La question de l’énergie – Etude de cas – 5ème – Géographie

La question de l’énergie – Etude de cas – 5ème – Géographie

Le cas d’étude : Les enjeux des hydrocarbures en Russie.

  • La Russie est au cœur du marché mondial des hydrocarbures.
  • Exploitation et consommation des hydrocarbures : un déséquilibre à l’échelle nationale.
  • Exploitation des hydrocarbures et environnement en Sibérie occidentale.

La Russie est une entrée intéressante pour mieux décrire les enjeux énergétiques des hydrocarbures. En effet, la rareté amplifiée des ressources énergétiques donne une influence politique indéniable aux Etats dont le sous-sol est riche.

La Russie est pleinement consciente de cette opportunité. Ce pays est un véritable continent qui recèle des ressources énergétiques en très grandes quantités, déjà exploitées ou exploitables dans l’avenir. Elle est aussi la seule grande puissance industrielle à être totalement autosuffisante en énergie et, comme elle est un grand exportateur, elle joue un rôle majeur dans l’approvisionnement pétrolier et gazier de nombreux pays industrialisés, principalement en Europe.

Elle présente, en conséquence, une évidente dimension stratégique.

L’actuelle politique russe consiste à « l’inclusion large de la Russie dans le système des relations économiques mondiales » et ce, en mettant à contribution ses richesses en ressources énergétiques. En plus de favoriser l’économie, le Kremlin considère la vente de gaz, de pétrole, de minerais … comme étant un

« Capital politico-stratégique » pour le futur.

I. La Russie est au cœur du marché mondial des hydrocarbures 

Cette inégale répartition des réserves se retrouve sur la carte des énergies fossiles, mais à celle-ci, s’ajoute l’éloignement entre les lieux de production et de consommation.

 

Les grands consommateurs d’hydrocarbures (USA, Europe de l’Ouest, Océanie) ne produisent pas toujours assez, voire pas du tout, et sont donc de plus en plus dépendants de quelques pays producteurs.

Autour de cette production d’hydrocarbures, mais aussi de leurs flux, les enjeux à l’échelle mondiale sont multiples :

  • Tensions géopolitiques.
  • Pollutions et risques technologiques.

Ainsi, l’exploitation et la vente des ressources naturelles et surtout les hydrocarbures sont des enjeux primordiaux en Russie.

La Russie, en très forte croissance, consomme beaucoup d’énergie.

Dans le contexte actuel d’un marché extrêmement tendu, les coupures d’électricité et les pénuries temporaires sont fréquentes. L’Etat russe est confronté à deux possibilités quelque peu contradictoires en matière de politique énergétique :

  • Alimenter le marché intérieur (c’est-à-dire satisfaire les Russes),
  • Ou bien répondre aux marchés extérieurs qui sont en très forte demande.

Pour faire rentrer des liquidités sur un marché russe où les prix de l’énergie sont très bas, la tentation est forte de privilégier les marchés extérieurs.

II. Des hydrocarbures pour retrouver un poids international :

La Russie dispose d’un bon réseau de gazoducs vers l’Europe et l’Asie et d’un outil très performant de conquête des marchés avec l’entreprise étatique Gazprom qui détient le monopole d’expédition et de commercialisation du gaz russe.

D’un point de vue stratégique, la Russie se sert de ses ressources énergétiques comme élément d’influence, voire de pression politique. Ainsi, Moscou a-t-elle, à deux reprises en 2006 et en 2009, interrompu ses livraisons de gaz à l’Ukraine pour marquer sa domination sur ce pays voisin. Une partie de l’Europe a été en conséquence privée de gaz russe.

La domination gazière russe constitue un véritable sujet de préoccupation pour l’Europe ; le Vieux Continent dépend en effet pour plus du quart de ses besoins du gaz russe… D’ici à 2020, la Russie pourrait même fournir 70% du gaz importé par les pays européens.

La Russie s’appuie sur l’importance de ses réserves pour recouvrer l’influence internationale qu’elle a perdue depuis la fin de la guerre froide, de sorte qu’aujourd’hui politique internationale et stratégie énergétique russes apparaissent à tous les observateurs comme difficilement dissociables. La diplomatie russe est en effet principalement concentrée sur les questions énergétiques.

Aujourd’hui, plus que jamais, le secteur de l’énergie domine l’économie de la Russie. Il assure près de 35 % de la formation du PIB russe. Il est le premier contributeur au budget fédéral (plus de 40 % des recettes). Les sept dernières années en Russie ont été marquées par des surplus budgétaires attribués majoritairement à ses exportations énergétiques ainsi qu’au prix relativement élevé du baril de pétrole au cours de cette période. Le secteur de l’énergie apporte l’essentiel des ressources en devises du pays (plus des 2/3). Les grandes entreprises de ce secteur sont les acteurs majeurs de l’industrie russe. Les produits énergétiques occupent le premier rang des exportations (46 %). Premier producteur et premier exportateur mondial de gaz, deuxième producteur et exportateur mondial de pétrole (après l’Arabie Saoudite), 5e producteur de charbon, 6e producteur d’uranium mais aussi troisième consommateur mondial d’énergie (derrière les Etats-Unis et le Japon), la Russie est aujourd’hui un acteur incontournable du marché de l’énergie mondiale.

III. Exploitation des hydrocarbures et environnement en Sibérie occidentale.

La Russie des années 2000 est une Russie en très forte croissance qui est loin d’avoir abandonné ses habitudes frénétiques de consommation d’énergie. Cette situation concourt à une certaine dégradation de la situation environnementale. Dans les villes, la pollution augmente du fait d’un trafic automobile intense avec un parc en mauvais état, gros consommateur de pétrole ; mais aussi du fait d’une sidérurgie et d’une métallurgie non-ferreuse extrêmement actives et dynamiques.

L’exemple de l’Arrondissement autonome de Khanty-Mansiysk (Nijnevartovsk).

L’Arrondissement autonome de Khanty-Mansiysk (AA KH-M), à deux fuseaux horaires de Moscou et d’une superficie presque équivalente à celle de la France (523 000 km2), fait partie administrativement de l’oblast de Tioumen.

À partir des années 1970 et 1980 arrivent Russes, Ukrainiens et Tatars, en grande partie attirés par les incitations du pouvoir pour la mise en valeur des gisements de pétrole et de gaz. En 1995, la population de l’AA KH-M est évaluée à 1,340 millions d’habitants, les Russes étant majoritaires (66%).

L’état environnemental de la plaine de Sibérie occidentale au cours des dernières décennies présente tous les traits d’une situation de transition. On est passé d’une exploitation extensive de type pionnier dans le cadre d’une économie planifiée ne se souciant pas des problèmes d’environnement et des risques encourus par les populations à une exploitation à court terme dans un cadre ultra-libéral, tout aussi peu soucieux des pollutions et des dégâts causés.

 



La question de l’énergie – Etude de cas – 5ème – Géographie    rtf

La question de l’énergie – Etude de cas – 5ème – Géographie    pdf

Tables des matières Des hommes et des ressources - Géographie : 5ème