Bouleversements culturels et intellectuels du XVe au XVIIe siècle – 5ème – Cours – Histoire

Bouleversements culturels et intellectuels  du XVe au XVIIe siècle – 5ème – Cours – Histoire

  • Où et comment se manifeste le renouveau artistique ?
  • Pourquoi et comment la Chrétienté d’Occident se divise-t-elle ?
  • Quelle est la nouvelle vision du monde apportée par la science ?

Je me repère dans l’espace et dans le temps

A partir du XV éme siècle, l’Europe s’ouvre sur le monde et constitue les premiers empires coloniaux. Un renouveau artistique se manifeste à partir de l’Italie puis se diffuse. Enfin, une crise religieuse divise la chrétienté d’occident.

Définitions :

Un mécène : une personne qui protège écrivains, artistes et savants en les aidants financièrement.

Les reformes protestantes : les changements religieux qui ont donné naissance à de nouvelles Eglises Chrétiennes, dites protestantes.

Une indulgence : le pardon d’un péché

L’ordre des Jésuites : l’ordre religieux créé par Ignace de Loyola au XVI éme siècle. Il se met au service du pape et défend la religion catholique par l’enseignement et les missions dans les pays lointains.

Un humaniste : (du latin humanus : instruit, cultivé) : un intellectuel du XVI éme siècle qui se consacre à l’étude des auteurs antiques de l’homme.

 

 

 

I. La renaissance artistique

 

1. L’Italie, foyer de la Renaissance

Au XVe au XVIe siècle, les villes italiennes sont le foyer d’un renouveau artistique majeur : la Renaissance. En rupture avec l’art du Moyen-Age, les artistes de la Renaissance s’inspirent de l’art gréco-romain de l’Antiquité.

La Vierge à la chaise de Raphael  (Huile sur bois, diamètre 0.71m, 1514, Palais Pitti, Florence.)

Les souverains d’Italie, le pape, les riches et les citadins passent de nombreuses commandes aux artistes dont ils deviennent les mécènes.

Le nord de l’Italie constitue le berceau de la Renaissance artistique. Florence est au cœur de ce renouveau : au XVe siècle, la famille Médicis gouverne la ville et passe de très nombreuses commandes auprès des artistes les plus renommés de la Renaissance italienne. Cette dynastie de mécènes a ainsi fait de Florence la véritable capitale artistique de l’Europe.

A partir du XVIe siècle, Rome et Venise deviennent des centres importants de la Renaissance.

2. Les nouvelles formes de l’art :

L’art de la Renaissance prend plusieurs formes, notamment la peinture, la sculpture et l’architecture. Il s’inspire de l’Antiquité : les artistes utilisent des thèmes, des personnages et des événements tirés de la Bible et de la mythologie grecque et romaine.

Les arts de la Renaissance présentent de grandes caractéristiques communes :

L’architecture reprend des formes et des éléments de l’architecture antique (dômes, colonnes, frontons). Les architectes cherchent à dépasser le modèle antique en apportant des nouveautés (terrasses, dômes immenses). Les peintures et les sculptures placent l’Homme au cœur de l’œuvre. Ils représentent des personnages nus, conformément à la tradition antique.  Ils s’attachent à respecter le plus précisément possible les proportions en profitant du développement de l’anatomie pour mieux représenter le corps humain.

Les peintres font d’importants progrès et les artistes dépassent le modèle antique.

La remise des clefs à saint Pierre, de Le Pérugin, (Fresque de la Chapelle Sixtine, 1481-1482, 3.35mx5.5m. Rome).

Les architectes créent des dômes gigantesques pour représenter la perspective et donner de la profondeur à leurs œuvres, ainsi de nouvelles techniques de peintures émergent (peinture à l’huile issue des Pays-Bas, peinture sur toile et non plus sur du bois ou des murs).

3. La propagation de la Renaissance à travers l’Europe

 

Rapidement, la Renaissance artistique italienne encourage les artistes européens.

En France, le roi François Ier incite des artistes italiens à rejoindre sa cour (Léonard de Vinci). La Renaissance artistique se manifeste surtout dans les châteaux de la Loire et d’Ile-de-France.Comme par exemple le château de Chenonceau (document ci-contre) l’ancien château (1) construit au XIIIe siecle a eté remplacé par un nouveau plus agréable à vivre (2)

Aux Pays-Bas et en Allemagne, les artistes s’inspirent de la Renaissance italienne mais conservent leur originalité. Les peintres s’attachent notamment à représenter des scènes de la vie quotidienne ou de la religion plutôt que des thèmes mythologiques..

 

II. La crise religieuse

 

1. Les réformes protestantes

 

  • Les critiques contre l’Eglise catholique

Au début du XVIe siècle, les critiques à l’égard de l’Eglise catholique se multiplient. C’est essentiellement l »enrichissement du clergé et l’ignorance des curés qui est montré du doigts.

En 1517, le moine allemand Martin Luther publie 95 critiques contre la vente des indulgences par le pape, destinée à financer la construction de la basilique Saint-Pierre-de-Rome.

 

  • La création de l’Eglise luthérienne

En 1520, Luther brûle la lettre du pape qui le menace d’excommunication et fonde l’Eglise luthérienne. Première Eglise protestante, elle se distingue de l’Eglise catholique sur plusieurs sujets :

Luther ne conserve que deux des sept sacrements chrétiens : le baptême et la communion.

Luther n’autorise pas le culte des saints et de la Vierge : il n’autorise que des représentations du Christ dans les églises.

Les pasteurs remplacent les évêques et les curés. Ils sont autorisés à se marier.

Luther traduit la Bible en allemand afin qu’elle puisse être lue par tous.

En 1521, il est excommunié par le Pape. La charte d’Augsbourg, publiée en 1530, définit précisément la doctrine luthérienne.

  • L’apparition d’autres Eglises protestantes en Europe

Après la création de l’Eglise luthérienne en 1520, d’autres Eglises protestantes sont créées et s’éloignent des règles prescrites par le pape. Le français Jean Calvin s’installe en Suisse et crée en 1541 une Eglise plus stricte et plus sévère que l’Eglise luthérienne. En Angleterre, le roi Henri VIII fonde l’Eglise anglicane dont il se proclame le chef.

 

2. Les catholiques et les protestants s’opposent

 

  • La réaction de l’Eglise catholique face à la montée du protestantisme

Le pape entreprend plusieurs projets afin de répondre à la prolifération des Eglises protestantes. En 1537, il encourage la naissance de l’ordre des Jésuites. Fondé par Ignace de Loyola, l’ordre des Jésuites prend la défense de la religion catholique à travers le monde, à travers l’enseignement et l’aide aux populations. En 1545, le pape ouvre le concile de Trente (en Italie), qui se conclut en 1563. Les décrets du concile rappellent les principes du catholicisme et soulignent les oppositions entre catholicisme et protestantisme. En 1559, il publie une liste de livres que les catholiques ont l’interdiction de lire en raison de leur caractère immoral ou contraire à la foi : c’est l’Index.

 

  • Les catholiques et les protestants s’affrontent, c’est la guerre

Au XVIe siècle, les guerres de religion se multiplient en Europe entre catholiques et protestants (Empire allemand, France, Pays-Bas espagnols). En 1578, les provinces protestantes des Pays-Bas espagnols fondent les Provinces Unies afin d’échapper aux persécutions du roi d’Espagne catholique.

De 1618 à 1648, la guerre de Trente Ans oppose les Etats catholiques et protestants du Saint Empire. Au terme de la guerre de Trente Ans, l’Europe se divise entre Etats catholiques et Etats protestants.

 

III. La révolution de la pensée scientifique aux XVIe et XVIIe siècles

C’est le courant humaniste qui est le socle de ce changement dans la pensée. L’humanisme place l’Homme au centre de sa réflexion, et non plus Dieu. La curiosité intellectuelle et l’esprit critique vont animer de grandes avancées dans les principaux domaines scientifiques. Les hommes de science du XVIe siècle tentent ainsi de mieux comprendre et décrire le monde.

 

  • Les grandes avancées scientifiques 

L’étude des ouvrages de l’Antiquité grecque, romaine, et même du Moyen Âge arabe permet des progrès conséquents en mathématiques et en géométrie. Au XVIIe siècle, en France, Pascal met au point la première machine à calculer. La remise en question des théories jusque-là admises bouleverse également la médecine en 1543, le médecin flamand Vésale publie un livre d’anatomie richement illustré, élaboré à la suite de dissections sur le corps humain, ce qui permet d’en comprendre l’organisation. En 1628, le médecin anglais Harvey découvre la circulation sanguine. Léonard de Vinci, savant universel, s’intéresse à la mécanique et à la physique. Il crée des machines révolutionnaires dans leur principe, même si elles n’ont jamais pu être construites : hélicoptère, scaphandre, sous-marin, char de combat, automates, roulement à billes, etc.

L’astronomie fait un bond de géant à cette époque ! Au XVIe siècle, remettant en question le système admis par les Anciens et la Bible, le Polonais Copernic établit que la Terre tourne autour du soleil, et non l’inverse. Au siècle suivant, l’Italien Galilée reprend les travaux de Copernic et crée en 1609 sa première lunette astronomique, dont il se sert pour observer les astres, découvrir les satellites de Jupiter et les anneaux de Saturne. Il confirme le système copernicien d’héliocentrisme (le soleil au centre du système solaire). En 1687, l’Anglais Newton, reprenant les travaux de Kepler, découvre la gravitation universelle.

 



Bouleversements culturels et intellectuels  du XVe au XVIIe siècle – 5ème – Cours – Histoire   rtf

Bouleversements culturels et intellectuels  du XVe au XVIIe siècle – 5ème – Cours – Histoire   pdf

 

Tables des matières Vers la modernité: Bouleversements culturels et intellectuels - Histoire : 5ème