Caractéristiques de notre environnement – 6ème – Cours – SVT

Caractéristiques de notre environnement – 6ème – Cours – SVT  – Sciences de la vie et de la Terre

Les caractéristiques de notre environnement

 

  • Que peut-on observer dans notre environnement ?
  • Comment sont classées les différentes composantes de notre environnement ?
  • Comment les êtres vivants se répartissent-ils dans cet environnement ?
  • Comment varient les caractéristiques physiques de notre environnement ?
  • Comment les composantes du milieu interagissent entre elles ?
  • Comment sont organisées les relations entre les différentes composantes de l’environnement ?

 

  1. I.     Définitions

L’environnement est notre cadre de vie : c’est l’ensemble des éléments naturels, faune, flore, et artificiels.

Les éléments appelés artificiels sont : construction humaine, traces de l’activité humaine, pollution qui le constituent.

L’environnement comprend différents  » milieu de vie  » de tailles très variables : une forêt, un champ, une pelouse, un vieux mur, un coin de fleurs. Notre environnement se situe dans l’hémisphère Nord, au niveau du 45ème parallèle, sous un climat tempéré.

  1. II.  Les composantes de notre environnement

Sur cette photographie, on observe des immeubles, un quai, un cours d’eau enjambé par un pont, des rochers et des végétaux. Sous ce pont passent des bateaux.

Notre environnement comprend les êtres vivants et le monde non vivant.

Du vivant :

Les êtres vivants appartiennent à deux grands groupes :

– la faune, ensemble des animaux d’une région ;

– la flore, ensemble des végétaux d’une région.

Ils se caractérisent par un cycle de vie à durée variable. Ils naissent, croissent, se reproduisent et meurent. Ils  sont en relation les uns avec les autres mais aussi avec les éléments naturels non vivants, les minéraux.

Du non vivant :

Le monde non vivant comprend :

• les éléments minéraux :

– l’eau, liquide ou solide, salée ou douce, qui occupe la majeure partie de la surface terrestre et se trouve sous forme de vapeur d’eau dans l’atmosphère ;

– les roches qui occupent le sous-sol et participent à la formation du sol ;

– air sous forme de gaz, qui contient une grande quantité de diazote, une quantité importante de dioxygène, du dioxyde de carbone et des traces de gaz rares ;

• les restes des êtres vivants : plumes d’oiseau, os, bois, feuille tombée, cadavres.

• les productions humaines : elles proviennent des composantes minérales, des restes d’êtres vivants et des marques de l’activité humaine (champs, maisons, ponts, etc.).

Critères de distinction entre les composantes

Il est difficile de distinguer les composantes vivantes des composantes non vivantes.

Certains critères ne permettent pas cette distinction :

Le déplacement ne permet pas de faire la distinction entre le vivant et le non vivant : une goutte d’eau ruisselle et coule vers la rivière; l’air, sous forme de vent, souffle alors que l’arbre reste fixe ;

L’état physique, a priori utilisable, paraît difficile à exploiter : tous les êtres vivants sont solides, alors que les éléments non vivants peuvent être solides, liquides ou gazeux. Ils peuvent même changer d’état de façon réversible comme l’eau.

D’autres critères renseignent sur les composantes vivantes et non vivantes.

L’alimentation sépare bien les deux mondes. Le monde non vivant ne s’alimente pas, alors que tous les êtres vivants prélèvent des aliments et de l’eau dans leur environnement. Il faut noter que la faune et la flore réalisent cette fonction différemment et que certains êtres vivants hibernent à certaines périodes et cessent de s’alimenter.

 La reproduction est la caractéristique du monde vivant par excellence. Elle sépare clairement les êtres vivants des éléments non vivants. En effet, tous les êtres vivants sont capables de se reproduire et de laisser une descendance.

  1. III.   Les relations entre les composantes de notre environnement

Les différentes composantes d’un milieu, êtres vivants et minéraux, ne sont pas indépendantes. En effet, elles établissent entre elles des relations indispensables à la vie des êtres vivants.

1. Relations entre les composantes de l’environnement

Des relations de tout genre s’établissent entre un être vivant et un autre, entre un être vivant et un élément minéral. Chaque relation met en évidence une activité particulière de :
– type alimentaire entre la lionne et la gazelle, et aussi entre les joncs et l’eau ;
reproduction entre la rainette mâle et la rainette femelle ;
déplacement entre le ragondin et l’eau ;
compétition entre le rouge-gorge et le merle qui se disputent un ver de terre ;
transport entre l’Homme et l’eau ;
parasitisme entre le gui et le pommier, etc.

2. Relations entre les êtres vivants

a. Relations alimentaires

• Entre un champignon et un végétal : c’est le cas, par exemple, d’un champignon appelé langue-de-bœuf qui pousse sur les chênes dans lesquels il puise sa nourriture tout en entraînant la destruction du chêne.
• Entre deux animaux : un hérisson mangeant un serpent, une taupe un ver de terre.
• Entre un végétal et un animal : un escargot qui dévore une salade, un moineau qui mange des graines.

b. Relations de support

• Les phasmes ou les papillons, comme les phalènes, se servent des végétaux comme support, mais également comme abri, puisque par mimétisme, ils se confondent avec le végétal.

• La plupart des oiseaux se servent également des branches ou du tronc des arbres pour se reposer ou y construire un nid.

c. Relations de transport

De nombreux animaux sont responsables du transport et de la dispersion d’un grand nombre de graines qu’ils rejettent dans leurs excréments.

3. Relations entre les êtres vivants et les éléments minéraux

a. Relations végétal-minéral

La plupart des végétaux ont besoin d’un support pour se fixer. Celui-ci peut prendre des formes variées :
• un sol pour les végétaux à racines ;
• un mur ou un morceau de roche pour les lichens et certaines mousses qui n’ont pas de racines.

Ce support, quand il s’agit d’un sol, permet également à tous végétaux qui possèdent des racines d’établir des relations alimentaires avec les composantes minérales du sol. En effet, les végétaux vont y puiser les sels minéraux et l’eau nécessaires à leur croissance.

L’eau d’un étang ou d’une mare peut également servir de support et de nourriture à des végétaux comme les renoncules d’eau dont les racines se développent dans l’eau.

D’autres plantes aquatiques, comme certaines mousses, vivent sous l’eau, accrochée aux rochers, et se nourrissent de particules minérales en suspension dans l’eau.

b. Relations animal-minéral

Certains animaux établissent continuellement des relations avec les substances minérales :
• le ver de terre (lombric) établit une relation alimentaire avec le sol en absorbant l’eau, les sels minéraux et la matière organique en décomposition du sol qui lui sert également d’abri comme à la plupart des êtres vivants du sol ;
• la larve de phrygane se protège elle aussi dans un fourreau réalisé à l’aide de petits cailloux collés les uns aux autres.
Tous les animaux établissent également une relation alimentaire avec l’eau qui est essentielle à leur survie.

  1. IV.   Mesure des caractères physiques de l’environnement

Dans un environnement, chaque endroit a des caractéristiques physiques qui lui est propre, c’est-à-dire qui lui appartient, éclairement (mesuré en Lux avec un luxmètre), température (mesurée en degrés Celsius °C avec un thermomètre), humidité (mesurée en pourcentage % avec un hygromètre). Dans un milieu, les êtres vivants présents semblent répartis suivant ses caractéristiques. Nous avons effectué ainsi un tableau de mesures lors de la sortie et dans la cours de récréation, ainsi que le schéma des mesures, champ, pré, rivière.

 



Caractéristiques de notre environnement – 6ème – Cours – SVT   rtf

Caractéristiques de notre environnement – 6ème – Cours – SVT   pdf

Tables des matières Environnement proche etres vivants - SVT : 6ème - Cycle 3