Amélioration des races animales et des variétés végétales – 1ère ES – L – Cours

Cours de première L – ES – Sciences

Amélioration des races animales et des variétés végétales

Sélectionner, multiplier des organismes à fort rendement peut être une solution pour améliorer les productions agricoles dans une gestion durable de l’environnement.

Améliorer la production par la sélection génétique d’organismes performants

  • Pour obtenir des producteurs plus performants (de meilleur rendement, plus résistant aux maladies …), le sélectionneur choisit deux individus « parents » possédant chacun les qualités recherchées et qu’il souhaite retrouver associées dans leur descendance.
  • A partir des parents sélectionnés, il est nécessaire de créer des lignées pures pour les caractères recherchés. Pour cela, on pratique des croisements entre végétaux ou, dans les élevages, par des accouplements entre parents proches. Les descendants qui ne possèdent pas le caractère recherché ne sont pas retenus et l’opération est répétée pendant plusieurs générations, jusqu’à obtenir uniquement des individus présentant le caractère recherché.
  • Le croisement entre les lignées pures sélectionnées donne des hybrides F1 (pour 1re fécondation). Ces hybrides sont tous identiques entre eux et sont plus performants car ils réunissent les caractères parentaux recherchés : on parle de « vigueur hybride ».

Améliorer les producteurs par des manipulations génétiques

  • Dans le domaine de l’agriculture, la transgénèse consiste à transférer un gène d’intérêt agronomique afin d’améliorer génétiquement les producteurs.
  • Pour les cultures, la transgénèse permet :
  • De produire plus : en augmentant les rendements des cultures par le transfert par exemple d’un gène permettant aux végétaux de résister à des parasites ou des ravageurs.
  • De produire mieux : par le transfert par exemple de gènes améliorant la valeur nutritionnelle des végétaux.
  • Pour les élevages, les effets recherchés sont :
  • Accélérer la croissance animale grâce au transfert du gène de l’hormone de croissance.
  • Réduire les pathologies par l’obtention de lignées d’animaux devenus génétiquement résistants à des maladies.

Multiplier les producteurs performants par bouturage ou clonage

  • La reproduction asexuée est la capacité que possèdent certains être vivants à se multiplier sans faire intervenir la fusion de deux gamètes de sexes opposés. Elle aboutit à la production d’un clone : ensemble d’individus génétiquement identiques entre eux et à leur parent unique.
  • Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour cloner des espèces végétales cultivées dont :
  • Le bouturage, multiplication d’un végétal en replantant un fragment de celui-ci (feuille, tige…).
  • Le clonage « in vitro », réalisé à partir de cellules prélevées au cœur des bourgeons ou de fragments d’organes.
  • Les intérêts de cette technique sont d’obtenir :
  • Un grand nombre de plants rapidement, sans la contrainte imposée par les saisons et avec un encombrement minimal.
  • Des individus sains, les cellules des bourgeons n’abritent jamais de virus. Ceci a permis de sauver des variétés qui étaient condamnées à disparaitre.
  • Le clonage animal est obtenu par « transfert de noyau » d’une cellule d’un animal donneur dans ovule d’un animal receveur vidé de son noyau.

 



Amélioration des races animales et des variétés végétales – 1ère ES – L – Cours  rtf

Amélioration des races animales et des variétés végétales – 1ère ES – L – Cours   pdf

Tables des matières Amélioration des races animales et des variétés végétales - Une agriculture pour nourrir les Hommes - Nourrir l'humanité - Sciences et technologie : Première ES L - 1ère ES L