Impacts des pratiques agricoles sur l’environnement et la santé – 1ère ES – L – Cours

Cours de première ES – L sur les impacts des pratiques agricoles sur l’environnement et la santé

L’accroissement démographique de la population mondiale va nécessiter une augmentation des productions agricoles afin de satisfaire les besoins alimentaires. Il est donc indispensable de prendre en compte les impacts des pratiques agricoles sur l’environnement et la santé.

Impacts liés aux apports d’engrais

  • L’utilisation de produits phytosanitaires peu biodégradables a des conséquences sur les chaînes alimentaires connexes. Les produits sont de plus en plus concentrés dans les tissus des consommateurs jusqu’à atteindre le seuil de toxicité.
  • Les engrais azotés en excès, mais aussi les rejets et déjections des élevages intensifs, sont entraînés par les eaux de pluie jusqu’aux cours d’eau et aux nappes phréatiques. Au-delà de 50 mg/L de nitrates, l’eau n’est plus potable.
  • Les nitrates, très solubles dans l’eau, ils constituent la cause majeure de pollution par les engrais chimiques utilisés en agriculture. Apportés de manière excessive, ils ne sont pas absorbés en totalité par les végétaux et se retrouvent par ruissellement dans les eaux superficielles et par infiltration dans les nappes phréatiques, qui se trouvent alors contaminées.
  • Les nitrates sont une réelle menace pour l’environnement : ils sont à l’origine de l’eutrophisation des cours d’eau et des eaux marines littorales. Ils entraînent le développement excessif de végétaux comme les algues, qui appauvrissent le milieu en dioxygène, asphyxient la faune aquatique et se décomposent en libérant des gaz toxiques.
  • Médecins et scientifiques semblent relativement unanimes pour relativiser l’impact des nitrates sur la santé humaine. Cependant, la norme européenne autorisée pour une eau potable a été fixée, à partir des recommandations de l’OMS, à 50mg/L en fonction des risques encourus par les catégories de population les plus vulnérables. La durée de persistance des engrais dans le sol est très longue : même si l’on arrête aujourd’hui de fertiliser les sols, il faudrait plusieurs décennies pour retrouver une situation normale.

Pratiques agricoles et ressources en eau

Le développement démographique incite à l’accroissement de la production agricole, ce qui entraîne une augmentation des consommations d’eau, ce qui implique des prélèvements plus importants aussi bien dans les eaux superficielles que souterraines. Dans certaines régions, les prélèvements d’eau ont dépassé les possibilités de la ressource. C’est le cas de la mer d’Aral dont l’exploitation a abouti à un désastre écologique sans précédent : pour la culture du coton, espèce très exigeante en eau, la surexploitation de l’eau des fleuves alimentant cette mer a eu pour conséquence une diminution de 75 % de sa surface. Autrefois quatrième plus grande étendue d’eau intérieure du monde, la mer d’Aral est aujourd’hui un lac salé au milieu d’un désert.

Risques liés à l’utilisation de produits phytosanitaires

  • Utilisés de manière excessive, les pesticides peuvent aussi être entraînés par le ruissellement ou l’infiltration et se retrouvent dans l’eau et les sols.
  • Certains pesticides comme DDT (insecticide organochloré, puissant et très toxique) se dégradent très lentement dans la nature. Ils peuvent donc être transmis tout au long des chaînes alimentaires, mais avec une concentration de plus en plus importante dans les organismes quand ils passent d’un niveau à un autre.
  • Des études démontrent que l’exposition environnementale aux pesticides tend à augmenter le risque de développer certains cancers.
  • Différentes molécules utilisées pour améliorer le rendement des élevages comme les antibiotiques peuvent représenter un danger, car leur utilisation excessive peut conduire à l’apparition de souches bactériennes résistantes.

OGM, une solution à risques

  • L’industrie alimentaire développe des organismes génétiquement modifiés (OGM) dont l’un des avantages recherché est de réduire l’impact des intrants sur l’environnement. L’introduction de certains gènes dans le génome de la plante permet à la plante transgénique de résister à l’attaque des ravageurs sans apport ou traitement exogène et polluant.
  • On ne connaît pas encore l’impact de ces modifications sur la santé des consommateurs et sur l’environnement.

 



Impacts des pratiques agricoles sur l’environnement et la santé – 1ère ES – L – Cours   rtf

Impacts des pratiques agricoles sur l’environnement et la santé – 1ère ES – L – Cours   pdf

Tables des matières Impacts des pratiques agricoles sur l’environnement et la santé - Une agriculture pour nourrir les Hommes - Nourrir l'humanité - Sciences et technologie : Première ES L - 1ère ES L