Humanisme, réformes et conflits religieux – 5ème – Cours

Cours en Histoire pour la 5ème : Humanisme, réformes et conflits religieux

Thème III Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde XVIème et XVIIème siècles

Problématique : Quels bouleversement culturels et religieux caractérisent l’Europe de la Renaissance ?

Plan du cours Mots clés
I-Humanisme

Comment les humanistes considèrent-ils l’être humain ?

 

1- Les humanistes rompent avec le Moyen-Age …

2- …font progresser les connaissances …

3- … diffusent de nouvelles idées.

 

 

II- La Renaissance : l’art s’inspire de l’Antiquité

Comment caractériser la Renaissance ?

 

1-Qu’est-ce que la Renaissance ?

2-L’Italie, le centre de la Renaissance

3-La Renaissance en Europe

 

 

III- La critique de l’Eglise catholique et les conflits religieux

Pourquoi l’Eglise catholique est-elle critiquée au XVIème siècle ? Quelle est la nouvelle religion ? Quelles sont les réactions ?

 

 

Humanisme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renaissance

Mécène

 

 

 

 

 

Indulgences

Un excommunié

Eglise anglicane

Les réformes

Inquisition

Ordre des Jésuites

 

Dates repères :
1450 : Invention de l’imprimerie. Bible de Gutenberg
1517 : Luther publie ses 95 thèses. Il proteste contre la vente des indulgences et contre le pape Léon X.
1572 : massacre de la Saint-Barthélemy
1598 : Edit de Nantes

I-Humanisme

Comment les humanistes considèrent-ils l’être humain ?

1- Les humanistes rompent avec le Moyen-Age…

A la fin du XVe siècle, les humanistes (= intellectuels du XVe et du XVIe siècle qui se consacrent à l’étude des écrivains antiques et qui mettent l’homme au centre de leurs préoccupations) étu-dient avec passion les œuvres de l’antiquité gréco-romaine oubliées au cours du Moyen-Age.

Document : Humaniste François Rabelais

La préoccupation principale est Dieu et l’Au-delà, à cette époque.
Les humanistes veulent pour l’homme les progrès, le bonheur et la paix.

Humanisme : du latin humanitas, « être humain », mouvement intellectuel européen né en Italie au XVe siècle. Il s’inspire des grandes idées de l’Antiquité pour affirmer sa confiance en l’être hu-main, qui peut devenir meilleur par la connaissance et l’éducation.

2 – … font progresser les connaissances …

Les humanistes essaient de faire avancer la science, sans tenir compte des préjugés. Le polonais Copernic affirme que la Terre tourne sur elle-même et autour du Soleil.

Document : la représentation de l’Univers

Les efforts successifs du polonais Copernic (1473-1543) de l’allemand Kleper (1571-1630) et de l’italien Galilée (1564-1642) permettent d’affirmer que la Terre n’est pas au centre de l’Univers et tourne autour du Soleil contrairement à ce que soutenait l’Eglise.
La découverte d’étoiles très éloignées de la Terre montre aussi que les dimensions de
l’Univers sont infinies.
Le Flamand Vésale fait progresser l’anatomie en disséquant des corps humains ; l’italien Léonard de Vinci imagine le vol des avions, et fait progresser les mathématiques et la mécanique.
Les humanistes écrivent des œuvres littéraires, dans leur langue du pays (= langue vulgaire) et non plus en latin (ex : “Gargantua” de Rabelais…)
Erasme (1469-1536) critique les abus de l’Eglise, et donne une traduction plus exacte du Nou-veau Testament.

3 – … et diffusent leurs idées

Les humanistes voyagent beaucoup à travers l’Europe, ils écrivent. Gutenberg et son imprimerie permet une plus grande diffusion des livres.

L’humanisme se propage en Italie du Nord, aux Pays-Bas, dans la vallée du Rhin.

II- La Renaissance : l’art s’inspire de l’Antiquité

Comment caractériser la Renaissance ?

1-Qu’est-ce la Renaissance ?

A partir du milieu du XVe siècle, l’art connaît un renouveau : la Renaissance.
A la fin du XVe siècle et au XVIe siècle, les artistes italiens reviennent aux formes gréco-romaines : colonnes, frontons, frises, statues…
Soutenus par des mécènes, les artistes sont des humanistes. On peut citer Léonard de Vinci, Raphaël, Michel-Ange, Dûrer…

Renaissance : Nom donné par le peintre Vasari vers 1550 au renouveau de l’art italien. Il corres-pond aux XVe et XVIe siècles, périodes de profondes transformations intellectuelles et artistiques en Europe.

Mécène : personne qui protège les écrivains, les artistes et savants en leur commandant des œuvres et les finançant.

Les artistes des XVe et XVIe siècles vont cependant plus loin que les artistes gréco-romains, choisissent des sujets tirés de la Bible, et inventent l’art du portrait.
Ils mettent au point de nouvelles techniques : peinture à l’huile sur toile, perspective (technique qui consiste à rendre sur une surface plate une impression de profondeur).

Document : l’application du point de perspective

2-L’Italie, le centre de la Renaissance

Au XVIe siècle, les villes et les grandes familles passent des commandes, pour chercher à mon-trer leurs richesses. C’est le mécénat.
Au XVe siècle, c’est Florence, dirigée par la famille des Médicis, qui est le centre de la Renais-sance. Puis viennent Rome, Venise et Milan au premier plan.
L’Italie est le pays des grands peintres de la Renaissance : Botticelli, Raphaël, Léonard de Vin-ci (la Joconde) et Michel-Ange (Chapelle Sixtine).

L’Italie attire des voyageurs nombreux ainsi que des peintres désireux de se perfectionner. La Renaissance gagne ainsi une partie de l’Europe.

3 – La renaissance en Europe

Les Rois français découvrent la Renaissance à l’occasion des guerres menées contre l’Italie (1494-1516).
François Ier veut faire de l’intérieur de Fontainebleau une nouvelle Rome, mais surtout avec la façade du Palais du Louvre. Il fait donc venir des artistes italiens en France (de Vinci).
Cette influence artistique de l’Italie se fait d’abord sentir sur les Châteaux de la Loire (Chambord) et ceux d’Ile-de-France.

Document : Chambord, palais de la Renaissance

Source : Office du Tourisme de Blois Chambord

Dans les villes de Flandres et d’Allemagne, l’art est stimulé par les riches marchands qui com-mandent des peintures, achètent des objets de luxe, font construire des hôtels particuliers.
Les peintres font surtout des portraits (Pierre Bruegel, 1530-1569, en Flandres) et des paysages.

III-La critique de l’Eglise catholique et les conflits religieux
Pourquoi l’Eglise catholique est-elle critiquée au XVIème siècle ? Quelle est la nouvelle religion ? Quelles sont les réactions ?

A la fin du Moyen Âge, de nombreux chrétiens reprochent à l’Eglise de mener une vie trop luxueuse. Au XVIe siècle un moine allemand Martin Luther propose de rétablir un christianisme plus fidèle à l’Évangile : il s’oppose au pape et fonde une nouvelle religion : le protestantisme.
En effet, en 1517, le moine Martin Luther dénonce la mise en vente des indulgences par le pape. Il publie 95 thèses et il est excommunié par le pape en 1520. Il fonde l’Eglise luthérienne. A la suite, d’autres Eglises se forment comme l’Eglise anglicane.

Les indulgences : réduction de la peine d’un croyant pour ses péchés, remise par l’Église moyennant paiement.

Un excommunié : un exclu de l’Église catholique.

L’Eglise anglicane : Église protestante, en Angleterre.

Les réformes : Mouvement de critique de l’Église catholique qui donne naissance à de nouvelles Églises, appelées Églises réformées ou protestantes.

 

Exercices en ligne : Histoire : 5ème



Leçon 5ème Humanisme, réformes et conflits religieux pdf

Leçon 5ème Humanisme, réformes et conflits religieux rtf

Retenir autrement 5ème Humanisme, réformes et conflits religieux pdf

Retenir autrement 5ème Humanisme, réformes et conflits religieux rtf


Tables des matières H