Les 5 pièges à éviter pour une IEF (Instruction En Famille) réussie

Qu’il s’agisse d’une instruction en famille choisie, décidée et réfléchie, ou au contraire qui s’est imposée à vous, nous avons tous à cœur de la réussir. Notre peur la plus grande, d’ailleurs, est de ne pas réussir à mener à bien ce projet, de ne pas voir nos enfants évoluer positivement. Aujourd’hui, pour éviter toutes déceptions, je vais vous parler de 5 pièges à éviter qui pourraient se mettre sur votre chemin. Pourquoi est-il important de définir les obstacles sur lesquelles vous pourriez tomber avant même de vous lancer dans votre projet ? Tout simplement parce que cela vous permet de réfléchir à d’éventuelles solutions. Vous ne serez pas pris au dépourvu, vous saurez comment y faire fasse. Vous mettez ainsi toutes les chances de votre coté pour voir aboutir et surtout perdurer votre projet d’instruction en famille.

 

1.Le manque de clarté

Se lancer en IEF ( Instruction En Famille ), en étant dans le flou, est une très mauvaise idée. Un certain nombre de points sont à clarifier avant même de se lancer. L’idée n’est pas d’avoir un planning établi avec des horaires précises, ni le contenu exact des notions, des points qui seront vu à chaque cours. Le but est juste de savoir ce que l’on veut, ce que l’on attend de ce projet. Pour cela posez-vous les bonnes questions et essayez d’y répondre avec le plus de précisions possibles.

  1. Pourquoi instruire mon enfant en famille ?
  2. Quel type d’IEF mettre en place ? Travailler avec un cours par correspondance, ou alors en unschooling, de manière formelle ou informelle, avec des livres, un programme ?
  3. Quelle sera votre posture en tant qu’éducateur ?
  4. Quelle pédagogie souhaitez-vous utiliser ?
  5. Comment allez-vous organiser l’espace de travail de votre enfant ?
  6. Quels sont ses besoins, ses points forts, ses points faibles ?
  7. Est-il scolaire ou pas du tout ?

Cette liste n’est pas exhaustive. Toutes les questions qui vous permettront d’ apporter le plus de précisions possibles à votre projet peuvent être ajoutées à celles que je vous ai donné. Prenez le temps d’y répondre, cette étape est primordiale !

 

2.Le manque d’organisation

Une maison au carré, chaque objet à sa place, un planning clair, des horaires précises, le rêve de tout parent. Ou pas du tout ! Nous avons tous un idéal d’organisation différent, et c’est très bien. Le problème, c’est quand notre organisation nous fait défaut voire même qu’elle entrave nos projets. Plutôt que d’essayer de répondre à une certaine norme, je vous conseille de trouver votre organisation. Vous êtes peut être cerveau gauche, tout doit être organisé au millimètre près, ou plutôt cerveau droit, vous arrivez à vous retrouver dans votre petit bazar. Prenez en compte vos qualités et vos défauts. N’hésitez pas à revoir la disposition de vos meubles. Si cela peut vous aider, organisez un planning des tâches que vous pouvez répartir dans la semaine. Vos enfants peuvent participer à leurs niveaux. Certaines sorties peuvent être organisées à l’avance. Si cela est nécessaire, changez certaines de vos habitudes, vous lever avant les enfants par exemple, tenir un agenda,…

 

3. Le manque de temps

https://pixabay.com/fr/horloge-temps-radio-r%C3%A9veil-heure-650753/C’est très frustrant que de vouloir faire beaucoup de choses mais de ne pas y arriver à cause du manque de temps. Évidemment, ce problème de gestion du temps ne concerne pas que les parents ayant choisit l’IEF, mais cela peut être très problématique et peut même vous pousser à abandonner. C’est à ce moment là que les réponses aux questions vues dans la première partie vous seront utiles, notamment sur le pourquoi. En effet, elles vous seront d’une grande aide pour prioriser les tâches, les sorties et les actions quotidiennes. Réfléchissez également à vos voleurs de temps, vous savez, vos activités les plus chronophage : les réseaux sociaux, les recherches, le ménage, le fait de ne pas savoir dire non,… pour tenter de les éliminer. Il existe tout un tas de techniques et astuces pour gagner du temps : accomplir chaque tâche qui peut se faire en moins de 2 minutes, se lever plus tôt, repenser vos priorités.

 

4. Le manque de connaissance

https://pixabay.com/fr/point-d-interrogation-pile-questions-2492009/Aucun diplôme, ni niveau spécifique n’est nécessaire pour se lancer dans l’instruction en famille. Mais certaines connaissances peuvent s’avérer très utiles voire indispensables. Et je pense par là à tout ce qui concerne le développement de l’enfant mais aussi ses besoins, aux différentes pédagogies et méthodes existantes, aux différents profils d’apprenants. Parfois, vous aurez l’impression de ne pas savoir comment vous y prendre avec votre enfant, ces connaissances vous permettront de débloquer la situation.

Où trouver ces informations ?
Nous avons la chance de vivre dans l’ère de l’information ! Livres, formations en ligne, podcasts, conférences, tous les formats existent. A vous de choisir le support qui vous correspond.

 

5. La fatigue

Nous y faisons tous face à un moment ou un autre. C’est quelque chose de normal. Après avoir éliminé toutes causes médicales, réfléchissez aux différentes causes possibles. Surmenage, démotivation, mauvaises habitudes, idéalisation, il existe tout un tas de raisons pour lesquelles la fatigue s’installe. Prenez vous assez de temps pour vous ? Avez-vous un sommeil réparateur ? Buvez-vous assez d’eau ? Parfois de touts petits changements peuvent améliorer votre quotidien de manière surprenante. Une chose est sûre, ne laissez pas traîner ça. La fatigue aura une conséquence directe sur votre relation avec votre enfant mais également sur la qualité de l’instruction que vous lui donnez. D’autant plus que vous aurez vos enfants avec vous quasiment tout le temps. Maintenant que vous connaissez les 5 ennemis susceptibles d’entraver votre chemin, vous avez en main toutes les cartes pour les combattre.

 

Salima Daanoun, fondatrice du blog 123petitesgraines.fr, pour Pass éducation

 

[N.D.L.R.] Certains de nos articles peuvent ne pas traiter uniquement de faits formels et généralistes liés de près ou de loin à l’IEF car nos auteurs peuvent être amenés à donner leurs avis personnels et restent responsables de leurs contenus sur notre espace dédié à l’IEF.