-il obligatoirement les inscrire dans un club ou acheter un équipement spécialisé ? Ces options ne sont pas forcément accessibles à tous. Rassurez-vous, il existe tout un tas d’alternatives gratuites tout aussi efficaces. Le but est d’éviter l’enfermement et l’inactivité devant les écrans. Un enfant qui joue en plein air est déjà en train de pratiquer un sport. Profitez du beau temps pour vous adonner à la randonnée à pied ou à une ballade à vélo. Laissez-le grimper aux arbres et jouer à saute-mouton. Tous ces efforts participent à leur bonne condition physique. Vous ne savez pas quoi faire lorsque le froid de l’hiver s’abat dans vos rues ? Invitez-le à se rendre avec vous dans des salles de jeux couvertes du type Okidok, jeu laser ou trampoline géant. Il y a énormément de choix. Si vous souhaitez le faire adhérer à un organisme, il n’y a pas de bons ou mauvais choix. Chacun présente des qualités que d’autres n’auront pas. Sport de combat, collectif ou hippique, le plus important est que ce soit un choix consenti. Ne le forcez pas à suivre votre opinion. S’il n’arrive pas à se décider, inscrivez-le au multisports ou testez-en plusieurs jusqu’à ce qu’il trouve sa voie.

L’activité physique pour une santé de fer

Vous n’imaginez même pas tous les effets de l’activité physique régulière sur l’organisme.

  • Elle renforce le système immunitaire.
  • Elle développe la musculature et les capacités psychomotrices. La coordination oeil/membres et l’agilité sont décuplés.
  • Elle réduit le rythme cardiaque lors de l’effort. Le cœur se fatigue moins. La résistance du système cardiovasculaire est assurée.
  • Les poumons sont drainés et moins sensibles à des crises d’asthme.
  • Elle lutte activement contre l’obésité en brûlant les graisses. C’est également un bon moyen pour repousser le diabète.
  • Elle offre une meilleure qualité de sommeil.

Un allié de taille au quotidien

Bien dans son corps et bien dans sa tête

Le sport peut s’avérer utile pour développer les capacités intellectuelles de votre enfant. Il participe au drainage du dioxyde de carbone et facilite l’oxygénation du cerveau. Véritable accélérateur de l’activité cérébrale, il améliore la concentration et la mémorisation. Les petits écoliers issus de l’IEF ont besoin d’expulser leur trop-plein d’énergie. C’est vitale pour eux, comme pour vous. En se défoulant, ils libèrent les hormones dites « de plaisir » : l’endorphine et la dopamine. C’est une excellente façon d’évacuer le stress, d’équilibrer le système nerveux et d’éliminer les toxines.

Les valeurs éducatives transmises à travers le sport

Le sport, c’est l’école de la vie. Il oblige ses adeptes à respecter le règlement et à honorer leurs adversaires. En équipe, les co-équipiers se doivent mutuellement confiance, collaboration, entraide et amitié pour pouvoir avancer ensemble. Il force les petits sportifs en herbe à sortir de leur zone de confort en rencontrant tout un tas de nouvelles personnes. Ils apprennent à se maîtriser et à accepter l’échec. Il est très important qu’ils développent leur esprit d’initiative en repoussant à chaque fois leurs limites. Ces qualités leur serviront certainement dans leur future vie d’adulte.

Conseils diététiques

Une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal. Pour se maintenir en forme, il est indispensable de s’alimenter sainement, sans excès inconsidéré. Il ne s’agit pas de les mettre à la diet forcée ou de les contraindre à devenir végans. Bien au contraire, on peut très bien manger, tout en se faisant plaisir en de rares occasions. Préférez-les sucres lents à base blé complet au lieu de les nourrir de junk food. Intégrez des fruits et des légumes à chaque repas. En cas de petites fringales, ne cherchez pas dans vos placards à combler le vide avec des gâteaux caloriques. Remplacez-les plutôt par des noix ou un yaourt. Évitez autant que possible les repas trop sucrés, trop salés ou trop gras. Non seulement, c’est mauvais pour leur métabolisme, mais cela influe négativement sur leur comportement. Je vous laisse l’article que j’avais écrit au sujet des dégâts provoqués par certains aliments ici.

Et les parents dans tout ça ?

« Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais » est un adage qui ne fonctionne pas. Sachez bien une chose, votre progéniture regarde ce que vous faites avant même d’écouter ce que vous dites. Si vous voulez qu’elle adopte de bons réflexes, vous devez vous-même vous mettre au diapason. Cela va les encourager et ça ne peut pas vous faire de mal. Vous pouvez réserver 30 minutes le matin avant la classe, l’après-midi pendant la sieste des plus petits ou le soir quand tout le monde est couché. Vous verrez, c’est un très bon défouloir. Ne vous laissez pas aller, que ce soit pour votre morale, votre santé ou votre silhouette.

 

 

Kelly Cheppih, maman IEF et rédactrice Web, pour Pass éducation