Tour d'horizon rapide du site en vidéo

Découvrir le monde – Les cinq sens – MS de maternelle – Séquence complète – PDF à imprimer

Moyenne Section (MS) de maternelle – Découvrir le monde – Les cinq sens

Découvrir le monde : les cinq sens

Compétences : – S’approprier une démarche expérimentale : émettre des hypothèses, et expérimenter pour vérifier.
– Manipuler et nommer le matériel pour réaliser des expériences.
Nombre de séances : 5
Matériel : Vignettes mise en route, matériel divers selon l’expérience, fiches de rapport d’expériences
Durée de la séance : Environ 30 minutes par séance
Modalité : En petits groupes

SEANCE 1
Durée Activité Mode de travail

❶ Mise en route

Imprimer en format A3 et plastifier les vignettes.
Commencer par ne prendre que les vignettes jaunes représentant les 5 sens. Pour chacune des 5 vignettes, demander aux élèves : « Que voyez-vous sur cette vignette ? Ex : Je vois une bouche. Montrez-moi votre bouche. » « Quelle action peut-on faire avec une bouche ? On peut manger, boire, goûter, parler… Donnez-moi des exemples de ce qu’on peut manger ou boire. »
Lorsque vous avez introduit les cinq sens, prendre deux vignettes exemples par sens et demander aux élèves de les associer au bon sens.
Par exemple, la vignette du hérisson est à associer au sens du toucher car il pique si on le touche mais aussi à la vue car on peut l’observer aussi sans le toucher.

LA VUE

Je découvre :

1/. Demander à quelques élèves d’observer dans un petit miroir leur œil et de le décrire. Leur faire observer leur pupille selon des lumières différentes. 2/. Demander aux enfants de placer leur main à la verticale (dans l’axe de leur nez) à environ 10 cm de l’œil. Ils doivent ensuite fermer l’œil droit et observer. Puis faire de même avec l’œil gauche et observer. Ils remarqueront que l’image vue est différente selon l’œil ouvert.
3/. Avec un appareil de projection, montrer une image floue : les enfants devront essayer de deviner ce qu’est l’image. Pour vérifier, la mettre nette.
4/. Faire observer divers éléments avec une loupe, des jumelles, des lunettes de vue…

J’échange :

Poser les questions suivantes afin que les élèves aient une réflexion sur la vue.
1/. Qu’est-ce qui vous permet de voir ? Les yeux.
2/. Peux-tu décrire un œil ? Il y a des cils, une paupière, une pupille noire à l’intérieur de l’iris de couleur et une partie blanche : la sclère.
3/. A quoi peuvent servir nos paupières ? Nos paupières protègent nos yeux du soleil en se fermant ; elles nettoient les petites poussières lorsqu’on les ferme ; elles se ferment lorsqu’on est fatigué (comme les volets d’une maison).
4/. Pourquoi a-t-on deux yeux ? Chaque œil voit une image différente. Nos deux yeux associés permettent d’estimer des distances et des reliefs et d’avoir une vision plus complète d’une image.
5/. Est-ce que tous les êtres vivants ont la même vue ? Expliquer ce qu’on entend par être vivant (animal, humain). Certains animaux voient très mal (chauve-souris, taupe, hérisson…), tandis que d’autres ont une vision extrêmement développée (libellule, caméléon, oiseau de proie…). Certains voient très bien la nuit (chien, chat…), contrairement à nous.

❷ Expérience 1 : Le folioscope ou flip-book

Problématique : Peut-on animer des dessins ?

Poser la problématique aux élèves afin de recueillir leurs hypothèses. Les mettre par écrit afin de garder une trace de leur réflexion. Puis, guider la discussion afin de faire émerger le matériel nécessaire pour réaliser l’expérience.

Matériel : un carnet de post-it de format pas trop petit avec 30 pages minimum, des crayons de couleurs.

Réalisation :
Deux possibilités : si les enfants dessinent plutôt bien, vous pouvez-les laisser faire les motifs. Si en revanche, c’est une tâche difficile pour eux, vous pouvez dessiner les contours et vos élèves colorieront. Choisir un motif assez simple que vous allez pouvoir répéter sur chacune des feuilles de post-it comme par exemple : un ballon qui rebondit, une feuille d’arbre qui s’envole, un ballon de baudruche qui s’envole, une fusée qui décolle, une voiture qui se déplace, un soleil qui se lève dans le ciel, un enfant qui grandit jusqu’à devenir adulte…
Il suffit donc de reproduire le dessin en le décalant légèrement sur chaque feuille. Ne décollez pas les pages du carnet de Post-it pour ne pas vous mélanger dans l’ordre des images. Il ne vous reste plus qu’à faire défiler les images en feuilletant le livret rapidement.

❸ Comment ça marche ?

Quand on feuillette les pages, les yeux ainsi que le cerveau fondent les images les unes dans les autres, et le dessin semble bouger. Dans un film, on fait défiler 24 images par seconde pour donner une véritable impression de mouvement.

En petits groupes

En petits groupes

SEANCE 2
Durée Activité Mode de travail

❶ Mise en route

LE TOUCHER

Je découvre:

1/. Dans un bac, rassembler divers objets de textures différentes et laisser les élèves les manipuler (foulards de soie, du velours, de la toile de jute, de la moquette, du lino, de la feutrine, de la paille de fer, un paillasson, des peluches, du coton, des écorces d’arbres, des bogues de marron, des plumes…)
2/. Jeu de Colin-maillard pour reconnaitre un camarade de classe au toucher dans la salle de motricité.
3/. La boite mystère : récupérer une boite à mouchoirs et cachez-y un objet. Demandez à votre enfant de plonger sa main dans la fente et de vous décrire l’objet qu’il tâtonne pour retrouver ce que c’est.

J’échange :

Poser les questions suivantes afin que les élèves aient une réflexion sur le toucher.
1/. Avec quelles parties de votre corps pouvez-vous toucher des objets ? Toutes les parties externes recouvertes de peau.
2/. A-t-on des parties du corps plus sensibles que d’autres ? Prendre une plume et tester sur les enfants afin qu’ils puissent dire quelles sont les parties de leur corps qui sont plus sensibles au contact
3/. Quelles sensations sont agréables pour vous ? Lesquelles sont désagréables ?

❷ Expérience 2: Les ballons sensoriels

Problématique : Que cachent ces ballons ?

Poser la problématique aux élèves afin de recueillir leurs hypothèses. Les mettre par écrit afin de garder une trace de leur réflexion. Puis, guider la discussion afin de faire émerger le matériel nécessaire pour réaliser l’expérience.

Matériel : six ballons de baudruche d’une couleur et six autres d’une autre couleur. De la farine, du savon liquide, des lentilles sèches, des billes, des grains de maïs secs, du riz. 6 gobelets transparents contenant chacun un produit cité juste avant.

Réalisation :
Avant de proposer l’activité aux élèves, il vous faudra la préparer en remplissant chacun des six ballons de baudruche d’une couleur avec l’un des produits.
Vous ferez de même avec les mêmes produits dans les six autres ballons de l’autre couleur. Vous pouvez utiliser un entonnoir pour remplir les ballons.
Puis, expliquer l’activité aux enfants : sur une table, aligner les gobelets et faire nommer les différents produits à votre enfant. Il peut les toucher pour se familiariser avec leur texture. Ensuite, leur donner les six ballons d’une même couleur et leur demander, par le toucher, de retrouver ce qu’ils contiennent. Ils les placeront alors devant le gobelet correspondant.
En seconde partie, cacher les gobelets et présenter les six autres ballons de l’autre couleur aux enfants. Ils devront les malaxer avec leus mains et les associer aux ballons de la première couleur correspondants.

En petits groupes

SEANCE 3
Durée Activité Mode de travail

❶ Mise en route

L’ODORAT

Je découvre:

1/. Faire des plantations de plantes aromatiques (persil, basilic, ciboulette, menthe, aneth, coriandre)
2/. Faire des compositions à partir de pots-pourris
3/. Fabriquer des petits pots odorants à partir des boites à jouets des œufs Kinder : les percer afin que les enfants puissent humer l’odeur de l’ingrédient caché à l’intérieur (bâtons de cannelle, thym, banane, grains de café, lavande, rose, aiguilles de sapin, piment, champignons, menthe, chewing gum…). De temps à autre, faire parler les élèves : aimes-tu cette odeur ou non ? A quoi cela te fait-il penser ? Ça sent fort ? Ça pique le nez ?

J’échange:

Poser les questions suivantes afin que les élèves aient une réflexion sur l’odorat.
1/. Avec quelle partie de ton corps pouvez-vous sentir une odeur ? Avec le nez, composé de deux narines.
2/. Quelles odeurs peut-on sentir dans une maison ? Dans la rue ?
3/. A votre avis, est-ce que tout le monde aime les mêmes odeurs ?
4/. Qu’est-ce qui sent mauvais pour vous ?
5/. Quelle est votre odeur préférée ?
6/. Y a-t-il des odeurs qui peuvent prévenir d’un danger ? L’odeur du feu, du brûlé, du gaz.
7/. Les animaux marins peuvent-ils sentir ? Oui, les requins sentent l’odeur du sang sous l’eau de très loin.

❷ Expérience 3 : Une bougie parfumée

Problématique : Comment parfumer l’air ?

Poser la problématique aux élèves afin de recueillir leurs hypothèses. Les mettre par écrit afin de garder une trace de leur réflexion. Puis, guider la discussion afin de faire émerger le matériel nécessaire pour réaliser l’expérience.

Matériel : des granulés de cire (ou des restes de bougies blanches), une mèche à bougie, des contenants en verre (pot de yaourt, bocaux), des pastels de la couleur de votre choix, de l’huile parfumée spéciale bougie, facultatif : de la lavande sèche, une vieille casserole, une pince à linge, une spatule en bois.

Réalisation :
Placer les granulés de cire dans la casserole.
Demander aux enfants de râper quelques morceaux de pastel pour colorer leur bougie (il n’est pas nécessaire d’en mettre trop !). Placer l’ensemble sur feu très doux et remuer régulièrement. Lors de la cuisson, vous pouvez rajouter la lavande sèche, si vous le souhaitez.
Lorsque la cire est complètement fondue, vous pouvez rajouter quelques gouttes d’huile parfumée pour bougie. Ensuite, attendre que cela se solidifie. Verser le reste de cire dans votre contenant en prenant soin de maintenir la mèche bien droite grâce à une pince à linge placée en travers du contenant.
Patienter une heure ou deux que la cire se soit complètement solidifiée. La bougie est prête à parfumer votre pièce !

En petits groupes

SEANCE 4
Durée Activité Mode de travail

❶ Mise en route

L’OUÏE

Je découvre:

1/. Faire écouter une succession de sons aux élèves (tousser, mâcher, frapper des mains, frotter, claquer sa langue…) qu’ils devront reproduire dans le même ordre.
2/. Jeu du minuteur : Un enfant sa cache les yeux, le temps pour vous de cacher un minuteur qui fait tic-tac. Lorsque l’enfant rouvre les yeux, il doit retrouver le minuteur en se concentrant sur le son qu’il produit.
3/. Faire écouter des histoires simples et courtes sur CD ou via Internet.
4/. Loto sonore : Faire écouter des sons les uns après les autres, et demander aux enfants de reconnaitre ce que c’est.
5/. Jeu du lion : un enfant, le lion, s’assoit, les yeux bandés, près d’une boite où se trouvent des balles. Vous allez devoir réussir à récupérer les balles sans que votre enfant ne vous entende. Si le lion montre correctement la direction où vous vous trouvez, vous devez alors reposer la balle dans le panier et revenir à votre position de départ.
6/. Dans la cour, faire écouter les bruits environnants pendant 2 minutes et demander aux élèves de décrire ce qu’ils ont entendu (bruit des oiseaux, bruit des voitures, bruit des voisins…)

J’échange:

Poser les questions suivantes afin que les élèves aient une réflexion sur l’ouïe.
1/. Avec quelle partie de ton corps pouvez-vous entendre des sons ? L’oreille.
2/. Demander aux enfants de se boucher les oreilles : Qu’entendez-vous ? C’est le silence.
3/. Comment peuvent communiquer les personnes qui n’entendent pas ? Elles peuvent utiliser le langage des signes.
4/. Est-ce que vous pouvez savoir d’où vient un son ? Oui, grâce à mes deux oreilles.
5/. Jusqu’à quelle distance peut-on entendre un son ? Faire l’expérience avec le tic-tac d’un réveil (reculer au fur et à mesure).

❷ Expérience 4 : La guitare élastique

Problématique : Peut-on faire de la musique avec un carton ?

Poser la problématique aux élèves afin de recueillir leurs hypothèses. Les mettre par écrit afin de garder une trace de leur réflexion. Puis, guider la discussion afin de faire émerger le matériel nécessaire pour réaliser l’expérience.

Matériel : une boîte à chaussures, de la gouache, différents élastiques, rouleau en carton (de sopalin par exemple), scotch.

Réalisation :
Peindre un cercle au fond de la boîte à chaussures.
Prendre deux élastiques d’épaisseurs différentes mais de longueur identique, et les enfiler sur la boite. Tester leur son en pinçant les élastiques : le plus fin doit produire un son aigu tandis que le plus épais va produire une note plus grave.
Prendre ensuite deux élastiques d’épaisseur identique mais de longueurs différentes. Les enfiler et tester leur son: le plus court produira un son plus aigu. Vous pouvez rajouter deux élastiques, tester leur son et ranger la totalité des élastiques du plus aigu au plus grave.
Fixer le rouleau de carton à l’un des bouts de la boîte à chaussures à l’aide de scotch : ce sera le manche de la guitare. Représenter les cordes et la tête avec les clés sur le manche pour lui donner un air de ressemblance avec une véritable guitare acoustique. Demander à votre enfant de décorer sa guitare comme il le souhaite.

Comment ça marche ?
Les élastiques minces vibrent plus rapidement et produisent donc des sons plus aigus que les élastiques épais. De même, plus l’élastique est tendu, plus il vibre vite. Ainsi, lorsqu’ils sont tendus, les plus petits élastiques produisent des sons plus aigus que les plus longs.

En petits groupes

SEANCE 5
Durée Activité Mode de travail

❶ Mise en route

LE GOÛT

Je découvre:

Attention, TOUJOIRS vérifier qu’il n’y ait pas de PAI pour allergie alimentaire avant de procéder à une dégustation !
1/. Faire des ateliers de cuisine avec les élèves, à l’occasion des anniversaires par exemple.
2/. Jeu du goûteur : proposer différentes confitures et demander aux enfants de retrouver les fruits qui les composent après les avoir goûtées.
3/. Faire découvrir du vocabulaire sur les saveurs et les textures aux enfants en procédant à une dégustation : sucré (bonbon, biscuit), salé (chips, anchois), amer (endive, amende amère) et acide (cornichon, pomme verte), juteux (orange, pêche), dur (sucre, chocolat), filandreux (ananas, mangue), croquant (pomme, biscotte), mou (guimauve, flan), sec (biscuit), pâteux (beurre de cacahuète) …

J’échange:

Poser les questions suivantes afin que les élèves aient une réflexion sur le goût.
1/. Avec quelle partie du corps peut-on goûter des aliments ? Avec la bouche/ la langue.
2/. Que peut-on faire d’autres avec la bouche ? On peut chanter, parler, boire, manger, embrasser…
3/. Est-ce que tout le monde aime les mêmes saveurs ? Non.
4/. Est-ce agréable ou désagréable de manger ? Cela dépend de nos goûts. 5/. Pourquoi est-ce qu’il peut être dangereux de goûter des fruits dans la forêt ? Vous en profiterez pour éduquer les enfants sur les dangers d’avaler des aliments non comestibles
6/. Peut-on reconnaitre un fruit les yeux fermés et le nez pincé ? Faire l’expérience avec les élèves.

❷ Expérience 5 : Une sacrée langue !

Problématique : La langue est-elle sensible aux mêmes saveurs partout ?

Poser la problématique aux élèves afin de recueillir leurs hypothèses. Les mettre par écrit afin de garder une trace de leur réflexion. Puis, guider la discussion afin de faire émerger le matériel nécessaire pour réaliser l’expérience.

Matériel : quatre gobelets en plastique, chacun contenant un liquide différent (du jus de citron, du café froid, de l’eau salée et de l’eau sucrée, des coton-tige, le plan de la langue, un verre d’eau.

Réalisation :
Imprimer le plan de la langue. Tremper un coton-tige dans le jus de citron et tamponner les différentes zones délimitées sur le plan de la langue avec. En même temps que vous tamponnez, pointez sur le plan, les zones de la langue que vous touchez.
Est-ce que le jus de citron a plus de goût sur une certaine partie de la langue que sur une autre ?
Demander aux enfants de pointer la partie de la langue qui a été plus sensible au goût du citron. Demander aux enfants de se rincer la bouche ensuite avant de poursuivre. Procéder de même pour chacun des liquides.

Comment ça marche ?
Les scientifiques croient que les différentes zones de la langue permettent au cerveau de reconnaître différentes saveurs : les saveurs amères seraient détectées au fond, sucrées à l’avant, acides sur les côtés et les salées, au bout de la langue.

En petits groupes

 



Rapport d’expérience 4 Les cinq sens – MS de maternelle pdf

Rapport d’expérience 4 Les cinq sens – MS de maternelle rtf

Découvrir le monde – Les cinq sens – MS de maternelle – Séquence complète pdf

Découvrir le monde – Les cinq sens – MS de maternelle – Séquence complète rtf

Mise en route – Cartes MS de maternelle pdf à imprimer

Mise en route – Cartes MS de maternelle rtf

Prolongements Les cinq sens – MS de maternelle pdf

Prolongements Les cinq sens – MS de maternelle rtf