3 raisons d’intégrer un réseau IEF (Instruction En Famille)

Des réseaux IEF existent un peu partout en France et dans le monde. Faire partie de ces réseaux peut s’avérer très utile.

 

Mais tout d abord, qu’est ce qu’un réseau IEF et comment est-il créé ?

Un réseau IEF, c’est tout simplement le regroupement de plusieurs familles instruisant leurs enfants en famille. Quand on se lance en IEF, on recherche des familles ayant fait le même choix d’instruction et c’est ainsi que le réseau IEF se crée. Certains sont très importants, d’autres constitués d’une petite poignée de famille. Le critère principal de ces réseaux est le département de résidence. Les familles vivant à proximité forment ainsi un groupe. Cela va se traduire parfois par la création d’une entreprise, ou au minimum par la création d’un groupe Facebook. Si vous êtes d’ailleurs à la recherche de familles iefeuses, cette plateforme répertorie les groupes et pages facebook pour l’IEF (Instruction En Famille).

 

3 raisons d’intégrer ces groupes

  • Sociabilisation des enfants
  • Échanges et entraides
  • Organisation d’ateliers, sorties et animations

 

1/ La sociabilisation

La sociabilisation des enfants instruits en famille est souvent un argument utilisé en défaveur de l’IEF. Évidemment, l’IEF n’interfère absolument pas à propos de la sociabilisation. Les enfants sont au contact de personnes d’horizons et d’âges diverses. Et bien souvent, ils demanderont à voir des enfants ayant plus ou moins leurs âges. Les enfants scolarisés hormis pendant les vacances sont peu disponibles vu leur emploi du temps. C’est là que ces groupes peuvent s’avérer très utiles. Cela permet aux familles d’enfants d’âges rapprochés de se fréquenter, de partager ensemble des moments de jeux, de prévoir des sorties,… Les enfants pourront créer de véritables liens d’amitié.

 

2/ Échanges et entraide

En plus d’être utile aux enfants, ces réseaux le sont aussi pour les parents. Les rencontres seront l’occasion d’échanger sur les programmes, méthodes, pédagogies utilisés par chacun. On y parle de nos inquiétudes mais aussi de nos joies. Et puis, il y a des périodes durant lesquelles on peut se sentir dépassé, perdu. Discuter avec des personnes qui comprennent ce que l’on vit est très appréciable. Ces groupes permettent à certains de rompre avec l’isolement, de se soutenir les uns les autres, de créer de nouvelles amitiés. Comme il y a autant de types d’instruction en famille que de familles iefeuses, les discussions permettent de découvrir des modes d’instructions différents, des fonctionnements différents.  On peut alors s’en inspirer. Et puis parfois cela nous conforte dans les choix qui sont les nôtres.

 

3/Organiser, participer à des ateliers, sorties et animations

Les musées, les fermes pédagogiques, les chocolateries, les stations d’épuration, les usines, etc, proposent souvent un programme spécifique au groupe scolaire et extra scolaire. Ces programmes, composés d’un ou plusieurs ateliers, sont spécialement conçus pour un jeune public et en fonction du niveau scolaire (maternelle, cycle 1, cycle 2 ou cycle 3). Souvent, ces organismes acceptent les familles iefeuses si elles arrivent à constituer un groupe d’enfants appartenant au même cycle scolaire. Les familles s’arrangent entre elles. Elles divisent le tarif de l’atelier par le nombre d’enfant. Participer à ces ateliers permet aux enfants d’apprendre autrement. Les apprentissages sont alors plus vivants.

Certains groupes sont très peu vivants, alors n’hésitez pas à prendre les devant en organisant des sorties, des rencontres.

 

 

Salima Daanoun, fondatrice du blog 123 petites graines, pour Pass éducation