Le plan de prévention de l’illettrisme

Luc Chatel a présenté un plan pour prévenir l’illettrisme et susciter le goût de la lecture. Il a souligné la nécessité d’agir dès la maternelle, à l’âge où les enfants s’approprient le langage et découvrent l’écrit et de travailler tout au long de la scolarité pour que la lecture soit perçue comme un plaisir.

Les familles, les personnels d’encadrement et les partenaires de l’École doivent se mobiliser autour des enseignants et de leurs élèves.

Une prévention précoceLa prévention de l’illettrisme commence à l’école maternelle. La réforme de l’école primaire en 2008 a recentré les enseignements sur les apprentissages fondamentaux. L’appropriation de la langue écrite doit être l’objectif essentiel des enseignements dès l’école maternelle et jusqu’à la fin de l’école élémentaire. C’est l’objet prioritaire de l’aide personnalisée.

ObjectifsLes objectifs principaux du plan de lutte contre l’illettrisme sont :

veiller à ce que chaque élève maîtrise les compétences de base : lire, écrire, compter à la fin de l’école primaire
transmettre le goût de la lecture à tous les enfants
assurer l’accès au livre, c’est-à-dire au savoir, à la connaissance, à la liberté qu’il incarne
Priorités à l’école maternelleLes priorités à l’école maternelle sont :

organiser pour tous les élèves un apprentissage méthodique du vocabulaire. Les enfants ne connaissent pas le même nombre de mots à l’issue de l’école maternelle. Cet écart fait une différence au moment d’apprendre à lire et à écrire.
susciter le plaisir du texte chez les élèves par la lecture d’écrits de qualité
stimuler la mémoire grâce à l’apprentissage par cœur de textes ou de chansons et aider à la concentration de l’attention
Priorités à l’école élémentaireLes priorités à l’école élémentaire sont :

assurer un apprentissage méthodique de la lecture à partir du cours préparatoire
encourager le plaisir de lire, y compris à voix haute. Il s’agit aussi bien de la lecture de l’enseignant que de la lecture des élèves
installer les automatismes et favoriser l’apprentissage par cœur, la répétition et la récitation
étendre la part des activités de l’accompagnement éducatif consacrée à l’acquisition des savoirs fondamentaux
Mobilisation des acteurs de l’école primaireLes famillesLe dialogue entre les professeurs et les parents doit être permanent pour assurer une complémentarité.

Les personnels d’encadrement de l’Éducation nationaleChaque recteur d’académie a missionné auprès de lui un correspondant chargé de la prévention de l’illettrisme. Ces correspondants ont coordonné des assises académiques dans chaque académie. Elles ont permis :

de faire connaître le phénomène
de construire avec les partenaires un programme de lutte contre l’illetrisme adapté aux besoin locaux
Les inspecteurs ont été mobilisés pour mettre les ressources de l’aide personnalisée au service de la prévention de l’illettrisme lors de séminaires interacadémiques.

Des ressources en lignes ont été mises à la disposition des enseignants et des formateurs.

Les partenairesDes partenaires sont impliqués pour assurer la prévention de l’illettrisme. Quatre partenariats ont été signés :

une convention avec l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme. L’objectif est de mieux faire connaître les ressources de l’agence aux cadres du ministère. L’agence a pu participer aux assises académiques et contribuer à la mutualisation des bonnes pratiques.
un protocole d’accord avec les mécènes de l' »Association pour favoriser une école efficace » a permis d’accompagner un plus grand nombre d’élèves de CP issus de l’éducation prioritaire dans les académies de Créteil, Versailles et Lille.
une déclaration d’intention avec la Ligue de l’enseignement dans le domaine de la prévention de l’illettrisme et de la promotion de la lecture. L’objectif est de développer les ateliers d’écriture, résidences d’écrivains et manifestations autour du livre.
une convention avec l’association « Lire et Faire lire » pour développer l’action des bénévoles. Ceux-ci vont à la rencontre des écoliers pour transmettre le goût de la lecture. En partenariat avec le ministère de la Culture, la Ligue de l’enseignement et l’Union nationale des associations familiales, l’objectif de l’éducation nationale est de multiplier par quatre les actions qui existent depuis dix ans en France.
D’autres initiatives sont mises en œuvre :

le dictionnaire des écoliers, aujourd’hui consultable en ligne, a été rédigé au cours de l’année scolaire 2010-2011 dans plus de 3000 classes d’écoles élémentaires et maternelles. Il sera augmenté dès 2012.
« Un livre pour l’été » permet à chaque écolier de partir en vacances avec un livre. Pour encourager la lecture tout au long de l’année, les élèves de CM1 des écoles volontaires ayant engagé un travail pédagogique ont reçu « Les Fables de La Fontaine » illustrées par Marc Chagall, en juin 2010. En juin 2011, ce sont les Contes de Perrault illustrés d’images d’Épinal qui ont été distribués à tous les élèves de CM1.
L’opération « Accompagnement vers la lecture » lancée par l’Association de la fondation étudiante pour la ville permet à des étudiants volontaires d’intervenir au plus près des familles prioritaires. Elle concerne les élèves de grande section de l’école maternelle et sera étendue à partir de la rentrée 2011.
Les actions éducatives familiales (AEF) sont tournées vers les parents en situation d’illettrisme et leurs enfants. Elles ont pour objectifs de faciliter l’accès à la lecture et à l’écriture. Elles légitiment leur rôle dans le suivi de la scolarité des enfants, qui sont confortés dans leurs apprentissages. Elles sont portées par l’Agence nationale de lutte contre l’illetrisme (ANLCI) sur la base d’un cadre national de référence.