Méthode phono CP – Phonologie : empan, segmentation et encodage

Nouveaux programmes 2015 : Méthode phono – Phonologie : empan, segmentation et encodage

Lecture et compréhension de l’écrit.

  • Discriminer visuellement et auditivement les constituants des mots.
  • Connaître les correspondances graphophonologiques et la combinatoire.

Objectif : Faciliter la transition de l’oral vers l’écrit.

Cette méthode trouve sa place également dans une perspective de prévention pouvant accompagner une méthode classique d’apprentissage phonologique. autour d’un travail des sons, de la prise de conscience du concept « mot » et de la matérialisation de sa place dans une phrase pour ensuite effectuer la transition de l’oral à l’écrit.

Matériel :

Travail autour du mot isolé:

Mesurer l’empan auditif du mot :

L’élève choisit une carte illustrée et prononce le mot représenté sur la carte afin de s’accorder sur la représentation. Ensuite c’est à l’élève d’écouter l’adulte prononcer le mot. Lorsque l’élève écoute l’adulte, il choisit alors un jeton-mot suivant l’empan auditif perçu.

Exemple :        CHAT correspond à un jeton-mot carré, car une seule syllabe orale.

DOMINO correspond à un jeton-mot rectangle long, car au moins trois syllabe orales.

Si l’élève éprouve des difficultés à entendre l’empan du mot, l’enseignant peut aussi lui suggérer de regarder le mouvement des lèvres lorsque le mot est prononcé. Un mouvement de lèvres correspond à une syllabe, etc. Ou bien, si la difficulté persiste, faire frapper les syllabes du mot.

Découper le mot en syllabes orales :

Chaque syllabe prononcée sera accompagnée du placement d’un jeton-syllabe sur le plateau phonologique dans chaque case-son en respectant la couleur de la case.

Ainsi avec le mot DOMINO :

Le fait d’accompagner la prononciation de la syllabe par un jeton-syllabe reste très important, surtout pour les élèves atteints de dyslexie avec  déficience de la voie « d’assemblage ». Il peut être bénéfique pour ces élèves d’associer le geste au son.

Découper la syllabe en phonèmes :

Une fois les jetons-syllabes placés, annoncer aux élèves que ces syllabes sont composées d’un ou plusieurs sons que nous allons essayer de reconnaître.

Chaque syllabe-son prononcée sera accompagné du placement d’un jeton-son dans les petites cases-sons situées sous la case son-syllabe.

Ainsi, avec la syllabe [do] :

Le premier jeton-son rouge              représente le son [d]

Le second jeton          -son rouge                  représente le son [o]

Passer de l’oral à l’écrit : l’encodage

 Graphèmes simples.

Proposer aux élèves d’écrire ces mots.  Pour cela, utiliser les feutres pour tableau blanc pour écrire la syllabe de la couleur du jeton sur  la ligne correspondante sous le tableau phonologique.

Les mots proposés ont été sélectionnés pour éviter au maximum les phonèmes pouvant être encodé avec différents graphèmes. Si l’élève devait tout de même écrire un mot comportant cette difficulté graphique, ne pas hésiter à lui imposer le bon graphème afin de ne pas léser sa mémoire orthographique.

Graphèmes complexes

Parfois, il s’agit d’un graphème plus complexe composé d’unités graphiques sourdes à l’orale. Par exemple le mot AMIE porte la marque du féminin :

Le premier jeton-son rouge              représente le phonème [a]

Le premier jeton-son bleu                 représente le phonème [m]

Le second jeton-son bleu                   représente le phonème [i]

ET un troisième jeton est nécessaire pour représenter un son sourd qui permettra de savoir qu’à l’écrit il y a un graphème, ici le graphème « e » qui ne s’entend pas.

On placera sur le plateau phonologique un jeton-son blanc sourd dans la petite case-son blanche, comme ci-dessous :

Et on écrira donc le son sourd en noir :

Travail autour du mot dans la phrase :

Décompter les mots de la phrase, travail préalable:

L’enseignant choisit une carte-phrase imagée. Il montre l’image aux élèves puis lit la phrase au dos.

Nous allons essayer d’écrire cette phrase.

Combien de mots entendez-vous  dans cette phrase ?

Si l’élève donne une réponse erronée, reprendre la lecture en accentuant l’écart entre chaque mot, jusqu’à ce qu’il entende le nombre exacte de mots dans la phrase. Si l’apprenant reste dans l’échec, associer un déplacement : l’adulte prononce un mot et l’élève se déplace.

Après ce travail oral, l’élève place successivement sur un carton-phrase les jetons-mots après analyse de l’empan auditif perçu pour chaque mot.

Même procédé si l’élève éprouve des difficultés à entendre l’empan du mot, lui suggérer de regarder le mouvement des lèvres lorsque le mot est prononcé. Un mouvement correspond à une syllabe, etc. Ou bien, si la difficulté persiste, faire frapper les syllabes du mot.

Exemple de phrase : LE CROCODILE MANGE SON REPAS.

Encoder chaque mot entendu :

Reprendre toute la méthode du travail autour du « mot isolé » pour chacun des mots de la phrase.

Passer à l’écriture de la phrase :

Ecrire les syllabes en graphèmes de couleurs si nécessaire et encadrer les mots en associant la couleur du jeton-mot.

 



PHONOLOGIE : empan, segmentation et encodage   pdf

Cartes illustrées – Méthode phono   pdf

Carton – Phrase   pdf

Phrases à encoder   pdf

Plateau phono élève   pdf

Plateau phonologique   pdf

Tables des matières Etude du code / les sons - Lecture - Français : CP - Cycle 2