Démocraties et totalitarisme dans l’entre-deux-guerres – 3ème – Cours

Cours en Histoire pour la 3ème : Démocraties et totalitarisme dans l’entre-deux-guerres

Thème I : l’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (914-1945)

Problématique : Quels régimes politiques s’opposent dans l’Europe de l’entre-deux-guerres ?

Plan du cours Mots clés
I-Des régimes autoritaires
1- L’Allemagne nazie
A- L’arrivée des nazis au pouvoir
B- Un régime autoritaire, raciste et antisémite
C- Un régime qui prépare la revanche

2- L’URSS de Staline
A- La fondation de l’URSS
B- Les réformes économiques de Staline
C- L’URSS de Staline : un régime autoritaire

II-Des sociétés embrigadées et contrôlées
1- Des sociétés embrigadées par la propagande

2- Des sociétés contrôlées et encadrées
A- Forger un « Homme nouveau »
B- L’encadrement de la société et surtout de la jeunesse
C- La politique de la terreur

III-La résistance des démocraties
1- Crise économique et crise politique

2- Le Front populaire et le renforcement de la démocratie
A- La victoire de 1936
B- Les grèves et les Accords de Matignon
C- Les contestations et les limites du Front populaire
Régime autoritaire
Démocratie
Nazisme
Dictature
Antisémitisme
Espace vital
Bolchevik
Soviet
Communisme
Collectivisation
Kolkhoze
Koulak
Goulag
Nationalisation
Planification
Culte de la personnalité
Propagande
Embrigadement
Terreur
Antisémitisme
Pogrom

Crise
Ligue d’extrême droite
SFIO
Front populaire
Accords de Matignon

Dates repères :

Source : livrescolaire

Document : les régimes politiques en 1939

Source : livrescolaire
Dans ce chapitre deux notions sont à connaître puisque ce sont les deux régimes politiques dominant en Europe à la veille de le Seconde Guerre mondiale.
Régime autoritaire : Un régime totalitaire est une dictature qui contrôle l’ensemble de la société au moyen :
-d’un parti unique
-de la terreur
-de la propagande
-du contrôle de l’économie.

Démocratie : Régime politique dans lequel le pouvoir appartient au peuple.

I- Des régimes autoritaires
1- L’Allemagne nazi
En Allemagne, le nouveau régime issu de la Première Guerre mondiale est très fragile. Le parti Nazi apparait en 1919. Le traité de Versailles est perçu comme un « Diktat » imposé à l’Allemagne.
A- L’arrivée des nazis au pouvoir
Apparu en 1919, le parti nazi compte tout juste une vingtaine de membres. Le parti se réclame d’un « socialisme germanique » mais celui-ci est mal défini. Adolf Hitler adhère au parti dès 1919. Il devient un orateur du parti. Ses discours abordent les thèmes de l’injustice du traité de Versailles, de l’impuissance du gouvernement face aux vexations des vainqueurs de la guerre, de la « responsabilité des juifs » dans la misère économique.
En 1920, Hitler devient le chef de la propagande du NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands). Le programme du parti compte 25 points.

Document : résumé des 25 points du programme
Le programme propose de « réunir tous les Allemands » dans une « Grande Allemagne », d’abroger le traité de Versailles et de Saint-Germain et d’obtenir des colonies. Le programme prône l’interdiction de la nationalité allemande aux juifs car ils n’étaient pas de « sang allemand » et n’étaient pas « concitoyens ». Le programme exprime une xénophobie généralisée à l’encontre des « non-Allemands » : ce sont des « hôtes » en désignant les étrangers et ils ne doivent pas avoir le droit d’occuper une fonction publique ou d’occuper le poste de journaliste. En cas de pénurie alimentaire, ils doivent être expulsés et tous les non-Allemands doivent être forcés à quitter le Reich. En chassant les juifs, en démantelant les grands magasins au profit des petits commerçants, en supprimant « l’esclavage des intérêts », en demandant la « suppression du revenu du non travail et de la paresse » et la « confiscation de tous les butins de guerre », en germanisant le droit public, les nazis désignent ainsi des « ennemis » responsables de tous les maux dont souffre le pays. Le programme prévoit le contrôle de l’enseignement, lutter contre l’esprit critique et instaurer un pouvoir central fort. Ce programme vise les couches populaires, mais en fait Hitler ne s’intéresse qu’à la partie nationaliste et antisémite. D’un point de vue économique, le programme exige la « municipalisation des grands entrepôts » et leur location à de petits artisans et commerçants, l’arrêt de la « spéculation sur les terres », la peine de mort pour « les auteurs de crimes contre le peuple, les usuriers, les trafiquants … » mais aussi, par exemple, la hausse des pensions pour les personnes âgées.
La montée du nazisme en Allemagne est due à deux crises : l’une politique et l’autre économique.
La crise politique : en mai 1928, la gauche socialiste d’Hermann Müller accède au pouvoir et demande un rééchelonnement des réparations de guerre et de la dette allemande (plan Young). Mais, ce plan ne plait pas aux ultra-conservateurs comme le président Hindenburg qui va soutenir la campagne des nationalistes et des nationaux-socialistes contre le plan Young. Le NSDAP voit ainsi croitre le nombre de ses adhérents. Au printemps 1930, le parti compte 200 000 membres.

La crise économique de 1929 : la crise économique de 1929 prive l’Allemagne des capitaux américains investis après-guerre. Ceci provoque la faillite du système bancaire allemand et la chute de la production industrielle. En décembre 1931, il y a six millions de chômeurs.

Document : chômage et nazisme

Source : Hatier 3ème

Nazisme : idéologie raciste, antisémite, agressive et totalitaire élaborée par Hitler.

B- Allemagne nazie : un régime autoritaire, raciste et antisémite
En 1935, Hitler met en place les lois de Nuremberg. Les lois raciales de Nuremberg établies en 1935 mettent en place un système discriminatoire où les juifs sont exclus de la société allemande.
Les lois de Nuremberg sont constituées par 2 grands types de textes législatifs : les “lois de la citoyenneté du Reich” et les “lois sur la protection du sang et de l’honneur allemand”. Nous avons ci-dessous un extrait des lois de Nuremberg portant sur la protection du sang et de l’honneur allemand.

Document : Extrait des lois de Nuremberg, Loi pour la « protection du sang et de l’honneur allemand »
Certain que la pureté du sang allemand est la condition nécessaire pour assurer la vie du peuple allemand et animé par la volonté inflexible d’assurer l’avenir de la nation allemande, le Reichstag a décidé unanimement la loi promulguée ici :
1. Les mariages entre Juifs et citoyens allemands ou de sang voisin sont interdits. Les mariages consentis malgré cette interdiction n’ont pas de valeur, même s’ils ont été conclus à l’étranger pour ne pas tomber sous le coup de la présente loi.
2. Les relations extra-conjugales entre Juifs et citoyens allemands ou de sang voisin sont interdites. (…).
Lois de Nuremberg, 1935
Les ordonnances d’application privent également les Juifs du droit de vote ainsi que des droits politiques. Les mariages avec des allemand(e)s, l’ouverture de commerce ou l’exercice d’emplois dans la fonction publique sont interdits aux Juifs. L’Allemagne devient une dictature totalitaire raciste et antisémite.

Dictature : Régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou un groupe de personnes qui l’exercent de façon autoritaire, sans contrôle.
Antisémitisme : hostilité contre les juifs ; racisme dirigé contre les juifs.

C- Un régime qui prépare la revanche
Une fois au pouvoir, Hitler prépare la revanche et veut se donner les moyens de doter l’Allemagne de « l’espace vital » dont elle a besoin.

Espace vital : territoires nécessaires, selon Hitler, au bien-être de la « race allemande », et qu’il faut conquérir, par la ruse, l’intimidation ou la guerre.

Pour cela il n’hésite pas à violer le traité de Versailles. Voici les principales étapes qui conduisent à la guerre :
-1935-1936 : rétablissement du service militaire et renforcement de l’armée. Ce sont les premières transgressions du traité de Versailles. Il entreprend la remilitarisation de la Rhénanie (vallée du Rhin, autour de Cologne).
-en mars 1938 : c’est l’Anschluss. Il se lance dans une politique de conquête territoriale. L’Autriche devient une province allemande.
-en septembre 1938 : c’est l’annexion des Sudètes. Cela crée une crise politique et à l’issue des discussions diplomatiques à Munich en Allemagne, les Français et les Anglais acceptent que l’Allemagne occupe une partie du territoire de la Tchécoslovaquie.
-en mars 1939 : c’est l’annexion de la Bohême. Par réaction, la France et le Royaume-Uni signent un traité d’alliance avec la Pologne.
-en août 1939 : l’Allemagne et l’URSS signent un traité de « non-agression » (pacte Ribbentropp-Molotov)
-en septembre 1939 : l’Allemagne attaque la Pologne. Parallèlement Hitler avait engagé l’armée allemande aux côtés des nationalistes espagnols dirigés par Franco afin de l’aguerrir. Début de la deuxième guerre mondiale.

2- L’URSS de Staline

A- La fondation de l’URSS

Rappel : Lorsque les Bolchéviks prennent le pouvoir à Petrograd en octobre 1917, Lénine et Trotski veulent la paix, le partage des richesses et une démocratie dont les soviets seraient la base. Ils rêvent de construire une société communiste.
Afin de coordonner l’action de tous les communistes dans le monde et permettre une révolution mondiale, Lénine crée en 1919 la IIIème internationale ou Komintern.
Bolchevik : militant du parti ouvrier social-démocrate fondé par Lénine, favorables à une révolution communiste.
Soviet : « conseil » mis en place pendant la révolution russe, rassemblant des ouvriers, des paysans et des soldats.

Communisme : Idéologie qui veut la création d’une société parfaitement égalitaire, sans différence de richesse et sans propriété privée.
En Russie, assez rapidement, une guerre civile oppose les « Rouges » (bolchéviks) et les « Blancs » (anti-bolchéviks, pro-tsaristes). Pour gagner la guerre civile, Lénine impose la dictature du prolétariat et Trotski organise l’armée rouge. En 1922, un nouvel Etat est fondé : c’est l’URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques, CCCP en russe).
Lénine meurt en 1924. Malgré le prestige de Trotski, c’est Joseph Staline qui impose progressivement son autorité. Puis, Staline impose sa dictature. Il devient le chef de l’URSS. Trotski, son principal rival, est exilé au Kazakhstan en 1927, puis hors d’URSS en 1930.

Document : Joseph Staline (1878-1953)

B- Les réformes économiques de Staline

Après la mort de Lénine (1924), Staline s’impose donc au pouvoir en se présentant comme son héritier. En 1929, il décide que l’Etat doit contrôler l’ensemble de l’économie. Il oblige les paysans à entrer dans de grandes fermes collectives, les kolkhozes. C’est la collectivisation des terres (mise en commun des terres, outils et bétails).
Document : la collectivisation des terres en URSS

Source : classed’histoire.fr

Durant la phase de collectivisation des terres, les paysans riches appelés les Koulaks perdent leurs terres et leurs biens. C’est la dékoulakisation. Les Koulaks qui refusent sont persécutés et sont déportés dans les goulags. Beaucoup d’entre eux, deviennent des vagabonds pauvres.

Koulak : paysan aisé qui s’oppose à la collectivisation.

Goulag : Camp de concentration et de travaux forcés où sont enfermées les personnes considérées comme ennemies du régime soviétique.
Staline fait nationaliser les entreprises et il entreprend la planification de l’économie. Ce sont des plans quinquennaux (pour 5 ans). Il privilégie cependant l’armée et l’industrie lourde (acier, électricité, transports) au détriment des biens de consommations. La population manque de biens courants et de produits alimentaires. L’URSS devient alors une puissance industrielle. En 1940, l’URSS est devenue un Etat urbain et industrialisé.

Nationalisation : prise de contrôle d’une entreprise privée par l’Etat.

Planification : c’est l’organisation complète de l’économie. L’Etat fixe les objectifs (nature et quantité de production pour chaque usine) et les soviets ont la charge de répartir et d’organiser la production pour remplir les objectifs du plan.

C- L’URSS de Staline : un régime autoritaire
Pour se maintenir au pouvoir, Staline met en place une dictature qui repose sur trois éléments : la propagande, la surveillance et la répression.
1- La propagande a pour but de montrer que Staline est le seul chef possible et que les opposants sont des traites à la révolution qui cherchent à rétablir le capitalisme.
2- La surveillance par la police politique, appelée le NKVD puis le KGB, de la population. Les espions sont présents partout.
3- La répression est l’affaire des juges. Dans ce cas précis, des procès truqués sont organisés pour punir les opposants politiques, les « ennemis du peuple ».

Le goulag est l’instrument le plus efficace de la terreur stalinienne.
Document : les goulags en URSS

Source : Nathan,3ème
De 1936 à 1938, Staline instaure la Grande Terreur, période durant laquelle il fait condamner et souvent exécuter les personnes qui s’opposent à lui de façon à assurer son pouvoir absolu.

 

Exercices en ligne : Histoire : 3ème



Cours – 3ème Démocraties et totalitarisme dans l’entre-deux-guerres pdf

Cours – 3ème Démocraties et totalitarisme dans l’entre-deux-guerres rtf

Retenir autrement – 3ème Démocraties et totalitarisme dans l’entre-deux-guerres pdf

Retenir autrement – 3ème Démocraties et totalitarisme dans l’entre-deux-guerres rtf


Tables des matières D