Propriétés des photorécepteurs et vision du monde – 1ère ES – L – Cours

Cours de première L – ES – Sciences –

Propriétés des photorécepteurs et vision du monde

Les photorécepteurs ont un rôle essentiel dans la perception visuelle. Certaines caractéristiques de notre vision dépendent des propriétés et de la répartition de ces cellules réceptrices dans la rétine.

Des photorécepteurs aux propriétés différentes

  • Les bâtonnets sont plus sensibles à la lumière que les cônes, par contre leur temps d’adaptation aux changements de conditions d’éclairement (par exemple, lorsqu’on passe d’un endroit éclairé à un endroit sombre) est plus long que celui des cônes. Avec un seul type de pigments, ces récepteurs ne peuvent pas distinguer les couleurs.
  • Les cônes ne fonctionnent que si la luminosité est importante, mais peuvent s’adapter très rapidement à des changements d’intensité et permettent une vision haute résolution des objets.

Vision et conditions d’éclairement

  • Dans les conditions de faible éclairement (vision pré-nocturne), seuls les bâtonnets sont stimulés : la faible acuité et la non-distinction des couleurs fait que notre perception des objets est floue et dans les nuances de gris.
  • Pour des éclairements plus importants (vision diurne), les bâtonnets étant saturés, seuls les cônes sont fonctionnels et permettent ainsi une perception colorée et précise des objets.

Vision centrale et périphérique

  • Chaque rétine possède de cinq à sept millions de cônes environ 130 millions de bâtonnets. Cependant, la répartition de ces photorécepteurs n’est pas la même.
  • Au niveau de la rétine centrale (région de la fovéa), il y a principalement des cônes. C’est donc dans cette zone que l’acuité visuelle et la vision des couleurs sont optimales.
  • En dehors de la fovéa, les cônes sont rares, les bâtonnets sont de plus en plus nombreux à la périphérie de la rétine : dans cette zone, l’acuité visuelle est donc faible et la vision des couleurs mauvaise.
  • De plus, une zone précise de la rétine nommée point aveugle est dépourvue de photorécepteurs et donc de sensibilité à la lumière : ce point est situé à l’endroit où les fibres des neurones se rejoignent pour former le nerf optique.

Vision du monde altérée par des anomalies des photorécepteurs

  • Le daltonisme : dans la forme la plus commune du daltonisme, les personnes affectées sont incapables de différencier le rouge du vert. Cette anomalie est liée à l’absence de cônes M sensibles aux radiations vertes.
  • L’achromatopsie : les individus atteints sont incapables de reconnaître les couleurs. Ils sont achromates. Ils ne distinguent les éléments qui les entourent que par différentes intensités lumineuses et par des niveaux de gris. Une des formes de cette déficience s’explique par une absence des pigments qui permettent de voir les couleurs.

 



Propriétés des photorécepteurs et vision du monde – 1ère ES – L – Cours   rtf

Propriétés des photorécepteurs et vision du monde – 1ère ES – L – Cours   pdf

Tables des matières Propriétés des photorécepteurs et vision du monde - Vision du monde : de l'œil au cerveau - Représentation visuelle - Sciences et technologie : Première ES L - 1ère ES L