IEF : Entretenir les liens avec les copains scolarisés

Les enfants qui allaient à l’école avant d’entrer dans l’aventure de l’instruction en famille, ont probablement pu créer des liens intéressants avec d’autres enfants. Peut être même ont il pu découvrir des amitiés devenues fortes.

La déscolarisation peut entrainer quelques chagrins, le manque de ses copains-ines, la tristesse de ne plus les voir tous les jours peut parfois devenir une source de difficultés. Il est important de prendre en compte les demandes des enfants et de ne pas minimiser ce genre de difficultés. Dire à l’enfant qu’il se fera d’autres copains ou lui promettre qu’il les reverra un de ces jours sans réellement s’occuper de ça, sont des approches néfastes pour l’enfant qui peut à la fois, ne plus croire son parent, et tout simplement penser que son problème, qui pourtant lui apparait comme important, est ridicule et n’a pas lieu d’être. Or ça l’est, c’est important ! Oui les amitiés entre enfants sont à prendre au sérieux et écouter leurs demandes sont primordiales. L’instruction en famille ne doit pas séparer l’enfant de ses amitiés. Bien sûr, il ne les reverra plus tous les jours, plus pendant plusieurs heures, et la relation sera différente, chacun d’eux évoluant dans différentes sphères avec d’autres relations amicales. Mais, une amitié qui évolue et qui change n’est pas forcément une amitié qui diminue. Le lieu de leurs aventures ne sera plus la cour d’école, mais une maison, la chambre de l’un d’eux, ou un jardin ou tout autre endroit qui peut tout à fait abriter leur complicité, leurs périples et leurs nouveaux souvenirs. On rigole parfois plus fort dans la cabane du jardin plutôt que dans une cour aux centaines de voix.

Que peut faire le parent pour préserver l’amitié de ses enfants?

Avant que la déscolarisation ne soit effective, demandez à l’enfant s’il souhaite garder contact avec certains camarades, peut être même que votre enfant l’aura fait avant même que vous ne vous posiez la question, cela montrera à quel point c’est important pour lui ! Une fois que l’enfant a énuméré les amis-ies qu’il souhaite pouvoir continuer à voir, le parent prend note. Oui, on prend note pour ne pas oublier ! On cherche alors à récupérer les coordonnées des parents. J’aime l’idée de pouvoir s’entretenir directement avec la mère ou le père et de leur émettre l’importance pour votre enfant, de garder un lien avec le leur. Cela induit plus souvent un vrai investissement pour organiser et entretenir les visites. Il est primordial que le copain ou la copine souhaite également continuer, bien sûr, à voir votre enfant !

Les différents moyens d’entretenir l’amitié

  •  En tant que parent instructeur, peut-être êtes-vous amenés à avoir une organisation hebdomadaire plutôt libre et donc, si aucun emploi ni obligations horaires ne vous contraignent, proposez aux parents d’aller récupérer le copain de votre enfant, directement à l’école, durant la pause déjeuner ou à la fin de la journée scolaire. C’est le parfait moyen, à la fois, de garder un lien avec l’école (si l’enfant en garde un souvenir agréable) et de continuer à y voir et à y côtoyer des parents et d’autres enfants avec qui vous vous entendiez. Et bien sûr, c’est donc aussi l’occasion de recevoir le copain ou la copine à la maison, pour un moment de complicité et d’agréables échanges. Tout cela, en permettant de soulager les parents, gratuitement, sans nounou ni garderie, leur enfant passera probablement de bons moments en cultivant et créant des souvenirs.
  • Organiser des gouters/après midi

Les mercredis, les week end et les vacances scolaires sont l’occasion d’organiser des gouters, des sorties, des après midis copains/copines ou tout autre forme de rencontres. Bien sûr, cela peut aussi être l’occasion d’inviter les parents, d’une pierre deux coups, on se fait des copains nous aussi en même temps !

  •  Activités extra-scolaires en commun

S’il y a une idée que j’ai toujours en tête en début d’année scolaire (au mois de septembre) c’est la recherche d’activités sportives ou culturelles qui pourraient intéresser mes enfants. Sans obligation aucune et toujours dans l’esprit de proposer à l’enfant, on peut voir également quelles activités l’intéressent et qui sont en commun avec son ou ses copains-ines toujours scolarisés. Souvent la joie est plus forte encore lorsque l’heure de l’activité arrive si l’on sait que l’on y retrouvera l’ami que l’on apprécie tant. Encore un lieu et un contexte tellement propice à nouer plus forts encore les liens amicaux.

  •  Inviter à l’anniversaire

L’anniversaire reste un incontournable. Toujours sous l’impulsion de votre enfant, sur sa demande et selon ses envies, il peut avoir envie de s’entourer de ses copains de son ancienne école mais aussi de ses nouveaux copains. Un beau melting pot qui peut donner des échanges toujours beaux à voir. Cela reste donc un moment mémorable pour votre enfant, s’il peut partager cette journée avec ses amis qu’ils soient ou non scolarisés.

  •  Envoyer des lettres

Parfois il n’est pas possible de garder un contact régulier avec d’anciens copains, peut être un déménagement ou des emplois du temps hebdomadaires qui n’arrivent pas à se caler. Peu importe la raison, mais il ne faut pas oublier qu’une amitié ou qu’elle soit, peut toujours être maintenue par un lien, même fin. Et l’idée d’écrire des courriers est si intéressante alors. Ecrire permet à votre enfant, bien sûr, de s’exercer à l’écriture, la rédaction dans un contexte concret et pour un intérêt palpable, mais c’est aussi surtout, le plaisir incroyable d’ouvrir sa boite aux lettres pour enfin découvrir et lire la dernière lettre de cet ami-ie si apprécié-e.

  • Envoyer des e-mails

Contrairement aux lettres, échanger des e-mails est gratuit et cela permet de s’exercer à utiliser l’outil informatique.

Faire face aux différences

Garder de bons contacts avec les parents est essentiel, rien ne vous oblige à devenir amis, mais si vos enfants sont amis, votre relation d’adultes ne doit pas impacter vos enfants. Si vous ne supportez pas les parents du copain/copine, gardez en tête la raison pour laquelle vous souhaitez maintenant un contact cordial avec eux, « je le fais pour mon enfant, je suis le relais dont il a besoin pour continuer à voir son ami/ie et cela est important ». Rien de plus, rien de moins. Les divergences d’opinions peuvent survenir. Les enfants scolarisés peuvent parfois être surpris par le trop-plein de liberté qu’ils constatent chez vous, peut-être seront ils intrigués et des questions peuvent arriver. L’idée est alors d’y répondre, de façon factuelle et simple, sans émettre de jugement. Les réponses doivent restées éclairées, et permettre de mettre en lumière l’intérêt de l’enfant pour cet environnement qu’il ne connait pas, tout simplement en apportant les informations qui lui manquent. « ici, on laisse l’enfant apprendre ce qu’il veut, c’est vrai que ça peut te paraitre différent, je comprends tout à fait ».

Il me semble important de préserver les amitiés crées, quelque soit le contexte, et sortir de la scolarisation n’est jamais une raison valable pour briser des liens. L’enrichissement se fait là, dans les relations diverses et hétéroclites que nos enfants se créent. On s’enrichit en multipliant les moments agréables.

 

 

Sandra Ferreira, fondatrice du blog Des Cendres à l’Or, pour Pass Education