Le monde après 1989 – 3ème – Cours

Cours en Histoire pour la 3ème : Le monde après 1989.

Thème II : Le monde depuis 1945

Problématique : Quels sont les conflits et les rivalités qui marquent le monde actuel ?

Plan du cours Mots clés
I- La fin du monde bipolaire

  1. Les Etats-Unis superpuissance
  2. Mise à mal du nouvel ordre mondial
  3. Le retour de la Russie et de la Chine

 

II- La multiplication des conflits

  1. Les conflits à l’intérieur des Etats
  2. La guerre contre le terrorisme
  3. Les « printemps arabes »

 

III- La montée du terrorisme

  1. Des groupes divers
  2. Des guerres irrégulières

 

IV- Vers une gouvernance mondiale ?

  1. Pour les défis économiques et humanitaires
  2. Pour les défis environnementaux
  3. Respecter les droits de l’Homme et mettre en place une justice internationale

 

 

Superpuissance

 

 

 

 

Guerre civile

Terrorisme

Islamiste

Taliban

Les « printemps arabes »

 

 

 

 

 

Gouvernance mondiale

COP

Justice internationale

Cour internationale de justice

Cour pénale internationale

Tribunaux spéciaux

 

Repères temporels et spatiaux :
Source : lewebpedagogique.com
Avec la fin de la guerre froide, la division du monde en deux blocs contrôlés par deux puissances dominantes touche à sa fin. La chute du mur de Berlin (1989) et la disparition de l’URSS (1991) change la manière dont les relations internationales s’organisent. Désormais, seuls les Etats-Unis restent les supergrands de la planète, parfois appelés les « gendarmes de monde » et considérés comme une « hyperpuissance ». Malgré la persistance de ce supergrand, les rivalités se multiplient, elles sont de nature économique, avec l’affirmation de l’Union européenne et la croissance rapide des pays émergents (BRICS). Elles sont également politiques et militaires : apparition de nouveaux Etats, tensions autour des frontières (ex. Yougoslavie) ou pour l’accès au ressources (eau, pétrole) et les menaces terroristes.
Quels sont les rivalités et les conflits qui marquent le monde actuel (depuis 1989) ?

I- La fin du monde bipolaire

1. Les Etats-Unis superpuissance

Comme évoqué dans l’introduction les Etats-Unis demeurent la seule superpuissance, le « gendarme du monde ».

Superpuissance : c’est un pays qui, par ses ressources économiques, militaires, politiques et culturelles, domine le monde.

Les Etats-Unis interviennent dans de nombreux conflits : Koweit en 1991, en Somalie en 1993. C’est en 1999 que le ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine qualifie les Etats-Unis d’« hyperpuissance » puisqu’ils sont en mesure d’imposer leur modèle politique et économique partout dans le monde et n’ont plus vraiment de rival sur la scène internationale.

Document : la naissance de l’hyperpuissance

Dans ce nouvel ordre international, né de la fin de la guerre froide, les Etats-Unis dominent le monde.

2. Mise à mal du nouvel ordre mondial

Mais cette domination est mise à mal par les attentats du 11 septembre 2001. Les Etats-Unis sont touchés dans leur cœur : New-York et le Pentagone.

Document : les tours jumelles (Twin Towers) après les attaques

Source : l’internaute

Ces attentats organisés par Ben Laden font prendre conscience aux Américains qu’ils sont vulnérables face à de nouvelles formes de conflits (Attentats). Ce nouveau type de guerre est appelé aussi « conflits asymétriques ».

3. Le retour de la Russie et de la Chine

La Chine et la Russie reviennent sur la scène internationale. Le début du XXIè siècle est marqué par de fortes instabilités et l’avènement de nouvelles formes de « guerres froides » entre les Etats-Unis et la Russie d’un côté et la Chine de l’autre. La Russie renforce son influence politique e Syrie et entre en conflit avec l’Ukraine dont Vladimir Poutine annexe la Crimée en 2014. La question de l’Ukraine est l’objet de vives oppositions entre l’Union européenne, la Russie et les Etats-Unis.

II- La multiplication des conflits

Avec la fin de la guerre froide, de nouvelles formes de conflits voient le jour et ils sont de plus en plus nombreux.

1. Les conflits à l’intérieur des Etats

Ce sont les conflits à l’intérieur des Etats (intra-étatiques) qui marquent cette nouvelle période. Nous allons citer deux exemples.
Le premier exemple est celui de la Yougoslavie qui a implosé dès la fin de la guerre froide. Cette implosion s’explique par la structure de l’Etat yougoslave. La Yougoslavie est un Etat fédéral regroupant de nombreuses minorités ethniques.
A partir de 1991, les communautés aspirent à former des Etats-Nations et réclament leur indépendance.

Document : un enchevêtre de nationalités dans l’ex. Yougoslavie

Source : Le monde diplomatique

Le second exemple est celui du génocide et du crime de masse perpétrés au Rwanda contre les Tutsis en 1994.
La guerre civile éclate dans ce pays de l’Afrique des Grands Lacs et ancienne colonie belge. Cette guerre civile oppose deux ethnies : les Hutus (plus de 80% de la population) et les Tutsi (moins de 20 %). En moins de 100 jours, les Tutsis, accusés d’avoir assassiné le président Hutu, subissent un génocide de la part des Hutus les plus radicalisées : 800 000 morts sont dénombrés tandis que l’ONU et la communauté internationale restent passives.

Nous pouvons mentionner également l’ensemble des guerres civiles qui ont éclaté sur le continent africain.

Guerre civile : Conflit entre les habitants d’un même pays.

2. La guerre contre le terrorisme

A la suite du 11 septembre 2001, les Etats-Unis déclarent entrer en guerre « contre le terrorisme » islamiste.

Terrorisme : ensemble d’actes de violence (prise d’otages, sabotages, enlèvements, attentats, destructions…) commis dans un but politique par une organisation ou un individu pour déstabiliser un Etat ou frapper une opinion publique.

Islamiste : une personne qui suit une interprétation radicale de l’Islam et cherche à imposer cette religion y compris dans la sphère politique.

Après les attentats du 11 septembre, les Etats-Unis à la tête d’une coalition internationale tentent d’éradiquer les forces djihadistes et de renverser le pouvoir des talibans en Afghanistan. Après avoir désigné les pays formant « l’Axe du Mal » (Iran, Irak, Corée du Nord), les Etats-Unis affirment que Saddam Hussein détient des armes de destructions massives et ils interviennent en Irak de manière unilatérale (2003-2011).

Talibans : en Afghanistan, membre de la branche la plus radicale de l’islamisme.

3. Les « printemps arabes »

Les printemps arabes, à partir de décembre 2010, montrent la volonté des peuples d’Afrique du Nord à la démocratie et à la liberté. En Tunisie, les manifestations sont nombreuses et intenses. Les Tunisiens obtiennent l’instauration d’un régime démocratique.

Document : manifestation lors du Printemps arabe en Tunisie

Source : Nouvelobs

En Egypte, les islamistes remportent les élections mais ils sont renversés par des militaires en 2013. En Syrie, Bachar el-Asad mène depuis 2011 une guerre contre toute une partie de son peuple et contre Daech, qui profite de la déstabilisation de la région pour proclamer le « califat » en 2014. La Libye, depuis 2011, et le Yémen, depuis 2014, sont déchirés par des guerres civiles.

Les « printemps arabes » : vastes mouvements de révolte dans le monde arabe ayant abouti au renversement de plusieurs dictateurs.

III- La montée du terrorisme

Depuis les années 1990, il y a de plus en plus d’attentats à la fois dans les pays musulmans et contre les intérêts des occidentaux (New-York et Washington en 2001, Madrid en 2004, Paris en 2015…).

1. Les divers groupes

Les groupes terroristes sont nombreux : EI (Etat Islamique)/Daech et Al-Qaida connus en Europe mais il y a également Boko Haram et Al-Shabaab. Ce dernier est présent en Somalie, il est le plus actif des groupes terroristes djihadistes en Afrique, et ce depuis des années.

Document : multiplication des attentats dans le monde

Source : Le parisien

A la faveur de ce chaos ambiant, l’EI est devenu un acteur majeur de la scène terroriste internationale. Au point de voler la vedette aux djihadistes d’Al-Qaïda. Ces derniers ne sont jamais parvenus à s’implanter sur un territoire, contrairement à leurs homologues de Daech, qui ont conquis de larges pans de terres, entre la Syrie et l’Irak.

2. Des guerres irrégulières

Ces organisations mènent des guerres irrégulières, c’est-à-dire que les règles de la guerre et de la diplomatie ne sont pas respectées. Et les populations civiles sont les plus touchées.

Les guerres sont aussi de plus en plus indirectes. Elles utilisent des drones, le cyberespace. Les opposants utilisent de plus en plus des armes économiques et financières. Dans sa lutte contre le terrorisme, les grandes puissances cherchent à tarir leurs sources de revenus et à geler les capitaux qui financent ces groupes.

IV- Vers une gouvernance mondiale ?

Nous pouvons nous demander quels sont les nouvelles formes de gouvernance mises en place pour répondre aux défis du monde contemporain.

Gouvernance mondiale : mise en place de règlements et de régulations à l’échelle de la planète par les instances internationales.

1. Pour les défis économiques et humanitaires

La coopération économique s’organise, depuis 1995, au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Cette institution devrait faciliter la mondialisation des économies. Or, il existe des tensions commerciales entre les Etats, par exemple entre les Etats-Unis et la Chine. Cela se concrétise par des politiques protectionnistes.
De même, le FMI et la Banque mondiale, créés après la Seconde Guerre mondiale, sont largement critiqués.
Dans ces guerres économiques, les groupes régionaux prennent de l’importance : ASEAN en Asie, MERCOSUR en Amérique latine, SADC en Afrique du Sud et australe et les autres… Les groupes d’intérêts également se structurent : le G 20 (les 20 premières puissances économiques du monde), les BRICS (5 pays émergents : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

2. Pour les défis environnementaux

La question du réchauffement climatique et de la dégradation de l’environnement sont largement abordées lors des sommets de la terre tous les 10 ans. Ces questions engagent la communauté internationale à agir pour éviter des désastres environnementaux et climatiques.

La modification du climat par les activités humaines est un enjeu planétaire. Les COP (Conference Of the Parties) ont pour objectif de mettre en place des accords et des engagements concernant le climat. La COP 21 de Paris avait mis en place un protocole sur la réduction des gaz à effet de serre. Mais, en 2017, les Etats-Unis se sont retirés du protocole alors qu’ils sont parmi les principaux pollueurs.

COP : Conference of the Parties. Conférence réunissant, depuis 1995, l’ensemble des Etats de la planète sous l’égide de l’ONU pour décider en commun de mesures afin de limiter les impacts du réchauffement climatique.

Gérer les ressources est également un problème global. Il est devenu primordial de gérer de manière équitable et durable l’ensemble des ressources de la planète.

 



Leçon 3ème Le monde après 1989 pdf

Leçon 3ème Le monde après 1989 rtf

Retenir autrement 3ème Le monde après 1989 pdf

Retenir autrement 3ème Le monde après 1989 rtf


Exercices en ligne : Histoire : 3ème

Tables des matières L