Vie des seigneurs – Etude de cas – 5ème – Occident féodal

Vie des seigneurs – Etude de cas – 5ème – Occident féodal

Etude de cas : La vie des seigneurs.

  • Un document d’histoire.
  • Village médiéval -village castral- et la compréhension de son organisation.
  • La situation géopolitique et l’importance de l’implantation des espaces fortifiés.
  • Une seigneurie.

Le seigneur n’est pas seulement un possesseur terrien qui fait travailler des paysans. C’est aussi le chef de tous les habitants de la seigneurie (qui sont donc sous sa dépendance) : il les commande. Ce pouvoir de commandement, que l’on appelle le droit de ban, est passé entre les mains des seigneurs entre le Xe et le XIe siècle alors que s’affaiblit l’autorité du roi.

I. Un document d’histoire

 

Quel est l’objet de ce document ?


II. Village médiéval -village castral- et la compréhension de son organisation

À partir des images suivantes déterminer les différentes parties du village et expliquer son organisation

1. Mettre localiser les parties suivantes sur l’image

La partie haute du village construite autour du château : le village castral.

Le château.
La partie basse plus éloignée : habitat étiré plus tardif.
Les parties cultivées et les parties incultes.

 

Extrait du cadastre napoléonien : le village de Joch

2. Sur le cadastre, repérer le château (n°101, 102 105), les maisons regroupées aux pieds du château (le long des numéros 77 à 93).
3. Le cadastre permet de distinguer les deux parties du village vues précédemment : le village castral, l’habitat étiré. Sépare-les par un trait et nomme-les.

 

 

III. La situation géopolitique et l’importance de l’implantation des espaces fortifiés

Vestiges des fortifications visibles à Joch

Certains éléments du château remonteraient au Xe siècle. Mais la première mention est de 1035, sous la forme castrum quem vocant Joch. Ce château appartient alors à Bernat-Senfre, vicomte de Cerdagne-Conflent.
La partie haute du village s’est construite autour de ce château dont elle cherche la protection.

 

1. Quelle date ce village est-il apparu ?
2. D’après les photos, quels éléments naturels facilitaient la protection du village castral ?
3. Quels aménagements humains ont renforcé cette défense ?
…………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………..

 

Comprendre une seigneurie à travers le château de Joch

Au XIe siècle le château de Joch appartient à Bernat-Senfre, vicomte de Cerdagne-Conflent

En 1357, la seigneurie de Joch est achetée par Ramon de Perellós. Elle comprend alors Joch, Finestret et Sahorla.

Au milieu du XVe siècle, la seigneurie de Joch passe aux mains de Bernat-Berenger de Peyrepertuse, déjà seigneur de Rabouillet. Les Peyrepertuse sont seigneurs de Joch de 1466 à la Révolution (1789), dirigeant, souvent depuis le château, une importante baronnie qui comprenait (outre Joch, Sahorla, Finestret), Rigarda, Glorianes, Trevillach (Sequerre, Roquevert), Prats-de-Sournia et Rabouillet. Au XVIe siècle s’est rajouté Rodès.

Entre la seconde moitié du Xe siècle et le courant du XIe siècle, s’opère un ample réaménagement des campagnes. (…) l’essentiel est sans doute le regroupement des hommes et la fixation de l’habitat rural, de plus en plus souvent en pierre. Le résultat est « la naissance du village en Occident », pour peu que l’on veuille bien admettre avec Robert Fossier, qu’un village suppose « un regroupement compact de maisons fixes, mais aussi une organisation cohérente du terroir environnant et surtout l’apparition d’une prise de conscience communautaire ».

Ce processus donne lieu au regroupement des populations dans des villages perchés, serrés autour du donjon seigneurial et entourés d’enceintes fortifiées. (Mais le château n’est pas le seul élément qui polarise le regroupement de la population villageoise. Il faut faire place également à l’église.) Ce phénomène peut être défini comme un processus « d’encellulement » : regroupement des hommes au sein de cellules sociales localisées, les seigneuries.

Autour s’étendent les terres cultivées (ager), puis, à la lisière, les zones boisées. Au-delà commence le domaine de l’inculte (saltus) généralement boisé, plein de dangers quoique indispensable puisque c’est un lieu de collecte (fruits, miel) et de pâture pour les animaux. La forêt est un lieu marginal, périphérique, dans le royaume de France seul le seigneur peut y chasser.

En 1100 la totalité des campagnes occidentales est organisée de cette manière. L’essentiel du réseau de l’habitat rural va perdurer dans toute l’Europe occidentale jusqu’au XIXe siècle. »

La naissance du village et l’encellulement des hommes, d’après J. Baschet, La civilisation féodale, Flammarion, Paris, 2004.

 



Vie des seigneurs – Etude de cas – 5ème – Occident féodal   rtf

Vie des seigneurs – Etude de cas – 5ème – Occident féodal   pdf

 

Correction

Correction – Vie des seigneurs – Etude de cas – 5ème – Occident féodal   pdf

Tables des matières L'Occident féodal, XIeme - XVeme siècle - Histoire : 5ème