Rentrée scolaire 2013, de nouveaux outils numériques pour l’école

Le ministre de l’éducation Vincent Peillon a présenté lundi 10 juin une série de ressources en ligne destinées aux élèves, aux enseignants, ainsi qu’aux parents.

C’est ce qu’il appelle « l’ambition numérique » : Vincent Peillon entend, dès la rentrée prochaine, miser beaucoup plus massivement sur les nouvelles technologies, dans l’objectif, notamment de lutter contre l’échec scolaire et de réduire les inégalités sociales et territoriales d’accès à la culture. Le ministre de l’éducation doit ainsi présenter une série de ressources en ligne, destinées notamment aux élèves.

 

APPRENDRE DE FAÇON LUDIQUE LE FRANÇAIS OU LES MATHS

Onze services numériques seront mis en place. En primaire, des films d’animation de deux minutes développés par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) expliqueront « de façon ludique » des notions fondamentales en français, maths ou sciences : l’adjectif qualificatif, le triangle rectangle, lire l’heure… Ils pourront être visionnés en classe comme à la maison. Une centaine seront disponibles dans un premier temps, 500 en fin d’année.

 

L’ANGLAIS POUR LES 8-11 ANS

Autre service pour les écoliers, « English for schools », des ressources pédagogiques numériques en ligne destinées aux 8-11 ans, développées par le Centre national d’enseignement à distance (CNED), avec des vidéos, articles ou jeux. Il sera disponible à partir d’octobre sur www.englishforschools.fr avec 250 documents dans un premier temps. Des ressources pédagogiques pour les professeurs y figureront aussi. Ce site s’inscrira dans la continuité de celui lancé par le précédent gouvernement : English by yourself.

 

DU SOUTIEN SCOLAIRE EN LIGNE

Au collège, D’COL, un service de soutien scolaire en ligne, sera mis en place en octobre pour 30 000 élèves de l’éducation prioritaire, en français en maths et en anglais, sur proposition du chef d’établissement, avec l’accord des parents et moyennant un tutorat.

Il y aura aussi à la rentrée vingt sites pilotes, des « collèges connectés », qui développeront les usages pédagogiques du numérique. Cela se traduira notamment par une utilisation quotidienne du numérique, en moyenne une à deux heures par jour, des équipements comme des tableaux numériques interactifs ou tablettes, une communication régulière avec les familles, un plan de formation des enseignants et un projet d’établissement intégrant le numérique.

 

DES ENSEIGNANTS MIEUX FORMÉS

Le nouveau dispositif s’adresse aussi aux enseignants, qui pourront trouver sur le site Eduteque.fr des ressources pédagogiques grâce à un partenariat avec des institutions culturelles et scientifiques comme Le Louvre, la Bibliothèque nationale de France, l’INA, l’IGN, la Cité de la musique ou Universciences (Cité des Sciences et Palais de la découverte). Les professeurs pourront aussi suivre des modules de formation continue sur une plate-forme baptisée Múgistère, accompagnés par un formateur présent ou à distance. Onze modules seront prêts pour octobre, 20 fin 2013. Parmi eux, « enseigner la maîtrise de son identité numérique », « le respect d’autrui et de la différence », « prendre en compte le handicap » ou « l’autisme ».

 

LA FRANCE CLASSÉE 24E SUR 27 AU SEIN DE L’OCDE

L’objectif est donc non seulement de favoriser l’équipement et d’assurer sa maintenance, mais aussi de développer les usages, d’y former les professeurs et de créer des ressources pédagogiques numériques. Car malgré une quinzaine de plans successifs, la France reste à la traîne pour l’utilisation du numérique à l’école, classée 24e sur 27 par l’OCDE.