Reproduction sexuée des êtres vivants – 4ème – Cours – SVT

Reproduction sexuée des êtres vivants – 4ème – Cours – SVT – Sciences de la vie et de la Terre

Reproduction sexuée et maintien des espèces

  • La reproduction sexuée fait intervenir deux cellules reproductrices : une cellule reproductrice femelle : l’ovule et une cellule reproductrice mâle : le spermatozoïde
  • Cette union s’appelle la fécondation
  • Les deux types de fécondation : interne et externe

Pour maintenir leur présence ou peupler un milieu, les êtres vivants se multiplient par la reproduction. Deux cellules reproductrices se rencontrent, c’est la fécondation, dont les modalités varient avec le milieu.

Selon leur mode de respiration, les êtres vivants se répartissent dans différents milieux. Ils grandissent et se nourrissent en utilisant la matière disponible. Ils occupent leur milieu de vie et s’y maintiennent en s’y reproduisant.

I. La reproduction sexuée, l’union de deux gamètes

La reproduction sexuée est la formation d’un nouvel être vivant à partir d’un gamète mâle et d’un gamète femelle.

La reproduction sexuée permet la multiplication à l’infini des êtres vivants :

  • Deux cellules reproductrices, mâles et femelles, les gamètes, se rencontrent. Les gamètes mâles, les spermatozoïdes, sont petits, mobiles et très nombreux. Les gamètes femelles, les ovules, sont le plus souvent gros et immobiles, en petit nombre.
  • Il y a fécondation, c’est-à-dire union des deux gamètes.
  • La cellule-œuf formée sera à l’origine d’un nouvel individu, ressemblant aux parents mais différent car unique.

Les gamètes sont des cellules dont l’unique fonction est d’assurer la reproduction.

Ci-contre une observation microscopique de différents gamètes pour déterminer leurs caractéristiques.

La reproduction sexuée animale comme végétale comporte l’union d’une cellule reproductrice mâle et d’une cellule reproductrice femelle, c’est la fécondation.

Le résultat de la fécondation est une cellule œuf à l’origine d’un nouvel individu.

Cette fécondation est caractéristique de la reproduction sexuée.

 

II. Les différents types de fécondation :

1. Fécondation interne :

Exemples 01 : Chez le cerf, la fécondation est également interne, l’union des deux cellules reproductrices a lieu dans l’appareil reproducteur de la femelle. Dans ce cas, un accouplement est indispensable comme chez de nombreux animaux, escargots, papillons, libellules…

Exemples 02 : Chez le lys ou radis ravenelle le pollen est transporté par le vent ou les insectes sur le pistil d’une fleur appartenant à la même espèce. La rencontre des cellules reproductrices se fait dans le pistil.

 

A retenir :

  • Lorsque cette union se produit à l’intérieur de l’organisme : c’est une fécondation interne. Elle nécessite un accouplement chez les animaux.
  • Elle est surtout répandue chez les espèces vivant en milieu terrestre.

2. Fécondation externe

Exemple : Chez la truite (actinoptérygiens) ou oursin (échinoderme), le mâle libère les gamètes mâles dans le milieu, la femelle libère les gamètes femelles également dans le milieu, la rencontre des gamètes se fait dans l’eau. La fécondation est donc externe à l’appareil reproducteur femelle.

A retenir :

Chez d’autres espèces animales et végétales, les cellules sexuelles sont libérées dans le milieu de vie où elles s’unissent : la fécondation est externe.

  • Elles sont très nombreuses.
  • La fécondation externe est surtout répandue chez les espèces vivant en milieu aquatique.

3. Le rapprochement des cellules reproductrices :

Les mâles et les femelles s’attirent mutuellement de façon chimique, visuelle ou sonore.

  • Le rapprochement des partenaires :

Chez les animaux, des comportements, comme la parade nuptiale, ou des mécanismes, comme la libération de phéromones, favorisent le rapprochement des partenaires (le mâle et la femelle).

Ce comportement rend possible l’accouplement et donc la fécondation interne.

 

  • Le rapprochement des cellules reproductrices :

D’autres mécanismes chez les animaux et les végétaux permettent le rapprochement des cellules reproductrices émises dans le milieu. Ce rapprochement favorise la fécondation externe.

  • Chez les plantes à fleurs :

Chez les plantes à fleurs, la fécondation est interne. La cellule reproductrice male (dans le grain de pollen) rejoint la cellule reproductrice femelle (dans l’ovule) grâce :

  • Aux insectes pollinisateurs
  • A la croissance d’un tube pollinique (le pollen germe en formant un tube)

III. Les ressources alimentaires et les activités humaines ont des effets positifs ou négatifs sur la reproduction

Le développement de jeunes individus et leur capacité à se reproduire dépend de leur capacité à se nourrir.

Une diminution des ressources nutritives entraîne une diminution du nombre de jeunes mis au monde chez les animaux comme chez les végétaux et les champignons.

Les activités humaines modifient les milieux naturels.

La pollution, l’utilisation de pesticides de désherbants, ou la destruction des milieux de vie entraînent une diminution du nombre d’espèces : cela diminue la biodiversité.

La réduction des polluants, des insecticides, l’aménagement des milieux naturels sauvent la reproduction des êtres vivants dans leurs milieux.

Schéma récapitulatif :

 



Reproduction sexuée des êtres vivants – 4ème – Cours – SVT   rtf

Reproduction sexuée des êtres vivants – 4ème – Cours – SVT   pdf

Tables des matières Reproduction sexuée et maintien des espèces - SVT : 4ème