Réalisations des phénotypes sexuels – Première ES – L – Cours

Cours de 1ère ES – L – Devenir femme ou homme – Sciences

Réalisations des phénotypes sexuels  

Les phénotypes sexuels, mâle et femelle, se réalisent essentiellement au cours du développement embryonnaire, et s’achèveront à la puberté. La mise en place des structures et de la fonctionnalité des appareils sexuels se réalise donc sur une très longue période.

Le déterminisme génétique de la différenciation des appareils génitaux

  • Au cours de son développement, jusqu’à la 7e semaine, l’embryon n’est ni mâle ni femelle : les glandes génitales ainsi que les organes génitaux externes sont indifférenciés et l’embryon possède des voies génitales mâles et des voies génitales femelles.
  • Les individus ayant un caryotype XXY (syndrome de Klinefelter) possèdent deux chromosomes X et on un phénotype masculin tandis que les individus ne possédant qu’un seul chromosome X (syndrome de Turner) sont de phénotype féminin. C’est donc la présence du chromosome Y qui permet l’évolution du phénotype vers le sens masculin, alors que son absence entraîne obligatoirement un phénotype féminin.

Quelques anomalies chromosomiques et phénotypes associes.

  • C’est plus précisément un gène présent sur le chromosome Y, le gène SRY, qui permet la différenciation de la gonade indifférenciée en testicule. Ce gène n’est pas présent sur chromosome X, donc, en son absence, la gonade évoluera en ovaire.
  • Des accidents chromosomiques peuvent être responsables d’anomalies chromosomiques :
  • La perte d’une région du chromosome Y engendre un individu de caryotype XY mais de phénotype féminin ;
  • Le transfert de la région du chromosome Y, qui porte le gène SRY, sur le chromosome X engendre un individu de caryotype XX mais de phénotype masculin.

Le déterminisme hormonal de la mise en place des appareils génitaux

  • La présence du testicule entraîne la masculinisation de l’embryon alors que son absence entraîne un phénotype féminin.
  • Le testicule agit par l’intermédiaire de deux hormones entre la 8e et la 16e semaine du développement embryonnaire :
  • La testostérone, qui permet le développement des voies génitales mâles et des organes génitaux externes ;
  • L’AMH (Hormone antimüllérienne) qui permet la dégénérescence des canaux à l’origine des voies génitales femelles.
  • L’ovaire ne sécrète ni AMH, ni testostérone au cours du développement embryonnaire et n’a donc aucune action sur l’établissement du phénotype sexuel.
  • La puberté est la dernière étape de l’établissement du phénotype sexuel :
  • Chez le garçon : le testicule sécrète toujours de la testostérone (mais plus d’AMH) et cette hormone entraîne l’apparition des caractères sexuels secondaires et la production de sperme, donc de spermatozoïdes ;
  • Chez la fille : l’ovaire sécrète œstradiol et progestérone, permettant l’apparition des caractères sexuels secondaires et l’émission d’ovules.

 



Réalisations des phénotypes sexuels  – Première ES – L – Cours   rtf

Réalisations des phénotypes sexuels  – Première ES – L – Cours   pdf

Tables des matières Réalisation des phénotypes sexuels - Devenir femme ou homme - Féminin / masculin - Sciences et technologie : Première ES L - 1ère ES L