Voter de 1815 à 1870 – 4ème – Exercices avec les corrigés

Exercices avec les corrigés en Histoire pour la 4ème :  Voter de 1815 à 1870

Société, culture et politique dans la France du XIXe siècle

I. La conquête du droit de vote de 1815 à 1848

A. La Restauration

Exercice 1 : Une carte d’électeur de 1830

Source : Marielle Brie

Carte d’électeur dans le département de l’Allier en 1830, conservée aux Archives d’Orléans.

1) Présentez le document.
Qui règne à cette date ? Quel est le type de régime politique ?
Remplissez le tableau suivant
Département
Date des élections
Lieu des élections
Nom du citoyen
Profession / Activité

2) Entourez en rouge le montant des impôts payés par cette personne. Pourquoi est-ce indiqué ? Soyez précis dans votre réponse.

Comment appelle-t-on ce type de suffrage ? Sous quels régimes politiques a-t-il été en usage en France au XIXe siècle ?

B. La monarchie de Juillet

Exercice 2 : Alexandre Ledru-Rollin, partisan du suffrage universel

Consigne : Observez et lisez attentivement ces documents et répondez aux questions.

Doc. 1 :
Les partisans de la République réclament le droit de vote durant la monarchie de Juillet. Ils le manifestent de façon visible dans l’espace public, à travers la « campagne des banquets » (1847-1848).
Le personnage au centre est Ledru-Rollin.

Doc 2 :
« La souveraineté, du peuple, tel est, en effet, le grand principe qu’il y a près de cinquante années, nos pères ont proclamé. Mais cette souveraineté, qu’est-elle devenue ? Aujourd’hui, le peuple, c’est un troupeau conduit par quelques privilégiés comme vous, comme moi, messieurs, qu’on nomme électeurs, puis par quelques autres, plus privilégiés encore, qu’on salue du titre de député. Et si ce peuple, qui n’est point représenté, se lève pour revendiquer ses droits, on le jette dans les cachots. S’il s’associe pour ne pas périr de misère et défendre son salaire insuffisant, on le jette dans les cachots. Si, comme à Lyon, dans les jours de funèbre mémoire, il écrit sur son étendard : “Du pain ou la mort”, on le mitraille […].
C’est dire assez que ce système […] a fait son temps, et qu’il faut le changer […]. Et pour le changer, Messieurs, la réforme électorale est le premier pas à faire. Cette réforme, il la faut radicale. Que tout citoyen soit électeur, que le député soit l’homme de la nation, non de la fortune ; qu’il soit désigné pour sa vertu. »
Discours d’Alexandre Ledru-Rollin aux électeurs de la Sarthe, 23 juillet 1841.

1) Présentez et décrivez le document 1 : où se passe la scène ? qui sont les personnages ? Que font-ils ?

2) En lisant le document 2, Ledru-Rollin se qualifie de « privilégié ». Qu’est-ce que ce terme vous apprendre sur lui ?

3) Comment Ledru-Rollin qualifie-t-il les députés ? Citez le texte.

4) Quelle est sa position concernant le suffrage universel ? En quoi cela est-il montré dans chacun des documents ? Développez.

Exercice 3 : Guizot s’oppose au suffrage universel

« Messieurs, rien ne peut supprimer l’inégalité en ce monde. Il y a des droits qui sont les mêmes pour tous ; mais il y en a qui ne sont pas les mêmes pour tous. J’entends dire que c’est l’inconvénient de notre régime politique ; quant à moi, je ne regarde pas cela comme un inconvénient ; je ne suis pas un partisan du suffrage universel ; je suis persuadé que le suffrage universel est la mort de la liberté aussi bien que de l’ordre. Je regarde l’inégalité politique comme la conséquence des inégalités matérielles ou intellectuelles ».

Discours de François Guizot, ministre de Louis-Philippe à la chambre des députés, 28 mai 1846

1) Présentez le document. Précisez à qui s’adresse l’auteur et dans quel contexte.

2) François Guizot est opposé au suffrage universel. Pourquoi ?

3) Quelles sont ses craintes ? Pourquoi ?

4) A quoi compare-t-il l’inégalité politique ? Expliquez avec vos propres mots.

5) « J’entends dire que c’est l’inconvénient de notre régime politique » : de qui parle-t-il ? Donnez un nom précis ainsi qu’un groupe politique.

II. L’apprentissage du suffrage universel entre 1848 et 1870

A. L’obtention du suffrage universel en 1848

Exercice 4 : Victor Hugo défend le suffrage universel

Victor Hugo (1802-1885) est un écrivain, député de 1848 à 1851. Il prononce ce discours à l’Assemblée pour défendre le suffrage universel.
« Le suffrage universel, en donnant un bulletin à ceux qui souffrent, leur ôte le fusil. En leur donnant la puissance, il leur donne le calme […]. Le suffrage universel dit à tous : « Soyez tranquilles, vous êtes souverains » […]. Il y a dans l’année un jour où celui qui vous obéit se voit votre pareil, ou celui qui vous sert se voit votre égal […]. Il y a un jour dans l’année où le gagne-pain, le journalier, le manœuvre prend dans sa main, durcie par le travail, les ministres, les représentants, le président de la République et dit : « La puissance c’est moi ! » […]. Quelle satisfaction, et par conséquent quel apaisement […] ! C’est la fin de la force brutale, c’est la fin de l’émeute […], le droit à l’insurrection aboli par le droit de suffrage ! »
Victor Hugo, discours à l’Assemblée, 21 mai 1850.

1) Présentez le document.

2) Qui désignent les mots en gras soulignés ?
Termes du texte Personnes concernées
« souverains »
« celui qui vous obéit »
« celui qui vous sert »
« «votre » pareil »… « votre égal »

3) Qui prononce la phrase surlignée en jaune ? A qui le dit-il ?

4) Quel est l’argument de Victor Hugo pour défendre le suffrage universel ? Développez votre réponse.

 



Exercices 4ème Voter de 1815 à 1870 pdf

Exercices 4ème Voter de 1815 à 1870 rtf

Exercices corrigés 4ème Voter de 1815 à 1870 pdf


Exercices en ligne : Histoire : 4ème

Tables des matières Voter de 1815 à 1870 - Le 19eme siècle - Histoire : 4ème