Profs stagiaires : le ministère admet des difficultés

Un rap­port de la direc­tion des res­sources humaines (DGRH) du minis­tère de l’Éducation natio­nale recon­naît que « plu­sieurs aca­dé­mies font remon­ter cer­taines dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les sta­giaires ». Établi à par­tir de réponses à des ques­tion­naires envoyés fin octobre aux pro­fes­seurs sta­giaires de dif­fé­rentes aca­dé­mies, le docu­ment dresse un bilan « glo­ba­le­ment posi­tif » de la prise en charge des 7159 jeunes pro­fes­seurs qui ont débuté dans le primaire.

La situa­tion semble plus déli­cate pour les 8604 nou­veaux pro­fes­seurs de col­lège et de lycée, à qui la réforme de la for­ma­tion des ensei­gnants impose désor­mais de prendre tout de suite une classe en res­pon­sa­bi­lité pen­dant dix-huit heures par semaine. Ne consa­crant plus qu’un tiers de leur temps à la for­ma­tion, notam­ment par le biais d’un tuto­rat, ils « estiment man­quer de méthodes et du recul néces­saire pour effec­tuer leur tra­vail et l’apprentissage de leur futur métier ».

Selon le rap­port, à la date de l’enquête, «139 sta­giaires n’avaient pas encore de tuteurs dans douze aca­dé­mies ». Par ailleurs, « 23% des tuteurs ne sont pas dans l’établissement de leurs sta­giaires ». Les pro­fes­seurs débu­tants consi­dèrent égale­ment sou­vent que les for­ma­tions péda­go­giques pré­vues au pre­mier tri­mestre arrivent trop tard. Enfin, 13,5% des sta­giaires ont un poste dans un établis­se­ment rele­vant de l’éducation prio­ri­taire. Conséquence, le nombre de démis­sions a aug­menté : 65 dans le secon­daire à fin novembre, contre 48 seule­ment l’année pré­cé­dente. Une nou­velle enquête est pré­vue au printemps.

Source(s) :

  • AFP, le Figaro, leMonde.fr, AEF, Elle.fr, Libération, le Monde