École : l’égalité hommes-femmes progresse

Selon un rap­port de la Banque mon­diale, les dis­pa­ri­tés hommes-femmes en matière d’éducation ne cessent de se résorber.

« Les dis­pa­ri­tés entre les gar­çons et les filles dans le pri­maire ont dis­paru dans presque tous les pays. […] Dans le secon­daire, les écarts se comblent rapi­de­ment et la situa­tion s’est même inver­sée dans de nom­breux pays, en par­ti­cu­lier en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Asie de l’Est ». C’est en tout cas ce qu’écrit la Banque mon­diale dans la der­nière édition de son « Rapport sur le déve­lop­pe­ment dans le monde », consa­cré au sta­tut des femmes.

L’édition 2012 de ce rap­port, « Égalité des genres et déve­lop­pe­ment », a été offi­ciel­le­ment pré­sen­tée en fin de semaine der­nière, à Washington, au cours d’une visio­con­fé­rence simul­ta­née avec plu­sieurs pays afri­cains. Selon la Banque mon­diale, l’égalité entre sexes dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment a donc beau­coup pro­gressé en quelques décen­nies : « Il y a plus de femmes sachant lire et écrire qu’il y en a jamais eu, constate notam­ment le rap­port. Entre 1950 et 2010, la durée moyenne de la sco­la­rité pour les femmes de plus de 15 ans dans les pays à bas reve­nus est pas­sée de 1,5 à 6,5 années. Alors qu’elle est pas­sée de 2,6 à 7,6 années pour les hommes. »

Ces pro­grès, pour l’heure moins nets « dans les popu­la­tions défa­vo­ri­sées de nom­breux pays d’Afrique sub­sa­ha­rienne ainsi que dans cer­taines régions d’Asie du Sud », ne trouvent tou­te­fois pas encore leur concré­ti­sa­tion dans le monde du tra­vail, où de fortes inéga­li­tés per­durent. « D’autres dis­pa­ri­tés sub­sistent », selon la Banque mon­diale, comme une mor­ta­lité supé­rieure chez les femmes, en par­ti­cu­lier dans les pays les plus pauvres.

Source(s) :
lePoint.fr, le Figaro, le Soleil (Sénégal), le Monde, 20 minutes, Terrafemina.com