Le territoire national et sa population – Cours – 3ème – La France

Le territoire national et sa population – Cours – 3ème – La France

  • Quelles sont les caractéristiques du territoire français et de sa population ?
  • Comment les Français habitent-ils leur territoire?
  • Où les immigrés se concentrent-ils sur le territoire français?
  • Le relief français contrainte ou atout ?
  • Quelles sont les ressources et les contraintes de la France ?

 

  1. La situation géographique

La France métropolitaine bénéficie d’une situation géographique privilégiée. C’est le seul pays européen qui possède avec 4 façades maritimes et plus de 5500km de côtes une telle ouverture sur le monde. Située à l’extrême ouest de l’Europe mais possédant des frontières communes avec 6 pays européens, elle occupe une position de carrefour sur ce continent car de nombreux axes importants de communication la relie à ses voisins. Par ailleurs, la France ce sont aussi des territoires ultramarins, les DROM-COM qui, avec leur zone économique exclusive (ZEE : espace qui s’étend jusqu’à 200 miles marins (370km) sur lequel un état possède des droits d’exploration et d’exploitation des ressources exclusif) apportent à la France des ressources et une présence sur 3 océans (Atlantique, Pacifique et Indien). Mais leur éloignement par rapport à la métropole pose des problèmes d’isolement.

 

  1. Le relief et le climat contrainte ou atout ?

La France présente une grande variété de reliefs, des plaines les plus plates aux montagnes les plus élevées (comprenant notamment le point culminant du continent, le mont Blanc, à 4810 m). 61 % du territoire français sont situés au-dessous de 250 m d’altitude.

Au nord et à l’ouest se trouvent les grands bassins sédimentaires : Bassin parisien, Bassin aquitain, une partie de la grande plaine du Nord, en Flandre. Ces étendues planes sont accompagnées de massifs montagneux aujourd’hui érodés (comme le Massif armoricain).

Au sud et à l’est, la France des altitudes rassemble des montagnes moyennes (Massif central, Vosges, Jura) ou hautes (Pyrénées, Alpes) ponctuées par de profondes vallées ou des bassins d’effondrement (plaine du Languedoc, vallée du Rhône, plaine d’Alsace).Le relief ne présente pas de contraintes insurmontables, et ses ressources pédologiques (c’est-à-dire les qualités agronomiques du sol) associées au climat tempéré représentent un potentiel agricole de premier choix. En revanche, le sous-sol a toujours été fort pauvre en énergie et en matières premières. Les risques naturels concernent essentiellement l’outre-mer (cyclones, volcanisme).

 

Le climat tempéré permet à la France d’éviter les excès climatiques : le climat connaît certes des irrégularités, comme la grande sécheresse de 1976, les tempêtes de décembre 1999 ou la canicule mortelle de l’été 2003, mais qui ne sont en rien comparables aux sécheresses du Sahel, aux inondations dans le delta du Gange ou aux cyclones de la Jamaïque. Seule la France d’outre-mer, notamment les Antilles, est confrontée à des risques climatiques sévères (cyclones).

Les contrastes les plus réguliers et les plus repérables sont ceux des saisons : l’hiver est marqué (gel et neige possibles sur tout le territoire) mais sans excès (la température moyenne du mois le plus froid est au-dessus de 0° C). L’été est également prononcé, sans être torride (la température moyenne du mois le plus chaud est inférieure à 25° C). Le printemps et l’automne sont des saisons intermédiaires lors desquelles les précipitations sont fréquentes.

La France métropolitaine est soumise à deux mécanismes climatiques essentiels : l’influence océanique de l’ouest, qui s’atténue vers l’intérieur du pays du fait de la continentalité, et l’influence méditerranéenne du sud.

L’importance de ces influences varie suivant les saisons. Le territoire français est en effet la zone d’affrontement de quatre masses d’air :

  • l’air polaire maritime, frais et humide, véhiculé par les dépressions d’Islande ;
  • l’air polaire continental, froid et sec, véhiculé par l’anticyclone de Sibérie
  • l’air tropical maritime, chaud et humide, véhiculé par l’anticyclone des Açores ;
  • l’air tropical continental, chaud et sec, véhiculé par l’anticyclone saharien.

La France constitue ainsi un « raccourci de l’Europe ». L’affrontement entre ces masses d’air est à l’origine des perturbations qui engendrent des précipitations relativement importantes.

 

  1. La répartition de la population française

Avec plus de 65 millions d’habitants, la France est le deuxième pays le plus peuplé d’Europe, derrière l’Allemagne. En plus d’une augmentation de sa population liée à l’immigration, la France bénéficie d’un fort accroissement naturel. Le taux de fécondité est élevé, grâce notamment aux aides publiques destinées aux familles. L’espérance de vie continue d’augmenter grâce aux progrès de la médecine et à un système de santé efficace.

La densité moyenne de population sur le territoire français (115 hab. /km²) est assez faible en comparaison avec certains pays européens comme la Belgique (359 hab. /km²) ou l’Allemagne (234 hab./km²). La répartition de cette population est par ailleurs très inégale avec des densités fortes dans les villes, le long des vallées fluvial es et sur les littoraux alors qu’elles sont faibles dans les espaces ruraux, principalement dans une diagonale allant du nord-est (Ardennes) jusqu’au sud-ouest (Pyrénées) et dans les zones de montagne. Les densités présentes dans les territoires ultramarins habités sont généralement plus fortes que celles de la métropole mis à part en Guyane.

 

  1. Les dynamiques spatiales

La mobilité de la population française définit des espaces attractifs et des espaces plus répulsifs en France. Ce sont les grandes aires urbaines, le sud et l’ouest de la France qui sont rendus attractifs par un cadre de vie agréable, la présence du littoral, l’ensoleillement et un environnement économique porteur alors que l’île de France et les vieilles régions industrielles du nord et de l’est ont un solde migratoire négatif. L’arrivée de populations immigrées explique aussi les dynamiques spatiales en France, elles sont principalement attirées par les grandes villes, en île de France, Alsace, Rhône-Alpes et dans le sud.

 

  1. Les dynamiques démographiques

La France arrive au 2è rang européen par sa population. Elle doit surtout sa croissance démographique à un solde naturel (Différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès) positif. Avec 2,01 enfants par femme en moyenne, la fécondité française est la 2ème d’Europe, seule l’Irlande fait mieux. Cependant, laFrance vieillit, notamment parce que l’espérance de vie à la naissance augmente encore (78,1 pour les hommes, 84,8 pour les femmes) et les plus de 65 ans représentent aujourd’hui plus de 17% de la population totale. Mais les dynamiques sont différentes selon les régions : ainsi, la fécondité est plus forte dans une moitié nord de la France et les soldes naturels y sont nettement positifs. Aussi le nombre de personnes âgées est plus important dans le sud et dans les régions rurales. Enfin, dans les DROM, la tendance est aussi à un vieillissement de la population.

 



Le territoire national et sa population – Cours – 3ème – Géographie   pdf

Tables des matières Habiter en France - Géographie : 3ème