Comportement sexuels et phénomènes biologiques associés – 1ère ES – L – Cours

Cours de première ES – L – Devenir femme ou homme – Sciences

Comportement sexuels et phénomènes biologiques associés  

Le comportement sexuel chez les Mammifères comprend toutes les actions associées à l’accouplement. Il est contrôlé par les hormones et par le système de récompense qui est prépondérant dans la sexualité de l’Homme.

Influence des hormones sur le comportement sexuel des Mammifères

  • Chez les Mammifères adultes non Hominoïdes, il y a une relation directe entre le comportement sexuel et les sécrétions hormonales.
  • Les femelles sont réceptives pendant la période d’ovulation, contemporaine de la période de chaleurs (ou œstrus) ; on parle de cycle œstrien. C’est à ce moment-là que la concentration en œstradiol est la plus élevée.
  • Chez les mâles, la testostérone est indispensable au comportement sexuel qui est souvent déclenché par des stimuli émis par les femelles (odeurs, dégagées, coloration…).
  • Chez les primates adultes Hominoïdes (Hommes et grands Singes), l’influence des hormones dans le comportement sexuel diminue : les rapports sexuels se déroulent pendant une grande partie du cycle menstruel et ne sont donc pas limités à la période d’ovulation.
  • L’espèce humaine est la seule où le comportement sexuel est dissocié des sécrétions hormonales.

Prépondérance du système de récompense dans la sexualité des Hominoïdes

  • Des expériences sur des rats chez qui on a implanté des électrodes de stimulation dans certaines régions du cerveau ont montré que les rats recherchent les effets de cette stimulation en s’auto stimulant de manière répétitive. On a ainsi pu montrer qu’il y a un circuit dans le cerveau qui procure du plaisir, nommé pour cette raison le système de récompense.
  • Le système de récompense comprend plusieurs régions cérébrales dont le noyau accumbens et l’aire tegmentale ventrale, reliées entre elles par des neurones qui libèrent un neurotransmetteur, la dopamine.

Quand ces neurones sont stimulés, ils libèrent de la dopamine dans plusieurs régions du cerveau, ce qui va engendrer une sensation de plaisir.

  • L’activité des neurones à dopamine et donc la libération de dopamine est freinée en permanence par des neurones inhibiteurs.
  • Les neurones inhibiteurs possèdent sur leur membrane des récepteurs sur lesquels se fixe un neurotransmetteur appelé enképhaline. Cette fixation engendre une diminution de l’activité des neurones inhibiteurs, ce qui a pour conséquence une augmentation de libération de dopamine.
  • Cette libération accrue de dopamine est à l’origine d’une sensation de plaisir.
  • Le comportement sexuel de l’Homme est largement influencé par des facteurs affectifs et par le contexte culturel dans lequel il vit.
  • L’orientation sexuelle (homosexualité, transexualité…) relève quant à elle de l’intimité des individus.

 



Comportement sexuels et phénomènes biologiques associés  – 1ère ES – L – Cours   rtf

Comportement sexuels et phénomènes biologiques associés  – 1ère ES – L – Cours   pdf

Tables des matières Comportement sexuel et phénomènes biologiques associés - Devenir femme ou homme - Féminin / masculin - Sciences et technologie : Première ES L - 1ère ES L