Ressources pédagogiques gratuites à imprimer et modifier

Le Pass Education' Plus met à la disposition des enseignants gratuitement en libre téléchargement un ensemble de leçons, cours et exercices corrigés à imprimer (format pdf), pouvant être aisément modifiés et adaptés par tout éditeur de texte (fiche à télécharger au format rtf).


Cette base de ressources est régulièrement enrichie de nouvelles fiches de cours et exercices corrigés.


Surréalisme: André Breton

Surréalisme: André Breton

André Breton, né le 19 février 1896, en Normandie, était un écrivain français, poète et théoricien du surréalisme. Il est surtout connu comme étant le principal fondateur du mouvement surréaliste. Parmi ses écrits se trouve le manifeste du surréalisme de 1924 dans lequel il définit le surréalisme comme de l’automatisme psychique pur.

Il a été étudiant en médecine et en psychiatrie. Pendant la première guerre mondiale il a travaillé dans un département neurologique à Nantes. C’est à ce moment qu’il a rencontré le fils spirituel d’Alfred Jarry, Jacques Vache, dont l’attitude anti-sociale et le mépris pour les traditions artistiques établies l’ont considérablement influencé. Vache est mort à l’âge de 24 ans et les lettres qu’il avait écrites à Breton et à d’autres ont été publiées dans un volume intitulé Lettres de guerre (1919) pour lequel Breton a écrit quatre essais d’introduction.

En 1919, Breton a fondé la revue Littérature avec Louis Aragon et Philippe Soupault. Il a également connu le dadaïste Tristan Tzara. En 1924, il a contribué à la création du Bureau de la recherche surréaliste.

Dans Les champs magnétiques, une collaboration avec Soupault, il a mis en pratique les principes de l’écriture automatique.

Il a publié le Manifeste du surréalisme en 1924 et il a été rédacteur en chef de La Révolution surréaliste de 1924. Un petit groupe se forma autour de lui avec Philippe Soupault, Louis Aragon, Paul Eluard, René Crevel, Michel Leiris, Benjamin Péret, Antonin Artaud et Robert Desnos.

Soucieux de combiner les thèmes de la transformation personnelle dans les oeuvres d’Arthur Rimbaud avec la politique de Karl Marx, Breton a rejoint, en 1927, le Parti communiste français dont il a été expulsé en 1933. Pendant ce temps, il a vécu principalement grâce à la vente de peintures à partir de sa galerie d’art.

Sous la direction de Breton, le surréalisme est devenu un mouvement européen qui a influencé tous les domaines de l’art et qui a remis en question l’origine de la compréhension humaine et de la perception humaine des choses et des événements.

En 1938, Breton a accepté une commission culturelle du gouvernement français pour un voyage au Mexique. Après s’être perdu dans la ville de Mexico après une conférence tenue à l’Université nationale autonome du Mexique sur le surréalisme, Breton a déclaré « Je ne sais pas pourquoi je suis ici. Le Mexique est le pays le plus surréaliste dans le monde. »

Visiter le Mexique lui a fourni l’occasion de rencontrer Trotsky. Breton et d’autres surréalistes ont par la suite trouvé refuge dans un long voyage en bateau de Patzcuaro à la ville de Erongaricuaro. Diego Rivera et Frida Kahlo étaient parmi les visiteurs de la communauté d’intellectuels et d’artistes cachés. Ensemble, Breton et Trotsky ont écrit le manifeste Pour un art révolutionnaire indépendant (publié sous le nom de Breton et Diego Rivera) qui visait « la totale liberté de l’art », devenant de plus en plus difficile dans la situation mondiale de l’époque.

Breton a de nouveau été dans le corps médical de l’armée française au début de la Seconde Guerre mondiale.

Le gouvernement de Vichy avait interdit ses écrits comme « la négation même de la révolution nationale » et Breton avait cherché refuge aux États-Unis et dans les Caraïbes en 1941. Il y fit la connaissance de l’écrivain martiniquais Aimé Césaire et, en 1947, il écrivit l’introduction du Cahier d’un retour au pays natal de Césaire. Au cours de son exil à New York, il rencontra Elisa, une Chilienne qui allait devenir sa troisième épouse.

En 1944, il a voyagé avec Elisa en Gaspésie, au Québec, où il a écrit Arcane 17, un livre qui exprime ses craintes de la Seconde Guerre mondiale, décrit les merveilles du Rocher Percé et la fin du nord de l’Amérique du Nord, et célèbre son nouvel amour avec Elisa.

Breton revint à Paris en 1946, où il intervint contre le colonialisme français (par exemple en tant que signataire du Manifeste des 121 contre la guerre d’Algérie) et il continua, jusqu’à sa mort, à promouvoir un deuxième groupe de surréalistes sous la forme d’expositions ou de commentaires (La Brèche, 1961-1965). En 1959, André Breton organisa une exposition à Paris.

André Breton est mort en 1966, à 70 ans, et a été enterré dans le cimetière des Batignolles à Paris.


Par Pass-Education

Les articles suivants pourraient vous intéresser

Les catégories suivantes proposent des articles similaires

Partager cet article