Entreprises transnationales – Cours – 4ème – Géographie

Entreprises transnationales – Cours – 4ème – Géographie

  • Les firmes transnationales.
  • Pays d’origine, stratégies d’investissement.
  • Implantation, effets socio-spatiaux.
  • Le rôle des firmes transnationales dans la mondialisation.

Les multinationales existent depuis des centaines d’années. Ainsi la compagnie Orientale des Indes, fondée en 1602, peut être considérée comme une multinationale. C’est cependant vers la fin des années 1970 que ces sociétés sont montées en puissance et en nombre. L’organisation de l’Église catholique est multinationale depuis plus longtemps encore, mais celle-ci n’est pas considérée comme à but lucratif, ne distribuant pas de dividendes.

I. les firmes transnationales 

1. Définitions :

Les firmes transnationales  FTN : ce sont des entreprises qui, à partir du pays où elles ont été créées, ont développé leurs activités dans plusieurs pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de leurs entités (filiales). Leur nombre est en forte hausse, la plupart sont américaines, japonaises ou européennes.

Les FTN sont présentes dans tous les secteurs de l’économie mondiale et en sont les acteurs les plus dynamiques et les plus performants. Elles ont profité de la révolution des transports et des technologies de l’information et de la communication, ainsi que de la libéralisation du commerce international, qui permettent des échanges à moindre coût.

Le siège social : lieu où se trouve la direction d’une entreprise.

 

Un investissement direct à l’étranger IDE : action qui permet d’acheter ou de créer une entreprise à l’étranger.

Un pays émergent : c’est un pays dont l’économie se développe rapidement comme le Brésil et la Chine.

2. Les FTN, des acteurs incontournables :

  • Il y a plus de 80 000 firmes transnationales dans le monde, avec au total plus de 800 000 entités à l’étranger, employant 75 millions de personnes à travers le monde.
  • Le schéma ci-après résume les rôles principaux des FTN  dans les différents contextes. Elles jouent un rôle majeur dans la mondialisation.

Les FTN créent plus du quart de la richesse du monde et assurent les 2/3 du commerce mondial, en raison des échanges intenses qu’elles réalisent entre leurs filiales et leurs marchés de consommation. Leurs échanges intra firmes (échanges de pièces détachées, services, ressources, informations, etc.) représentent même 1/3 du commerce mondial !
Leurs capacités financières sont immenses : elles assurent la plus grande partie des investissements directs à l’étranger (IDE), par rachat d’entreprises dans un pays étranger, fusion-acquisition, création d’une filiale ou d’un partenariat (joint-venture, entreprise conjointe), extension d’activités ou autres.

 II. Les investissements directs à l’étranger (IDE)

  • Les investissements directs à l’étranger (IDE) sont essentiels pour le développement des économies nationales.
  • Les états cherchent à attirer ces investissements dans leurs territoires et créent des environnements favorables afin de facilité les investissements et à travers ça la création des richesses et de l’emploi.

 

 

 Quelques données sur les IDE dans le monde :

Les 2/3 du stock d’IDE entrants sont encore à l’actif des pays de la Triade, et d’abord des États-Unis, mais leur part dans le total mondial est en baisse sensible depuis un quart de siècle : 26 % du stock total mondial en 1990, 17 % en 2010.

Plus globalement, en 1990, les économies développées détenaient 75 % du stock d’IDE. En 2010, la proportion était de 65 %, les pays en développement recevant une part de plus en plus importante : leur stock d’IDE a été multiplié par 10 en vingt ans ! Mieux encore : quand on analyse les flux d’IDE (les IDE investis chaque année) et non plus les stocks (les IDE déjà investis antérieurement), on s’aperçoit que les pays en développement reçoivent désormais près de la moitié (46 %) des flux.

Le premier bénéficiaire de cette nouvelle répartition des IDE est la Chine, qui arrive en 2e position mondiale pour les flux entrants, avec 200 milliards de dollars (Chine + Hong Kong), derrière les États-Unis, toujours 1er avec 210 milliards de dollars de flux en 2011. Ensuite, viennent le Brésil (n04 des flux entrants en 2010), la Russie (n08), l’Inde (n015), le Mexique (n019), l’Indonésie (n021) et les pays pétroliers comme l’Angola (n025).
Aujourd’hui, la plupart des pays du monde sont concernés par ces investissements, à des degrés divers. Les flux d’IDE en Afrique ont été multipliés par 7 en 10 ans. Le Ghana, par exemple, a reçu plus de 2 500 milliards d’IDE en 2010.

 

 III. Des stratégies globales

Les firmes transnationales (FTN) ont des dimensions et des compétences qui leur permettent de raisonner à l’échelle mondiale et donc de développer des stratégies globales : chaque point du globe sélectionné l’est en fonction de ses avantages comparatifs propres, ce qui assure à la firme un atout considérable face à des entreprises à base uniquement nationale. La dimension globale est aujourd’hui une condition essentielle de la compétitivité des firmes.

Les différentes activités d’une même firme sont ainsi réparties à travers le monde, tirant profit des avantages comparatifs spécifiques de telle ou telle zone. Un produit peut donc être conçu aux États-Unis, assemblé en Asie orientale, vendu dans le monde entier et ses bénéfices rapatriés à la maison-mère, aux États-Unis. Cette dissociation des étapes de la production permet une augmentation conséquente de la rentabilité de l’entreprise.

 



Entreprises transnationales – Cours – 4ème – Géographie    rtf

Entreprises transnationales – Cours – 4ème – Géographie    pdf

Tables des matières Des échanges à la dimension du monde - Géographie : 4ème