Conquêtes, paix romaine et romanisation – 6ème – Cours

Cours en Histoire pour la 6ème : Conquêtes, paix romaine et romanisation

Thème III : L’empire romain dans le monde antique

Problématique : Quelles sont les bases de la puissance de l’Empire romain dans le monde antique ?

Sommaire :

Introduction

  • L’organisation de l’empire romain
    1. Un empereur sacré qui détient tous les pouvoirs
    2. Un empereur qui encadre la société
    3. Auguste et ses successeurs
  • Assurer la paix dans l’Empire
    1. La pax romana
    2. L’activité commerciale dans le monde romain
  • La diffusion du modèle romain dans l’Empire
    1. Rome, capitale de l’Empire
    2. L’intégration des vaincus dans l’Empire
    3. L’adoption du mode de vie romain

Conclusion

Introduction

L’Empire romain s’étend sur un vaste territoire tout autour de la Méditerranée. Il se compose d’espaces variés :
– L’Urbs, c’est-à-dire Rome, la capitale de l’Empire.
– Les provinces italiennes, les plus anciennement conquises (en rouge sur la carte)
– Les provinces conquises à la fin de la République et durant l’Empire (en orange et en jaune).
Les Romains considèrent que les territoires situés en-dehors de l’Empire sont « barbares ». Pour s’en distinguer, ils établissent une frontière : le limes. Le limes est parfois représenté physiquement par des murailles. C’est le cas du Mur d’Hadrien, au nord de l’Angleterre.
Barbares : peuple de culture autre que latine ou grecque
Limes : frontière séparant l’Empire romain du reste du monde « barbare »

1. L’organisation de l’empire romain

A. Un empereur sacré qui détient tous les pouvoirs

En 44 avant JC, Jules César est assassiné au Sénat de Rome. Rome est alors une République. César laisse un testament dans lequel il souhaite que son fils adoptif Octave et son ami Marc-Antoine se partagent les territoires conquis. Cette décision entraîne une guerre civile entre les partisans des deux héritiers. En 31 avant JC, Octave l’emporte à Actium. Il met ainsi fin aux guerres civiles de la République et est désormais seul au pouvoir.
Auguste se fait nommer « princeps », c’est-à-dire « le premier » (parmi les Romains). Le régime politique qu’il met en place s’appelle ainsi le principat. En 27 avant JC, il prend le nom d’Auguste (« protégé des Dieux »). C’est la fin de la République et le début de l’Empire romain.
Principat : Régime politique mis en place par Auguste en 27 avant JC et restant en place jusqu’à 284 après JC environ. Le « princeps » dispose de tous les pouvoirs des différentes magistratures romaines.
Document : Les Res Gesta Divi Augusti
Dans ce texte rédigé à la fin de son règne, Auguste raconte les grands événements de sa vie et la façon dont il a pris le pouvoir. Il y explique notamment que le Sénat lui a accordé le nom d’ « Auguste » et fait la liste des hautes fonctions qu’il a occupées.
Après avoir éteint les guerres civiles, j’ai rendu le pouvoir de la République au Sénat et au peuple romain. Pour ce geste méritoire, le Sénat me donna le surnom d’Auguste. À partir de ce moment, je l’ai emporté sur tous en autorité. J’ai été treize fois consul. J’ai été vingt et une fois acclamé imperator. Le Sénat et le peuple romain me décernèrent le titre de « Père de la Patrie ». Le Sénat a décrété que, dans tous les temples, des vœux seraient adressés pour moi aux dieux.

Inscription des Res Gestae Divi Augusti dite « le testament d’Auguste », Ancyre, v. 13 ap. J. C.
Consul : Magistrature suprême à Rome
Imperator : Titre honorifique décerné à un général victorieux. Par exemple, César avait obtenu le titre d’imperator suite à sa victoire durant la guerre des Gaules.

Document : Auguste en grand pontife

Auguste est également nommé Grand pontife. En plus de ses pouvoirs politiques, il dispose donc également d’un pouvoir religieux.
Grand pontife : chef de la religion romaine
Sur cette statue, on reconnait sa fonction grâce à son habit. Il est représenté avec la tête voilée pour un sacrifice.
Dans le texte des Res Gestae, Auguste insiste sur son rôle religieux et de ses bienfaits pour Rome. Ainsi, il se félicite d’avoir fait construire plusieurs temples à Minerve, Junon ou encore Jupiter.

Source : Wikipedia

B. Un empereur qui encadre la société

L’empereur est le « premier » parmi les Romains. Ainsi, toute la société s’organise autour de lui. Un véritable culte impérial s’organise autour de sa personne.
Culte impérial : Ensemble des rituels, prières et sacrifices faits en l’honneur de l’empereur.
L’aristocratie dirige l’administration et les postes importants dans l’armée. Tous doivent prêter serment de fidélité à l’empereur.
Aristocratie : noblesse romaine. Elle désigne notamment les familles romaines connues pour leur ancienneté. Elle regroupe ceux qu’on appelle les « patriciens », à distinguer de la plèbe.
Patriciens : Citoyens appartenant à la classe supérieure de la société et qui bénéficie de certains privilèges, comme pouvoir être élu au Sénat.
Plèbe : Citoyens romains qui ne sont pas patriciens.

Pour montrer leur puissance, les empereurs font construire des monuments à leur gloire ou à celle de leurs ancêtres. C’est le cas des arcs de triomphe.
Document : Arc de Triomphe de Septime Sévère (203 après JC)

Les arcs de triomphes sont construits pour commémorer les victoires militaires de Rome.
Triomphe : Cérémonie romaine au cours de laquelle un général victorieux défile dans Rome à la tête de ses soldats.
A partir de l’Empire, seul l’empereur peut bénéficier d’un triomphe.
Source : Wikipédia
D’autres types de monuments sont construits par les empereurs pour asseoir leur autorité et leur pouvoir dans Rome, comme les lieux de loisirs (amphithéâtres comme le Colisée, théâtres…).
Afin de rappeler continuellement leur pouvoir aux citoyens de l’empire, les empereurs se font représenter par des statues ou des bas-reliefs. De même, ils font circuler leur image grâce à la monnaie.
Document : Aureus (pièce d’or) à l’effigie d’Auguste

Cette pièce de monnaie représente, sur l’avers (« pile »), Auguste entouré de l’inscription « Augusto Caesari » (A l’auguste César).

Sur le revers, on voit un char de triomphe tiré par quatre chevaux. L’inscription SPQR signifie « Senatus Populus Que Romanus », c’est-à-dire « Le Sénat et le peuple romain ».
Source : Le livre scolaire

C. Auguste et ses successeurs

Il n’y a pas de règle de succession dans l’empire romain. En effet, Auguste a pris le pouvoir suite à sa victoire lors des guerres civiles mais il n’est pas écrit dans les lois romaines que l’un de ses enfants seraient forcément empereur après lui.
Ainsi, durant l’Empire, l’empereur désigne de son vivant son héritier, choisi au sein de la famille impériale.
Auguste est bien le premier d’une dynastie qui porte le nom des Julio-Claudiens. En effet, jusqu’à la mort de l’empereur Néron, tous les empereurs sont issus de la même famille.
Document : Arbre généalogique simplifié des premiers Julio-claudiens.

Auguste épouse en secondes noces Livia, qui avait déjà un enfant, Tibère, d’un précédent mariage. Il est adopté par Auguste et devient ensuite le second empereur.
Comme on peut le voir sur cet arbre généalogique des Julio-Claudiens, les empereurs suivants, Caligula, Claude et Néron, sont reliés à la parenté d’Auguste.

A la mort de Néron, d’autres dynasties prennent la suite car aucun héritier n’est trouvé dans la famille impériale.

Document : Trajan, de la dynastie des Antonins

Trajan est un empereur du début du IIe siècle après JC. Il est le premier empereur romain issu d’une famille établie en Hispanie, c’est-à-dire en Espagne actuelle.

Il est le fondateur de la dynastie des Antonins. C’est sous son règne que l’Empire connait sa plus grande expansion, grâce aux conquêtes qu’il entreprend à l’est (Arabie, Mésopotamie…).

 

Exercices en ligne : Histoire : 6ème



Leçon 6ème Conquêtes, paix romaine pdf

Leçon 6ème Conquêtes, paix romaine rtf

Apprendre autrement 6ème Conquêtes, paix romaine pdf

Apprendre autrement 6ème Conquêtes, paix romaine rtf


Tables des matières C