Les Miserables – Lecture – écriture- Exploitation complète – Cm1 – Cm2

Lecture – écriture  exploitation complète: Les Miserables



Lecture – écriture-  Exploitation complète: Les Miserables  rtf

Lecture – écriture-  Exploitation complète: Les Miserables  pdf

Les Misérables

 

Victor Hugo (1802?1885)

Ecrivain français né en 1802 à Besançon. Il publie en 1822 ses premiers poèmes.

Ce génie est chef de file du courant romantique, et écrit entre autres une pièce de théâtre connue : Hernani (25 février 1830). Il écrit Notre Dame de Paris en 1831.

Il devient académicien en 1841, pair de France en 1845, puis député après 1848

Louis Napoléon Bonaparte l’oblige à s’exiler en 1851. De cette époque datent les trois grands monuments de son œuvre poétique (Les Châtiments, 1853 ; Les Contemplations, 1856 ; la Légende des siècles, 1859) ainsi que trois romans ( les Misérables, 1862 ; les Travailleurs de la mer, 1866 ; l’Homme qui rit, 1869).

Il aura droit à des funérailles nationales, en 1885, au Panthéon.

La mort de Gavroche

Nous sommes à Paris en 1832. Les Parisiens, mécontents de leur souverain Louis-Philippe, se révoltent.

Gavroche, un jeune garçon, a quitté l’abri de la barricade où ses amis les insurgés* résistent contre les gardes nationaux.

Au péril de sa vie, il essaye de remplir un panier avec les cartouches des soldats morts pour les rapporter aux défenseurs de la barricade qui manquent de munitions.

Il rampait à plat ventre, galopait à quatre pattes, prenait son panier aux dents, se tordait, glissait, ondulait, serpentait d’un mort à l’autre, et vidait la giberne* ou la cartouchière comme un singe ouvre une noix.

De la barricade, dont il était encore assez près, on n’osait lui crier de revenir, de peur d’appeler l’attention sur lui.

Sur un cadavre, qui était un caporal, il trouva une poire à poudre

– Pour la soif, dit?il, en la mettant dans sa poche.

A force d’aller en avant, il parvint au point où le brouillard de la fusillade devenait transparent. (…)

Au moment où Gavroche débarrassait de ses cartouches un sergent gisant près d’une borne, une balle frappa le cadavre.

– Fichtre! dit Gavroche. Voilà qu’on me tue mes morts.

Une deuxième balle fit étinceler le pavé à côté de lui. Une troisième renversa son panier.

Gavroche regarda et vit que cela venait de la banlieue.

Il se dressa tout droit, debout, les cheveux au vent, les mains sur les hanches, l’œil fixé sur les gardes nationaux qui tiraient, et il chanta:

On est laid à Nanterre1,

C’est la faute à Voltaire2,

Et bête à Palaiscau3,

C’est la faute à Rousseau4.

Puis il ramassa son panier, y remit, sans en perdre une seule, les cartouches qui en étaient tombées et, avançant vers la fusillade, alla dépouiller une autre giberne. Là, une quatrième balle le manqua encore. Gavroche chanta :

Je ne suis pas notaire,

C’est la faute à Voltaire,

Je suis petit oiseau,

C’est la faute à Rousseau.

Une cinquième balle ne réussit qu’à tirer de lui un troisième couplet :

Joie est mon caractère,                                                 1 Commune de la banlieue ouest de Paris

C’est la faute à Voltaire,                                      2. Ecrivain français

Misère est mon trousseau*,                                  3. Commune de la banlieue sud de Paris

C’est la faute à Rousseau.                                     4. Ecrivain français

Cela continua ainsi quelque temps.

Le spectacle était épouvantable et charmant. Gavroche, fusillé, taquinait la fusillade. Il avait l’air de s’amuser beaucoup.

C’était le moineau becquetant les chasseurs. Il répondait à chaque décharge par un couplet. On le visait sans cesse, on le manquait toujours. Les gardes nationaux et les soldats riaient en l’ajustant. (…)

Une balle pourtant, mieux ajustée ou plus traître que les autres, finit par atteindre l’enfant feu follet*. On vit Gavroche chanceler, puis il s’affaissa. Toute la barricade poussa un cri, mais … Gavroche n’était tombé que pour se redresser; il resta assis sur son séant*, un long filet de sang rayait son visage, il

éleva ses deux bras en l’air, regarda du côté d’où était venu le coup, et se mit à chanter:

Je suis tombé par terre,

C’est la faute à Voltaire,

Le nez dans le ruisseau,

C’est la faute à …

Il n’acheva point. Une seconde balle du même tireur l’arrêta court. Cette fois il s’abattit la face contre le pavé, et ne remua plus. Cette petite grande âme venait de s’envoler.


Exercices

 

A. Vocabulaire.                                                                      / 20

1. Lexique : avec le dictionnaire, fais correspondre à chaque mot sa définition       ………/ 6

Feu follet :                                          N. f. Petite gourde allongée où l’on mettait la poudre pour une arme à feu.

Séant :                                                N. m. Petite flamme due à un gaz qui s’enflamme tout seul. Se dit de quelqu’un qui est agile, rapide, insaisissable.

Trousseau :                                         N. m. Habits, linge, parures qu’emporte une jeune fille qui se marie. Vêtements et linge que l’on donne à un enfant qui quitte ses parents pour entrer en pension, en apprentissage, etc.

Giberne :                                             N. f. Boîte recouverte de cuir, portée à la ceinture ou en bandoulière, où les soldats mettaient leurs cartouches.

Insurgé :                                             N. m. Postérieur, derrière, fesses

Poire à poudre :                                   N. m. Qui s’est révolté.

2. Pour chaque mot en gras, surligne les synonymes dans la liste.                            ………/ 10

a. ramper :                     glisser – escalader – onduler – marcher – serpenter

b. épouvantable :                      effroyable – mignon – effrayant – horrible – exceptionnel – cauchemardesque

c. chanceler :                  tomber – perdre l’équilibre – tituber – se coucher – vaciller

3. Entoure les mots de la même famille que barricade.                                          ………/ 4

barrière – clôture – barreau – mur – barrage – palissade – barricader

 

B. Les personnages                                                                  / 15

1. Quel est le personnage principal de ce passage ?                                              ………/ 1

o a. Un homme.    o d. Un animal.

o b. Une femme.          o e. Une machine.

o c. Un enfant.

2. Quel est le nom du personnage principal ? ………………………………………………………                   ………/ 1

3. Que fait?il ?                                                                                                    ………/ 1

o a. Il se promène dans la rue.

o b. Il joue avec ses amis.

o c. Il participe à une bataille.

o d. Il ramasse des cartouches pour aller à la chasse.

4. Quelles sont les autres personnes participant à l’action ?                                 ………/ 2

o a. Les camarades de classe de Gavroche.

o b. Les gens de la barricade.

o c. Les gardes nationaux.

o d. Les commerçants de la rue.

o e. Les soldats.

5. Utilise tes réponses à la question 4 pour compléter cette phrase:                    ………/ 2

Les ………………………………………………………se battent contre ………………………………………………………

6. A quel camp Gavroche appartient?il ?                                                               ………/ 1

o a. Les gens de la barricade.

o b. Les gardes nationaux et les soldats.

7. A ton avis, Gavroche est?il peureux ou courageux ?                                           ………/ 3

Justifie ta réponse en quelques lignes.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

8. Dans ce passage il y a une phrase qui montre que les gardes nationaux et

les soldats n’ont pas peur de Gavroche. Cherche?la et recopie?la.                      ………/ 2

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

9. Le personnage de Gavroche a-t-il vraiment existé ?                                         ………/ 1

o a. Oui.             o  b. Non.           o c. Peut?être.

10. Voici 3 extraits de films. Lequel fait intervenir un personnage

semblable à celui de Gavroche ?                                                                     ………/ 1

o  a. La cavalerie se prépare à attaquer un village indien. Pendant la nuit, une jeune Indienne se glisse jusqu’aux chevaux des soldats, les détache et les fait fuir. Son exploit accompli, au lieu de retourner au village, elle enfourche le cheval du général de la cavalerie et traverse le camp ennemi au galop pour narguer les soldats.

o  b. Un maçon qui construit un grand mur de briques tombe malade. Il risque d’être renvoyé par son patron si le mur n’est pas terminé le lendemain. Pendant la nuit, son jeune fils se lève et travaille jusqu’à l’aube pour finir le mur.

o c. Un incendie éclate dans un immeuble. N’écoutant que son courage, un jeune garçon se précipite à travers les flammes pour sauver son frère et sa sœur endormis dans leur chambre.

C. Le cadre et l’époque                                                             / 5

1. Où se déroule l’action ?                                                                                    ………/ 1

o a. Dans une rue.   o c. Sur un bateau.

o b. Dans un bois.   o d. Sur une route.

2. Où cette bataille se déroule-t-elle ?                                                                ………/ 1

o a. En France.             o c. Dans un pays imaginaire.

o b. Dans un pays étranger             o d. Sur une autre planète.

3. Quelles sont les armes utilisées par les combattants ?                                     ………/ 1

o a. Des lances.            o b. Des épées.

o c. Des arcs.    o e. Des mitraillettes.

o d. Des fusils.

4. Parmi les objets que ramasse Gavroche, il en est un qu’on n’utilise

plus de nos jours. Lequel ?                                                                                ………/ 1

………………………………………………………

5. A ton avis, à quelle époque cette bataille se déroule-t-elle ?                                       ………/ 1

o a. Il y a très longtemps.     o c. Maintenant.

o b. Il y a longtemps.       o d. Dans le futur.

D. L’action                                                                           / 10

1. Voici cinq phrases qui résument l’action. Replace?les dans l’ordre correct.         ………/ 5

o a. Gavroche est blessé.

o b. Gavroche quitte la barricade.

o c. Une dernière balle tue Gavroche.

o d. Il rampe entre les cadavres.

o e. Il s’assied et chante un dernier couplet.

2. A ton avis, cette bataille se déroule pendant:                                                   ………/ 1

o a. Une dispute.

o b. Une révolution.

o c. Une guerre entre deux pays.

o d. Une guerre entre deux planètes.

3. Quand Gavroche a quitté la barricade:                                                             ………/ 1

o a. La bataille allait commencer.

o b. La bataille venait juste de commencer.

o c. La bataille durait déjà depuis un moment.

4. La révolte des Parisiens décrite dans ce roman a-t-elle vraiment eu lieu ?                  ………/ 1

o a. Oui. o b. Non.  o c. Peut?être.

5. Voici trois événements qui se sont succédé en France pendant le XIXe siècle.

Reclasse-les dans l’ordre chronologique                                                             ………/ 1

o a. Les Parisiens se sont révoltés.

o b. L’armée et la garde nationale ont réprimé la révolte en faisant beaucoup de victimes parmi les insurgés.

o c. On a démoli des rues entières et reconstruit de larges avenues pour qu’on ne puisse plus bloquer les rues avec des barricades.

6. En écrivant le livre dont est tiré cet extrait, Victor Hugo a voulu :

choisis la meilleure réponse :                                                                           ………/ 1

o a. Nous faire vivre une période importante dans l’histoire de la France.

o b. Nous raconter l’histoire d’un petit garçon.

o c. Nous décrire des combats.

o d. Nous faire visiter Paris.

E. Conjugaison.                                                                      / 80

Il rampait à plat ventre, galopait à quatre pattes, prenait son panier aux dents, se tordait, glissait, ondulait, serpentait d’un mort à l’autre, et vidait sa giberne ou la cartouchière comme un singe ouvre une noix.

De la barricade, dont il était encore assez près, on n’osait lui crier de revenir, de peur d’attirer l’attention sur lui.

Sur un cadavre, qui était un caporal, il trouva une poire à poudre.

– Pour la soif, dit-il en la mettant dans sa poche.

A force d’aller de l’avant, il parvint au point où le brouillard de la fusillade devenait transparent. (…)

Au moment ou Gavroche débarrassait de ses cartouches un sergent gisant près d’une borne, une balle frappa le cadavre.

– Fichtre, fit Gavroche, voilà qu’on me tue mes morts!

Une deuxième balle fit étinceler le pavé à côté de lui. Une troisième renversa son panier.

Gavroche regarda (…)…

1. Cette histoire se passe :                                                                                 ………/  1

o dans le passé            o dans le présent         o dans le futur

2. Souligne tous les verbes conjugués de cet extrait de texte.                                      ………/ 15

3. A quels temps ces verbes sont-ils conjugués?                                                   ………/  4

o indicatif présent               o indicatif imparfait

o indicatif futur simple         o indicatif passé simple

o indicatif passé composé     o indicatif plus que parfait

o infinitif présent                o participe présent

4. Recopie les verbes dans le tableau :                                                                 ………/ 15

1° temps le plus utilisé:………………………………………………… 2° temps le plus utilisé:………………………………………………… Autre temps:…………………………………………………

5. Sur un cadavre, qui était un caporal, il trouva une poire à poudre.                      ………/  5

Dans cette phrase, il y a ……… verbes. Le premier est conjugué à …………………………………………… le second au ……………………………………………

Situe ces actions sur la ligne du temps en coloriant : rouge pour “était un caporal” et bleu pour “il trouva”.

__________________________________________________________________

les moments précédents                   à ce moment là                les instants suivants

6. … il parvint au point où le brouillard de la fusillade devenait transparent.                    ………/  5

Dans cette phrase, il y a ……… verbes. Le premier est conjugué à …………………………………………… le second au ……………………………………………

Situe ces actions sur la ligne du temps en coloriant : rouge pour “devenait” et bleu pour “il parvint”.

__________________________________________________________________

les moments précédents                   à ce moment là                les instants suivants

7. Que constates-tu?                                                                                          ………/  5

Pour raconter une histoire, un récit, au passé, on emploie souvent ……… temps :

– l’ ……………………………………………

– le ……………………………………………

On utilise …………………………………………… pour des actions qui durent et les descriptions.

On utilise …………………………………………… pour des actions rapides, soudaines, qui ne durent pas.

8. Réécris cet extrait de texte au présent…                                                                 ………/20

Il …………………………………………… à plat ventre, …………………………………………… à quatre pattes, …………………………………………… son panier aux dents, se ……………………………………………, ……………………………………………, ……………………………………………, …………………………………………… d’un mort à l’autre, et …………………………………………… sa giberne ou la cartouchière comme un singe ouvre une noix.

De la barricade, dont il …………………………………………… encore assez près, on …………………………………………… lui crier de revenir, de peur d’attirer l’attention sur lui.

Sur un cadavre, qui …………………………………………… un caporal, il …………………………………………… une poire à poudre.

– Pour la soif, …………………………………………… -il en la mettant dans sa poche.

A force d’aller de l’avant, il …………………………………………… au point où le brouillard de la fusillade …………………………………………… transparent. (…)

Au moment ou Gavroche …………………………………………… de ses cartouches un sergent gisant près d’une borne, une balle …………………………………………… le cadavre.

– Fichtre, …………………………………………… Gavroche, voilà qu’on me tue mes morts!

Une deuxième balle …………………………………………… étinceler le pavé à côté de lui. Une troisième …………………………………………… son panier.

9. Recherche l’infinitif de tous ces verbes.                                                          ………/ 10

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

F. Grammaire & expression.                                                        / 25

1. Dans cette phrase, tous les verbes ont été soulignés.

Pour chaque action, recherche le sujet.                                                             ………/ 10

Il rampait 1 à plat ventre, galopait 2 à quatre pattes, prenait 3 son panier aux dents, se tordait 4, glissait 5, ondulait 6, serpentait 7 d’un mort à l’autre, et vidait 8 sa giberne ou la cartouchière comme un singe ouvre 9 une noix.

Verbe n°               Sujet (mot du texte)                De qui s’agit-il?

1                     ……………………………………………                   ……………………………………………

2                     ……………………………………………                   ……………………………………………

3                     ……………………………………………                   ……………………………………………

4                     ……………………………………………                   ……………………………………………

5                     ……………………………………………                   ……………………………………………

6                     ……………………………………………                   ……………………………………………

7                     ……………………………………………                   ……………………………………………

8                     ……………………………………………                   ……………………………………………

9                     ……………………………………………                   ……………………………………………

Dans cet extrait, “il” remplace ……………………………………………

Un seul “il” est sujet de ……… verbes. On dit que le sujet est sous-entendu, cela veut dire qu’il n’est pas écrit, mais que le lecteur devine qui c’est. Si le sujet était devant tous les verbes, il y aurait répétition, ce qui ne serait pas beau à entendre… Essaie de lire l’extrait en mettant “il” devant chaque verbe…! Qu’en penses-tu?

2. Invente une phrase avec au moins 5 verbes, qui raconte tes actions

le matin avant d’aller à l’école. Evite les répétitions inutiles!                                       ………/ 7

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Correction :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Un autre moyen d’éviter les répétitions : les mots qui remplacent les noms : les pronoms.

3. Dans cet extrait, souligne les mots qui remplacent Gavroche.                            ………/ 3

De la barricade, dont il était encore assez près, on n’osait lui crier de revenir, de peur d’attirer l’attention sur lui.

4. Dans l’extrait suivant, il y a répétition… Corrige le texte en remplaçant

“Gavroche” par des pronoms. (recopie l’extrait, attention à l’orthographe)         ………/ 5

Sur un cadavre, qui était un caporal, Gavroche trouva une poire à poudre.

– Pour la soif, dit Gavroche  en la mettant dans sa poche.

A force d’aller de l’avant, Gavroche parvint au point où le brouillard de la fusillade devenait transparent. (…)

Au moment ou Gavroche débarrassait de ses cartouches un sergent gisant près d’une borne, une balle frappa le cadavre.

– Fichtre, fit Gavroche, voilà qu’on me tue mes morts!

Une deuxième balle fit étinceler le pavé à côté de Gavroche . Une troisième renversa son panier.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

EXPLOITATION DU TEXTE :

La mort de Gavroche. (Victor Hugo)

1) Comprendre le vocabulaire.

– identifier les définitions.

– identifier une famille de mots

2) Découvrir un extrait de roman du genre historique.

– situer et identifier les personnages.

– situer l’action dans le temps et l’espace, grâce aux indices du texte.

– découvrir une chronologie d’événements.

3) Analyser le texte sur le plan de l’utilisation des temps.

– repérer les verbes et en identifier les temps.

– découvrir une régularité : 2 temps utilisés (imparfait et passé simple).

– formaliser ces découvertes.

4) Approche grammaticale et syntaxique : l’emploi du pronom et du sujet sous-entendu.

– repérer les sujets.

– associer pronoms et noms remplacés.

– remplacer des noms par des pronoms.

– remarquer que le sujet peut être sous-entendu.

– utiliser cette technique dans un texte court.

EVALUATION DE CETTE ETUDE DETEXTE :
Branche Points Max.
Vocabulaire 20
Compréhension – Analyse du texte 30
Conjugaison 80
Grammaire & Expression 25
Orthographe 20
Total 175
Moyenne (tot : 8,75) 20

Tables des matières Récits - Lecture compréhension - Lecture - Français : CM2 - Cycle 3