La République de l’entre-deux-guerres – 3ème – Cours

La République de l’entre-deux-guerres – 3ème – Cours

  • Comment la République réagit-elle aux évolutions politiques et aux crises de l’entre deux-guerres ?
  • Comment la Première Guerre mondiale et la révolution russe marquent-elles la vie politique française 1917-1920 ?
  • Comment le Front populaire a-t-il répondu  aux attentes des travailleurs ?
  • Comment l’itinéraire politique de Georges Clemenceau, de 1917 à 1920, est-il représentatif des débats de la France de l’après-guerre ?
  • Comment le congrès de Tours modifie-t-il l’équilibre des forces politiques françaises ?

Je me repère dans l’espace et dans le temps

Le 11 novembre 1918, l’armistice est signé avec l’Allemagne. Victorieuse, la France est cependant loin de pouvoir envisager un retour à la normale : l’Union sacrée est remise en cause dès 1917 et le retour à la vie parlementaire s’opère dans un climat d’affrontements. Dans les années 1930, la République est en crise. En 1936-1937, le Front populaire tente d’y apporter une réponse sociale, mais son existence est brève. La politique française est de plus en plus dominée par les tensions internationales, qui mènent à la Seconde Guerre mondiale.

 

Date Évènement
1919 Accession de la droite au pouvoir, le « Bloc National »
1920 Scission de la SFIO (création de la SFIC, Section Française de l’Internationale Communiste)
1924 Accession du « Cartel des gauches » au pouvoir
1929 Crise boursière et économique
1934 Manifestations d’extrême-droite
1936 Accession du « Front Populaire » au pouvoir
1938 Fin du Front Populaire, alliance du gouvernement avec la Droite

 

Définitions :

Entre-deux-guerres : expression désignant la période qui sépare la Première de la Seconde Guerre mondiale. Elle s’étend de 1918 à 1939.

Mutinerie : révolte des soldats qui refusent d’obéir et de se battre.

Union sacrée : rapprochement de toutes les forces politiques ou syndicales au nom de l’effort de guerre.

Coalition électorale : rassemblement de plusieurs partis autour d’un programme comme pour augmenter leurs chances de gagner les élections.

IIIe internationale ( ou Internationale communiste) : organisation fondée par Lénine en 1919 pour regrouper les partis communistes du monde entier sous la direction de Moscou.

Antiparlementarisme : opposition au régime parlementaire, accusé de favoriser l’instabilité gouvernementale et la corruption.

Défaitisme : attitude qui consiste à douter de la victoire.

Ligue d’extrême droite: mouvement politique opposé au régime parlementaire et qui s’appuie souvent sur une organisation paramilitaire (uniformes, drapeaux, défilés, etc.).

Congé payé : jour de repos pendant lequel l’employé perçoit son salaire.

Xénophobie : rejet des étrangers.

Syndicat : groupe de personnes exerçant la même profession et s’associant pour défendre leurs intérêts communs.

SFIO : Section française de l’Internationale ouvrière, nom du parti socialiste en France.

  1. Entre guerres et paix, la République en temps de crises
  2. De la guerre à la paix : l’impossible «  retour à la normale » : la France  des années 1920

En novembre 1917, l’enfoncement de la guerre provoque des grèves et des mutineries et entraîne la fin de l’Union sacrée : Clemenceau arrive au pouvoir, il exerce un pouvoir autoritaire pour rétablir l’unité nationale. C’est le départ des socialistes et le retour de l’opposition gauche-droite. Cette reprise en main, associée à l’intervention des Etats-Unis, conduit la France à la victoire.  Cependant les pertes humaines et matérielles ont affaibli le pays et annoncent de jours difficiles.

 

A la signature de l’armistice (11 novembre 1918), la France est victorieuse mais elle est affaiblie (traumatisée par la guerre : 1,4 millions de morts, 1,5 millions de blessés, 900 000 bâtiments détruits, 156 milliards de francs de dettes) et connaît une forte agitation (grèves liées aux difficultés d’après-guerre), la politique répressive de Clemenceau face aux grèves de 1919 est critiquée par la gauche et les syndicalistes.

En novembre 1919, dans un contexte de peur révolutionnaire du bolchevisme, c’est la victoire du Bloc national (droite et centre) aux élections législatives, face à la Gauche. Le bloc national mène une politique de fermeté pour faire appliquer le traité de Versailles et lutter contre le bolchevisme.

La Révolution Russe divise les socialistes. La SFIO se divise au Congrès de Tours 1920, entre socialistes(SFIO) et communistes (SFIC).

  1. La France des années 1930 : La République en crises

Provoquée par l’effondrement boursier du 24 octobre 1929 à New York, la crise économique n’épargne pas la France, un climat d’inquiétude règne sur le pays : augmentation du chômage, baisse de la production et des prix de revenu. L’impuissance de la classe politique à résoudre la crise et l’instabilité gouvernementale suscitent des critiques contre le régime. Les Ligues antiparlementaristes, les xénophobes et les antisémites contestent violemment le fonctionnement de la République (manifestations du 6 février1934).

 



La République de l’entre-deux-guerres – 3ème – Cours   rtf

La République de l’entre-deux-guerres – 3ème – Cours   pdf

Tables des matières La république de l’entre-deux guerres, victorieuse et fragilisée - Histoire : 3ème