La cité des Athéniens – 6ème – Cours – Civilisation grecque

La cité des Athéniens – 6ème – Cours – Civilisation grecque

Athènes, une grande cité

Ce sont ses victoires dans les guerres médiques qui lui ont donné la puissance militaire, mais son territoire possède aussi des richesses : les mines d’argent du Laurion et le beau marbre du Pentélique. Le commerce maritime contribue également à la puissance de la cité; son port, Le Pirée, permet des échanges actifs. Athènes exporte du marbre, des produits artisanaux (armes, poteries) et quelques excédents agricoles : huile, vin. Ces liquides sont expédiés dans des vases de terre cuite : la céramique, d’où l’importance à Athènes du métier de potier.

Mais le plus beau métier pour les Grecs est agriculteur, toutefois, seuls les citoyens (ceux qui sont nés de père et mère athéniens) ont le droit de posséder la terre.

Malgré cet amour de la terre, la cité ne peut se suffire à elle-même en céréales, elle doit importer du blé; certaines matières premières manquent aussi : bois, métaux.

 

La ville haute, l’Acropole est dédiée à Athéna, déesse protectrice de la cité.

La ville basse concentre les habitations et les activités politiques et économiques autour de la place publique, l’agora.

 

Athènes, une puissance gagnée par les guerres.

  • Les guerres médiques

Vers 500 av. J.-C., les cités grecques installées sur la côte de l’Asie mineure se révoltent contre la domination perse. Athènes intervient sans succès pour leur porter secours. Pour s’assurer qu’une nouvelle intervention des Grecs d’Europe ne sera plus possible dans son empire, Darius Ier, le roi des Perses, exige que les Grecs d’Europe se soumettent. Seules quatre cités, dont Athènes et Sparte, refusent la soumission. Darius décide donc d’envahir la Grèce.

Dans la première moitié du Ve siècle av. J.-C., les deux Guerres médiques opposent les Grecs d’Asie mineure et d’Europe aux Perses, aussi appelés Mèdes.

La première guerre médique est marquée par la victoire athénienne de Marathon, en 490 av. J.-C. La seconde guerre médique est illustrée par la mort héroïque des Spartiates aux Thermopyles, par la victoire athénienne de Salamine en 480 av. J.-C. et la victoire des Grecs coalisés à Platées en 479 av. J.-C. Après les guerres médiques, Athènes va imposer son autorité à la plus grande partie des cités grecques (sauf Sparte) en les regroupant dans la Ligue de Délos.

  • La ligue de Délos et la guerre du Péloponnèse

 

Pour les Grecs, la victoire remportée sur l’immense empire perse est un signe de la supériorité de leurs dieux, de leurs institutions, de leur… civilisation.

Athènes, devenue une puissance maritime, regroupe autour d’elle les cités qui craignent une nouvelle attaque perse. Ainsi naît la ligue (l’alliance) de Délos. Chaque cité de la ligue doit payer un tribut (un impôt) à Athènes pour équiper une flotte de guerre et utiliser sa monnaie. Mais le trésor gardé dans l’île de Délos, puis à Athènes, sert surtout à construire de beaux monuments sur l’acropole d’Athènes en reconstruction après les désastres commis par les Perses. Cette volonté de domination  athénienne (impérialisme) provoque des résistances et des jalousies; entre Sparte et Athènes, s’ouvre une période de rivalité qui affaiblit la Grèce.

De -431 à -404, Sparte et Athènes s’opposent dans une guerre indécise, Sparte a regroupé autour d’elle toutes les cités du Péloponnèse ainsi que Corinthe, Mégare et Thèbes, elle a la supériorité militaire sur terre et dispose de l’or de Cyrus, le roi perse. Athènes domine sur mer. En -429, une épidémie de peste affaiblit Athènes, Périclès en est victime. En -413, Athènes tente de s’emparer de  Syracuse (en Sicile) alliée de Corinthe et défendue par un général spartiate. Athènes perd dans cette entreprise 40000 hommes et sa meilleure  flotte.

Finalement, les Spartiates, commandés par Lysandre et aidés par l’or perse, vainquent définitivement Athènes à Aigos-Potamos. Athènes doit renoncer à son empire, livrer sa flotte et raser ses fortifications.

Toutes les cités grecques sortent très affaiblies de cette guerre, Sparte domine à son tour la Grèce, puis elle doit s’incliner devant Thèbes en -371. Philippe de Macédoine profite alors des rivalités grecques, et à l’aide de sa puissante armée, la « phalange », il vainc les Grecs à Chéronée en -338, c’en est fini de l’indépendance des cités grecques.

Athènes, une puissance culturelle

Les trésors de la ligue de Délos a permis à Athènes d’embellir sa ville.

  • L’acropole d’Athènes

Les premiers habitants s’y installent en – 3000 (peut-être même avant). C’était la ville haute (Acro-polis par rapport aux différents quartiers qui se trouvaient ses pieds (d’où le pluriel à Athènes). Elle sert de refuge à la population. Elle a alors un rôle de citadelle, protégée par une muraille.

 

Vers le sixième siècle avant J.-C., les premiers temples apparaissent et la fonction religieuse de l’acropole s’affirme. En -556, c’est la première procession des Panathénées suivies d’une hécatombe (sacrifice de cent bœufs). Entre -480 tout est détruit par les perses. En -449 tout est reconstruit. C’est l’œuvre de Périclès et de Phidias (architecte)

– le Parthénon (-447 à -423 puis de -421 à -407).

La rapidité de la construction a nécessité une forte main-d’œuvre.

Les frais engagés sont très importants (trésor de Délos transféré à Athènes en -454).

– Petit temple d’Athéna Niké

– les propylées avec en face la statue d’Athéna Promachos (haute de 16,40 m)

– au fond, à l’ouest les hôtels d’Athéna et de Zeus

– au nord, l’Erechthéion avec la tribune des cariatides.

 

  • Le Parthénon

C’est le temple le plus élevé de l’acropole d’Athènes. Il est dédié à Athéna Parthénos. Il est fait de marbre qui provient des carrières du mont Pentélique.

 

Ces fonctions étaient:

– religieuse avec l’acropole car on faisait des offrandes à Athéna

 

– politique : c’est la Pnyx (est une colline rocheuse située à l’ouest de l’Acropole et qui surplombe l’Agora. Elle est entourée par la colline des Nymphes et celle des Muses) symbolique de la puissance d’Athènes.  La Pnyx a une grande importance dans la vie politique d’Athènes car c’est l’endroit où se réunit l’assemblée du peuple (l’Ecclésia) pour prendre démocratiquement les grandes décisions : voter  à main levée les lois, voter le budget, désigner les membres de la Boulè, de l’Héliée, élire les magistrats. Seule la procédure d’ostracisme avait lieu sur l’agora.

 



La cité des Athéniens – 6ème – Cours – Civilisation grecque   rtf

La cité des Athéniens – 6ème – Cours – Civilisation grecque   pdf

 

Tables des matières La civilisation grecque - Histoire : 6ème - Cycle 3