Egypte au IIIe millénaire – 6ème – Cours – Orient Ancien – Histoire

Egypte au 3ème millénaire – 6ème – Cours – Orient Ancien – Histoire

Au IIIème millénaire A.J.C. naissent dans le croissant fertile les premières grandes civilisations (Société d’hommes politiquement et socialement organisée, intellectuellement et techniquement évoluée). Les premières civilisations sont nées dans l’Orient ancien autour de trois fleuves : le Nil, le

Tigre et l’Euphrate.

 

  • Comment vivent les premières sociétés de l’histoire ?
  • Où se situe l’Egypte ?
  • Comment l’état égyptien est-il organisé au IIIème millénaire avant JC ?
  • La religion égyptienne.

1/ Où se situe l’Egypte ?

La civilisation égyptienne est née au 3ème millénaire avant J.-C. et a brillé pendant 2 000 ans environ. Elle est d’une importance primordiale : écriture très développée (hiéroglyphes), peinture (en particulier peintures murales) et sculpture.

L’Égypte est formée d’une vallée étroite, la Haute-Égypte, parcourue par le Nil et entourée de déserts. Le Nil se termine par un delta qui forme la Basse-Égypte. C’est dans le delta que pousse le papyrus qui sert de support à l’écriture.

2/ L’Egypte sous Pharaon

Pendant quelque 3 000 ans, l’Égypte a été gouvernée par un pharaon.

Qui est Pharaon ?

Le pharaon était le souverain tout-puissant, le roi de l’Égypte antique.

Le premier pharaon historique serait Ménès qui, vers 3000 av. J.-C., a réuni en un seul État la Haute-Égypte (le ruban de la vallée du Nil) et la Basse-Égypte (le delta du Nil).

Les Égyptiens considèrent que le pharaon est l’héritier des dieux Osiris et Horus (le fils d’Osiris) qui avaient gouverné l’Égypte au commencement du monde. Il est dénommé fils du dieu Ré ou du dieu Amon et Horus vivant. Son pouvoir sur l’Égypte est donc d’origine divine. Les Égyptiens croient que le pharaon est un dieu vivant. Lorsqu’il paraît en public, le pharaon porte une fausse barbe tressée associée au némès (coiffe de lin noire ou bleue et or) qui est l’insigne de sa divinité et de son immortalité (les dieux égyptiens sont représentés avec cette barbe). Comme un dieu les Égyptiens l’adorent en se prosternant le front contre le sol et lui rendent un culte après sa mort.

Les Égyptiens croient que pharaon est l’intermédiaire entre eux et leurs dieux. C’est au nom du pharaon que les prêtres prient les dieux afin qu’ils accordent à l’Égypte l’ordre, la prospérité, la justice et la paix que le pharaon doit organiser et défendre.

Étant considéré comme un dieu, le pharaon détient l’autorité suprême qu’il ne partage avec personne, on dit alors qu’il est un souverain absolu. Dans les cérémonies publiques le pharaon porte les insignes de son pouvoir : la crosse et le fouet ou fléau qui sont croisés sur sa poitrine. La crosse (le bâton du berger) représente le rôle de guide qui montre le chemin à suivre, c’est-à-dire les lois que décide le pharaon. La couronne qu’il porte est appelée « pschent ». Le fouet signifie que le pharaon a le pouvoir de punir ceux qui ne respectent pas ses décisions qu’ils soient Égyptiens ou étrangers.

Le vautour est le symbole protecteur de la haute Egypte et le cobra, protecteur de la basse Egypte.

 

• L‘administration

 

Le pharaon est aidé par de nombreux fonctionnaires:

– Le vizir qui est une sorte de premier ministre
– Les gouverneurs qui administrent dans chaque province
– Les scribes qui sont les seuls personnes à savoir lire, écrire et compter.

Leur rôle:
– ils exécutent les ordres du pharaon
– ils lèvent les impôts en nature
– ils veillent à l’entretien des canaux et aux limites entre les champs.

3/ La société égyptienne

• Les paysans

 

Les Égyptiens étaient presque tous paysans. Ils cultivaient les céréales et le lin avec lequel ils fabriquaient des vêtements. Des travaux étaient indispensables pour assurer une bonne irrigation des champs : creusement de canaux, utilisation du chadouf. Quand ils ne cultivaient pas la terre, les paysans devaient participer aux grands travaux de construction des pharaons (temples, tombeaux, mausolées, pyramides).

Les paysans forment  90% de la population égyptienne. Ils sont méprisés par le reste de la population, bien qu’ils soient à l’origine de la richesse du pays.

L’année agricole se divise en trois périodes : la saison des inondations, la saison intermédiaire et la saison des récoltes.
La terre qui est cultivée appartient au pharaon ou à de grands propriétaires, les paysans ne peuvent donc pas gagner d’argent en vendant les récoltes. Tous les ans les scribes perçoivent les impôts en nature (une partie de la récolte).

• Les artisans
Les artisans sont des membres de la population respectés et convenablement rémunérés. La plupart d’entre eux travaillent pour le pharaon, dans les tombeaux funéraires, les temples ou les palais. Certains nobles possèdent même des ateliers d’artisans. Ils ne gagnent pas d’argent, mais reçoivent de la nourriture ou parfois du vin en échange de leurs travaux.
• Les soldats
Le statut des soldats change selon l’histoire de l’Egypte ancienne, ils sont parfois professionnels ou simples citoyens inexpérimentés. Ils sont répartis en plusieurs unités de taille réduite. Les premières armées ne sont constituées que de quelques unités professionnelles en charge de la protection du souverain, des chantiers royaux et des grands axes de communication. C’est au Moyen Empire sous la XIIe dynastie que la première armée de soldats de métier se forme. Elle est alors formée de plusieurs divisions portant chacune le nom d’un dieu égyptien, comme Amon, Rê ou Seth.
• Les esclaves

La plupart d’entre eux sont d’origine étrangère. Certains sont offerts au pharaon par les pays conquis, d’autres ont été capturés lors de campagnes militaires. Le pharaon en donne aux Egyptiens qu’ils souhaitent récompenser, d’autre sont enrôlés comme soldats ou envoyés dans les carrières et dans les mines ou sur les chantiers de construction. Les femmes sont placées comme domestiques chez les Egyptiens ou travaillent dans les temples. Certains esclaves sont la propriété de leurs maîtres, qui peuvent les louer, les vendre, les léguer ou les affranchir. Par contre il ne possède pas le droit de vie ou de mort.

 

4/ La religion égyptienne

Les égyptiens croient en de nombreux dieux : ils sont polythéistes. Beaucoup sont représentés avec un corps humain et une tête d’animal. Les dieux les plus importants pour les égyptiens sont Amon-Râ, le dieu soleil, Horus, le dieu faucon, Isis, déesse de la maternité et Osiris, dieu des morts. De nombreux mythes et légendes entourent ses dieux comme le mythe d’Osiris : assassiné par son frère Seth, il serait revenu à la vie grâce à sa femme Isis et serait alors devenu le dieu du royaume des morts. C’est dans les temples que les prêtres exécutent les rites de la religion égyptienne mais les simples gens n’y ont pas accès.

 

Le mort doit pouvoir être présenté à Osiris pour être jugé et accéder à la vie éternelle. Pour cela son corps doit se conserver après la mort. Les égyptiens ont donc inventé l’embaumement, opération pour que le corps se conserve. Après avoir retiré le cerveau et les entrailles, le corps est desséché grâce au natron, rempli de baume et de tissu puis enveloppé de bandelettes. Enfin un masque est posé sur la tête : c’est désormais une momie. Celle-ci est alors placée dans un sarcophage (cercueil de pierre ou de bois).

Les égyptiens pensent qu’il existe une vie après la mort. Le défunt doit passer devant un tribunal qui

juge s’il peut vivre dans l’au-delà : c’est le tribunal d’Osiris. Anubis conduit le mort à la pesée, son cœur est mis en balance avec une plume symbolisant Maât la déesse de la vérité. Si la balance s’équilibre, le défunt aura accès à la vie éternelle, si le cœur est plus lourd que la plume il sera dévoré et le mort ne pourra renaître.

 



Egypte au IIIe millénaire – 6ème – Cours – Orient Ancien – Histoire    rtf

Egypte au IIIe millénaire – 6ème – Cours – Orient Ancien – Histoire    pdf

Tables des matières L'Orient ancien - Histoire : 6ème - Cycle 3