La Première Guerre mondiale – 3ème – Exercices avec les corrigés

Exercices avec les corrigés en Histoire pour la 3ème : La Première Guerre mondiale

Thème I : l’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (914-1945)

1. Une violence de masse
1- Les phases de la guerre
Complète la légende de cette carte et donne un titre

Nomme les trois phases de la guerre (pointillés en haut de la frise).

Date et place les évènements suivants sur la frise chronologique : Révolution russe / Traité de Versailles / Attentat de Sarajevo / Génocide des Arméniens / Entrée en guerre des Etats-Unis / Armistice / Bataille de Verdun.

A l’aide la frise ci-dessus, relève les dates de la guerre de tranchées :

Relevez une grande bataille de la Première Guerre mondiale :

À l’aide des documents, décris les tranchées.

Document : une tranchée

Source : histoire.org

2- L’horreur de la guerre : la vie au front avec l’exemple de Verdun
Document : la bataille de Verdun

Où se situe Verdun ? ……
A quel moment a lieu la bataille de Verdun ? …
Quelles sont les armées qui s’affrontent sur ce lieu ?
Pourquoi la Bataille de Verdun a-t-elle lieu ?
Document : l’enfer de la bataille de Verdun
« Mardi 29 février 1916. Le carnage est immense. La débauche de projectiles d’artillerie est incroyable : 80 000 obus en quelques heures sur un espace de 1000 m de long sur 300 à 400 mètres de profondeur. Trois millions d’obus en quelques jours. On se demande comment des êtres vivants arrivent à se maintenir et à combattre dans un pareil enfer, où il ne reste pas un seul pied carré qui ne soit labouré par les obus de gros calibre.
Mardi 29 mars. Les Allemands, avec une ténacité inouïe, avec une violence sans égale, attaquent nos lignes qu’ils martèlent et rongent. Nos poilus héroïques tiennent bon malgré les déluges d’acier, de liquides enflammés, de gaz asphyxiants.
Lundi 21 août. Près d’un million d’hommes (en fait il y en aura 306 000 morts) sont tombés là, sur ce front minime. Des centaines de milliers de tonnes d’acier et d’explosifs ont été déversées sur c sol. Le résultat est nul.
Dimanche 17 décembre 1916. Beau succès tactique de nos troupes en avant de Verdun qui nous tend presque intégralement les positions que nous occupions le 25 février ».

Extraits du Journal de guerre du docteur Marcel Poisot. (Le manuscrit a été retrouvé en 1986)

Comment nomme-t-on ce lieu dans le document ? …
Quel est le surnom donné à certains soldats ? …
Pourquoi peut-on qualifier cette bataille de violence de masse ? …
Où sont réellement les soldats lors des différentes attaques ? …
Document : lettre d’un poilu de Verdun
« Mes chers parents,
Je suis encore vivant et en bonne santé, pas même blessé, alors que tous mes camarades sont tombés morts ou blessés aux mains des « Boches », qui nous fait souffrir les mille horreurs, liquides enflammés, gaz asphyxiants, attaques (…). Ah ! Grand Dieu, ici seulement c’est la guerre. Je suis redescendu de première ligne (la ligne de tranchée la plus proche du front) ce matin. Je ne suis qu’un bloc de boue et j’ai dû faire racler mes vêtements avec un couteau car je ne pouvais plus me traîner, la boue collant à mes pans de capote après mes jambes (…). J’ai eu soif, j’ai connu l’horreur de l’attente de la mort sous un tir de barrage inouï.
Je tombe de fatigue, voilà dix nuits que je passe en première ligne. Je vais me coucher, au repos dans un village de l’arrière où cela cogne cependant. J’ai sommeil, je suis plein de poux, je pue la charogne des macchabées (les morts). Je vous écrirai dès que je vais pouvoir ».

Lettre de Georges Gallois, 221ème régime d’infanterie, Verdun 15 juillet 1916.

Où se trouve le poilu lorsqu’il écrit sa lettre à ses parents ?

Selon toi, qui sont les « Boches » et pourquoi sont-ils là ?

Dans quelles conditions vivent les soldats ? Donne des exemples.

Que retient-on de ce témoignage ?

D’après vous, les informations du document peuvent-elles se vérifier ? Comment ?

Paragraphe : raconter l’enfer de Verdun (minimum 15 lignes) :

3- Le génocide arménien (violence de masse qui touche des civils)
Attention pour l’exemple arménien, nous allons compléter un tableau et une carte mentale

Chronologie des événements
1908 : Le parti nationaliste des Jeunes Turcs parvient au pouvoir dans l’Empire ottoman
1913 : L’Empire ottoman perd les Balkans
Octobre 1914 : Entrée en guerre de l’Empire ottoman au côté de la Triple Alliance
1915 : Génocide du peuple arménien
24 mai 1915 : Déclaration des pays de l’Entente condamnant « un crime contre l’humanité »
29 janvier 2001 : La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915

Document : l’ordre d’extermination des Arméniens
« Il a été précédemment communiqué que le gouvernement (…) a décidé d’exterminer entièrement tous les Arméniens habitant en Turquie. Ceux qui s’opposeraient à cet ordre et à cette décision ne pourraient faire partie de la forme gouvernementale. Sans égard pour les femmes, les enfants et les infirmes, quelques tragiques que puissent être les moyens de l’extermination, sans écouter les sentiments de la conscience, il faut mettre fin à leur existence ».

Source : Talaat Pacha, télégramme adressé à la préfecture d’Alep, 29 septembre 1915, cité dans Hamit Bozarslan, Vincent Duclert, Raymond H. Kévorkian, Comprendre le génocide des Arméniens, Paris, Tallandier, 2015.

Document : le témoignage d’une rescapée Nvart Mahokian, épouse d’un grand commerçant de Trébizonde
« Notre caravane comportait trois mille personnes. Après six jours de marches, elle arriva à Dalaban-Gumuchkaneh ; au cours de ce voyage, les Turcs nous avaient pillés ; arrivés à l’étape, les gendarmes et les policiers armés jusqu’aux dents nous attendaient. (…) Le lendemain, nous nous mîmes en route et chaque jour faisant une randonnée de plus de dix heures, affamés, en loques, nous arrivâmes à Erzindjian, où une scène horrible s’offrit à nos yeux : la terre était jonchée de têtes coupées, de membres humains, épars, de chevelure de femmes… et pour compléter notre horreur, les Turcs au soir vinrent choisir les plus belles d’entre nous… Pendant des journées, nous continuâmes notre marche, longeant l’Euphrate, dont les eaux lentement charriaient des cadavres humains. D’autres, en décomposition, offraient un spectacle horrible (…). Parfois ces cadavres avaient une telle expression de terreur que nous fermions les yeux ! Mais ce qui me semblait encore plus horrible c’était la rencontre de ces femmes errantes, pâles,
échevelées, les yeux hagards et tellement décharnées que l’on eut dit des revenants. Il nous était défendu de nous désaltérer. La rivière coulait tout près de nous, mais malheur à celle qui se penchait pour étancher sa soif ! La balle d’un gendarme la terrassait aussitôt. (…)
Nous n’étions guère nombreux lorsque nous arrivâmes à Alep. C’est par miracle que j’étais en vie ! Trois mois de marche a été ma dernière souffrance. (…) Malgré toutes les horreurs que je décris dans ce récit, la réalité serait impossible à rendre. Elle est au-dessus de toute imagination. »

Source : Témoignages inédits sur les atrocités turques recueillis par la Société des Dames arméniennes, Paris, 1920. [https://www.imprescriptible.fr/aram/atrocites-turques]
Document : carte du génocide Document : bilan du génocide

Source : L’Histoire, 1995.
Comment les Arméniens ont-ils été victimes d’un génocide pendant la « Grande guerre » ?
Complète le tableau suivant en t’aidant des documents
Doc Nature Auteur, Identité, fonction, nationalité Contexte/Dates Ce que l’on apprend

 



Exercices 3ème La Première Guerre mondiale pdf

Exercices 3ème La Première Guerre mondiale rtf

Exercices Correction 3ème La Première Guerre mondiale pdf


Exercices en ligne : Histoire : 3ème

Tables des matières L