La bienveillance pour améliorer les apprentissages de vos enfants ?

Si vous êtes en train de lire cet article c’est que vous êtes surement en train de vous poser des questions sur un éventuel changement dans votre éducation. De nos jours, les parents qui sont dit «différents» sont encore, avec beaucoup de regrets, regardés de travers. La bienveillance est pour beaucoup de parents un synonyme de laxisme. Mais pourtant, c’est tout le contraire. Voici la définition du mot bienveillance : sentiment qui porte à vouloir du bien à autrui. La plupart des parents ont subi durant leur jeunesse des VEO (Violences Éducatives Ordinaires), du type, punitions, fessés, mots blessants etc. Du coup, inconsciemment, ils reproduisent le même schéma que leurs parents mais ne se rendent pas compte des dommages qu’ils peuvent créer dans le cerveau de leurs enfants. Alors on vous l’accorde, il peut y avoir des moments dans la vie de tous les jours, qui peuvent être compliqués et qui nous mettent dans des états dont nous ne sommes pas fiers. Mais sachez qu’il est toujours possible de changer nos habitudes et que vous n’êtes pas de mauvais parents ! Vous faites comme vous pouvez, mais le principal est de vouloir changer et ainsi renforcer les liens avec vos enfants et les rendre plus heureux.

Alors qu’est-ce que cela va apporter à vos enfants dans leurs apprentissages ?

https://pixabay.com/fr/jeune-fille-p%C3%A8re-portrait-yeux-1641215/Si vous pratiquez la bienveillance au quotidien, votre enfant se sentira accepté en tant que tel, ce qui le rendra plus confiant et heureux. Dans les apprentissages cela reste la même chose. Si votre enfant, par exemple rencontre des soucis lors de sa découverte à la lecture, il est parfois difficile de garder son calme… Quand cela fait dix fois que l’on répète un mot, une phrase, nous perdrons patience…
Mais avez-vous déjà pensé à ce que votre enfant peut ressentir face aux mots qui peuvent être blessants, voire même agressifs ?
Il peut se sentir humilié, nul, inintéressant et bien d’autre chose encore. Le but n’est pas de le braquer dans les apprentissages. Il est de contourner le problème, de trouver une solution, de lui donner de votre confiance et surtout de prendre conscience qu’il ne peut pas forcément être doué partout. Il faut le prendre tel qu’il est et non tel que vous voudrez qu’il soit. L’amour, le calme et la discussion permettent à votre enfant de développer son cerveau dans de bonne condition. Cela lui permettra d’acquérir une confiance en lui. Il améliorera ses compétences dans tous ses apprentissages.

Sharon du blog Maviedewondermaman, pour Pass Education

 

[N.D.L.R.] Certains de nos articles peuvent ne pas traiter pas uniquement de faits formels et généralistes liés de près ou de loin à l’IEF car nos auteurs peuvent donnés leurs avis personnels et restent responsables de leur contenu sur notre espace dédié à l’IEF.