Inégalités devant les risques – Cours – 5ème – Géographie

Inégalités devant les risques – Cours – 5ème – Géographie

  • Les sociétés sont-elles toutes égales face aux risques?
  • Comment les sociétés font-elles face aux risques naturels?
  • L’homme aggrave-t-il les risques ?
  • Quelles catégories de risques existe-t-il ?
  • Quelles régions sont affectées par les risques naturels ?
  • Quelles parties de notre planète sont concernées par cette catégorie d’aléa ?

 

  1. I.     Introduction

Les catastrophes naturelles font de plus en plus de victimes à travers le monde, notamment en raison de la concentration des populations dans des zones exposées à des risques naturels variés. Toutefois, alors que les pays riches ont su développer des aménagements et des moyens de prévention efficaces afin de limiter les dégâts causés par ces catastrophes, les pays pauvres sont beaucoup plus exposés.

Aléa: Phénomène dangereux plus au moins probable dans un lieu donné.

Risque naturel: danger plus ou moins prévisible qu’un phénomène naturel fait courir à une population.

Catastrophe naturelle: événement brutal d’origine naturelle engendrant destruction et morts

Vulnérable: qui peut être facilement atteint

 

  1. II.  Des risques variés aux impacts croissants

1. Typologie des risques

Les sociétés font face à différents risques naturels qui se concrétisent sous la forme de catastrophes naturelles. Celles-ci provoquent d’importants dégâts matériels et peuvent faire de nombreuses victimes humaines :

Les cyclones sont des vents extrêmement violents issus des mers chaudes qui peuvent frapper violemment les littoraux.

Les tornades sont des vents très forts et tourbillonnants qui se forment sous des nuages d’orage et provoquent d’importants dégâts.

Les inondations sont généralement dues à des pluies torrentielles à cause desquelles les cours d’eau et les lacs débordent, inondant les zones habitées.

Les tremblements de terre (ou séismes) sont dus aux mouvements naturels des plaques tectoniques.

Les tsunamis sont des vagues géantes issues d’un tremblement de terre sous-marin au large des côtes.

Les éruptions volcaniques provoquent des remontées de lave, de gaz et de rochers qui peuvent être très dangereuses pour les populations environnantes.

Par ailleurs, il existe des risques provoqués par les activités humaines, qui sont généralement plus rares mais dont les conséquences sont très graves. Il s’agit de risques industriels, nucléaires, ou encore liés au transport de matières dangereuses.

2. Des catastrophes qui font de plus en plus de victimes

La concentration des populations dans les zones à risques a multiplié le nombre de personnes touchées par des catastrophes naturelles à travers le monde.

Les littoraux accueillent des populations toujours plus nombreuses, qui s’exposent ainsi à d’importants risques de cyclones ou de tsunamis.

Les grandes villes contiennent des quartiers particulièrement inondables. C’est souvent le cas des bidonvilles, dont la densité de population et la pauvreté augmentent la vulnérabilité des populations.

Les pentes des volcans, parce qu’elles offrent des terres fertiles propices à l’agriculture, sont entourées de zones d’habitations importantes, exposées à de graves risques d’éruptions volcaniques.

  1. III.   Des inégalités devant les risques dans le monde

1. Les pays riches largement protégés

Les pays développés ont construit des aménagements efficaces contre les risques naturels auxquels ils sont exposés (les digues sur les côtes contre les risques de tempête par exemple).

D’importants moyens de prévention ont également été développés afin de limiter les dégâts matériels et d’éloigner les populations exposées lorsqu’une catastrophe est annoncée.

Les normes parasismiques sont des règles qui obligent à construire des bâtiments offrant un certain niveau de résistance aux tremblements de terre.

L’utilisation de satellites permet de surveiller et d’annoncer les catastrophes liées à des intempéries, comme les cyclones ou les tornades.

Des plans d’évacuation sont définis afin d’éloigner les populations des zones exposées en cas de catastrophe.

Ces aménagements et moyens de prévention permettent de subir moins de dégâts matériels et de limiter le nombre de victimes humaines. Par ailleurs, les assurances couvrent les risques et permettent de procéder aux réparations nécessaires dans des délais rapides.

2. Les sociétés des pays pauvres beaucoup plus exposées

Dans les pays du Sud, les catastrophes naturelles font nettement plus de victimes et de dégâts.

Cette vulnérabilité supérieure s’explique en amont par :

Les constructions de qualité insuffisante qui ne résistent pas à des événements exceptionnels comme les séismes ou les fortes tempêtes.

Les capacités d’information des populations très limitées qui ne permettent pas d’évacuer les zones à risques en cas de catastrophe.

Par ailleurs, lorsque ces catastrophes ont lieu, les moyens déployés pour y faire face sont eux aussi inférieurs à ceux des pays riches :

Les infrastructures de transport sont faibles et de mauvaise qualité. Lorsqu’elles n’ont pas été endommagées ou détruites, elles demeurent difficilement praticables et rendent plus difficile l’acheminement des aides aux populations touchées.

Les pays pauvres n’ont généralement pas les moyens de répondre par eux-mêmes aux besoins des victimes : le sort de ces victimes repose donc sur l’aide internationale (ONU, ONG, pays riches) qui peut prendre un certain temps à être déployée et demeure parfois insuffisante.

Les dégâts provoqués par les catastrophes naturelles sont des dégâts de long terme : ni les populations ni les états touchés n’ont les moyens de procéder aux réparations qui s’imposent.

  1. IV.   Comment les sociétés font-elles  face aux risques naturels ?

Tous les pays, quel que soit le niveau de développement, peuvent être touchés par des aléas naturels. Mais, il y a plus de victimes dans les pays pauvres et des dégâts matériels plus importants dans les pays riches.

Les pays développés réalisent des aménagements qui permettent de lutter contre les risques (porte anti tsunamis au Japon). Ils mettent en place des moyens de prévention pour limiter l’ampleur de la catastrophe (surveillance satellite des cyclones, alerte et exercice d’entraînement au Japon, plans d’évacuation des populations aux États-Unis…)

Les pays pauvres manquent d’argent, de matériel… pour aider les victimes. Ils doivent compter sur l’aide internationale (ONU, ONG, états riches…).

  1. V.  L’homme aggrave-t-il les risques ?

 



Inégalités devant les risques – Cours – 5ème – Géographie   rtf

Inégalités devant les risques – Cours – 5ème – Géographie   pdf

Tables des matières Des sociétés inégalement développées - Géographie : 5ème