Habiter la ville – Cours – 6ème – Géographie

Habiter la ville – Cours – 6ème – Géographie

  • Plus de la moitié de l’humanité vit en ville.
  • Les paysages urbains et la vie en ville dépendent de multiples facteurs au nombre desquels la culture et l’histoire, le cadre naturel, les activités, la situation démographique et le niveau de développement.

Le phénomène d’urbanisation a conduit plus de la moitié de l’humanité à vivre en ville depuis 2008. Face à cette tendance, les villes et les métropoles ont vu leur organisation évoluer selon des schémas différents dans le monde.

Cependant, si des facteurs d’attractivité importants ont incité les populations à se concentrer dans les villes, des problèmes majeurs ont émergé.

I. L’urbanisation massive et l’organisation des villes pour y faire face

1. Définitions : 

Une Métropole c’est la ville principale elle est à la tête d’une aire urbaine importante. Elle a une grande population, de grandes activités économiques et culturelles. Cela lui permet d’organiser l’ensemble de la région qu’elle domine. Elle n’est pas obligatoirement la capitale du pays

La métropole a de nombreuses fonctions (politiques, financières, culturelles), et parfois de grands  problèmes d’infrastructures (routes, métro…) et de logements (bidonvilles).

Une mégapole : ville géante de plus de 8 millions d’habitants.

Photographie aérienne : C’est une photographie vue de haut (50-150 mètres). Elle permet de voir le plan de la ville.

Coupe : On est à hauteur du sol. On voit l’ensemble de la ville. On peut expliquer son développement.

Schéma : Le schéma permet d’expliquer le développement de la ville. Il faut donc maîtriser la photographie aérienne et la coupe avant.

Urbain : En ville (urb = Rome)

Rural : Campagne

Exode rural : Je pars de la campagne pour aller en ville. Il y a de grandes différences entre certains modèles urbains : Paris, Chicago, Le Caire.

Un ghetto : quartier dégradé des villes américaines où se concentrent les populations pauvres.

Une migration pendulaire : allers et retours quotidiens du domicile au travail.

Un bidonville : quartier fabriqué avec des matériaux de récupération.

2. Une croissance urbaine spectaculaire depuis les années 1950 :

Depuis 2008, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville.

Les populations des pays développés sont déjà très urbaines : plus de 70% des Européens et Nord-Américains habitent en ville. Dorénavant, leur population urbaine augmente donc faiblement.

À l’inverse, en Asie et en Afrique, la population est encore rurale à 60% mais la croissance de la population urbaine y est extrêmement forte. L’exode rural et la croissance naturelle de la population urbaine sont notamment à l’origine du développement de métropoles gigantesques.

3. L’organisation des villes face à la hausse des populations urbaines :

En Europe, les villes se sont développées selon un schéma similaire :

  • Au centre de la ville se trouvent les vieux monuments historiques, les activités culturelles et le quartier d’affaires (bureaux, sièges d’entreprises, banques, etc.).
  • Le reste de la ville se compose essentiellement d’habitations et de petits commerces.
  • La périurbanisation a permis d’accueillir une population grandissante, par le développement de banlieues qui entourent la ville et regroupent des habitations, des usines, des bureaux et des services occupant beaucoup d’espaces (centres commerciaux, aéroports).

Les pays en développement font face à une croissance urbaine accélérée qui ne s’est souvent pas accompagnée d’une organisation adaptée de la ville. Les nouveaux arrivants ont ainsi commencé à construire leur habitation par eux-mêmes aux abords de la ville, et constitué des quartiers appelés bidonvilles.

II. Les facteurs d’attractivité des villes et leurs problèmes

1. Les facteurs d’attractivité des villes du Sud à la croissance spectaculaire

Les nouveaux arrivants des villes du Sud proviennent avant tout de l’exode rural, qui s’explique par plusieurs facteurs :

  • La pauvreté des campagnes des pays en développement fait fuir les jeunes.
  • La raréfaction des terres liée à la croissance démographique provoque des départs : la population augmente, chaque habitant dispose donc de moins de terres à cultiver et préfère tenter sa chance en ville.
  • Le contrôle de la famille ou de la communauté repousse également les jeunes.

Par ailleurs, la ville bénéficie d’une image très attractive aux yeux des populations rurales :

  • Elle est considérée comme un symbole de liberté et de modernité.
  • On espère y trouver du travail, en usine ou en exerçant des petits métiers.
  • Les conditions de vie y paraissent plus agréables: la ville dispose d’hôpitaux, d’écoles, d’universités, et peut servir de refuge en cas de guerre.

2. Les problèmes des grandes villes

Les métropoles des pays développés sont le théâtre de fortes inégalités :

  • Aux Etats-Unis, les ghettos (quartiers regroupant des populations pauvres, souvent de même origine ethnique) s’opposent aux riches banlieues pavillonnaires occupées par les populations aisées.
  • En France, les quartiers aisés du centre-ville masquent la pauvreté de certaines grandes banlieues.

Mais c’est dans les pays en développement que les problèmes sont les plus marqués, en raison de leur croissance extrêmement rapide et incontrôlée.

  • Les bidonvilles n’ont souvent pas accès à l’eau courante, à l’électricité ou aux égouts.
  • Les bidonvilles regroupent des populations pauvres qui se tournent vers la violence et les trafics qui génèrent une insécurité importante.
  • Le gigantisme des métropoles crée des problèmes de conditions de vie : pollution importante de l’air, saturation des transports, embouteillages.
  • Les villes n’ont généralement pas les moyens de répondre aux besoins de première nécessité : le ramassage des déchets est incomplet, l’évacuation des eaux usées inefficace. Il en résulte des villes sales en plus d’être polluées.

A retenir :

Les villes s’étalent de plus en plus :

  • Dans les pays développés, de nombreux citadins quittent le centre-ville pour s’installer à la campagne proche c’est la périurbanisation.
  • Dans les pays en développement, les grandes agglomérations deviennent gigantesques. Leur croissance très rapide provoque la formation de bidonvilles.

Le centre-ville est la vitrine de la ville :

  • Dans les villes des pays-riches, le centre-ville est parfois constitué de monuments anciens, ou par les gratte-ciel des bureaux d’affaires.
  • Dans les villes des pays pauvres, le centre-ville est constitué par les quartiers résidentiels pour les classes moyennes et supérieures.

Les périphéries :

  • Dans les pays riches, les banlieues sont essentiellement résidentielles. On observe de plus en plus des formes de ségrégation sociale : les habitants se regroupent par origine ou par niveau de vie.
  • Dans les pays pauvres, ce sont les bidonvilles.

 



Habiter la ville – Cours – 6ème – Géographie   rtf

Habiter la ville – Cours – 6ème – Géographie   pdf

Tables des matières Habiter la ville - Géographie : 6ème - Cycle 3