« I-Professionnel » pour les enseignants du privé : c’est parti !

Une circulaire du 20 juillet 2009 prévoyait qu’après une période d’essai au cours du 1er semestre 2009 dans les académies d’Aix-Marseille et de Rennes, ce service serait disponible courant septembre 2009 pour tous les enseignants du privé sous contrat.

Cela a pris un peu plus de temps, mais le déploiement est désormais effectif à Aix-Marseille, Besançon, Bordeaux, Caen, Corse, Créteil, Dijon, Grenoble, Guadeloupe, Guyane, Lille, Limoges, Lyon, Martinique, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Paris, Reims, Rennes, Réunion, Strasbourg.

En sont encore exclues à ce jour les académies d’Amiens, Clermont-Ferrand, Orléans-Tours, Poitiers, Rouen, Toulouse et Versailles.

Cette application concerne les enseignants des 2nd et 1er degrés, et pour ces derniers ceux des écoles sous contrat simple (dont ceux des IME-IMP) comme sous contrat d’association.

Mise en place en 2005 dans le public, l’application i-prof est accessible par chaque enseignant pour à la fois
- fournir des informations juridiques « made in ministère »,
- permettre l’accès à certaines données personnelles dématérialisées,
- pouvoir contacter son service gestionnaire par mél,
- permettre l’ajout d’informations qu’on souhaite porter à la connaissance de l’administration, en particulier dans la rubrique « CV ».

Mais cette application a connu peu de succès, et le ministère a voulu la relancer en 2008 en obligeant les enseignants du public à l’utiliser pour l’inscription au mouvement ou sur les listes d’aptitude.

La version prévue pour le privé – dénommée bizarrement « I-Professionnel » – est d’usage plus réduit puisqu’elle ne permettra pas de s’inscrire en ligne au mouvement de l’emploi (même si certaines interfaces font un lien vers la page du site académique consacrée au mouvement) ou aux différentes listes d’aptitudes.

Qu’est-ce qu’I-Professionnel ?

I-Professionnel est présenté comme un outil d’information et de communication , pour lequel chacun a un accès individuel (un compte utilisateur et un mot de passe) et où chacun peut :
- consulter des éléments de son dossier administratif : cependant, parce que beaucoup de documents ne peuvent pas être « dématérialisés », il ne remplace pas le dossier « papier » complet qui reste consultable au rectorat.
D’après l’annonce, il permettrait d’obtenir un aperçu de sa carrière, de connaître la prochaine date de promotion…

- consulter un guide règlementaire retraçant les règles statutaires applicables aux maîtres en fonction dans les établissements d’enseignement privés sous contrat. Si cette initiative est intéressante puisqu’elle permettrait de faire de chaque enseignant du privé un individu plus au fait de ses droits, il reste à voir la qualité de l’information juridique ainsi stockée.
Pour info, le guide juridique du SUNDEP fait 1.750 pages parce que le droit dans l’enseignement privé est particulièrement complexe, mêlant droits public et privé !

- contacter son service gestionnaire par mél. Grand progrès … qui restera à concrétiser de façon efficace car les sous-effectifs dans l’administration rectorale et des inspections académiques conduisent rendent souvent à des réponses longues à obtenir et incomplètes …

- ajouter les informations qu’il souhaite porter à la connaissance de l’administration, en particulier dans la rubrique « CV ».

Comme indiqué plus haut, la circulaire du 20 juillet 2009 ne prévoit pas pour le privé l’inscription en ligne au mouvement ou aux différentes listes d’aptitudes et tours extérieurs.

Mode d’emploi de I-ProfessionnelLorsque vous accédez au serveur, vous avez le choix entre plusieurs services, en cliquant sur les onglets suivants :

1- Votre courrier :il permet d’accéder à votre boîte de dialogue « I-Professionnel » et donc de communiquer avec votre gestionnaire (signalement d’erreurs dans votre dossier, demande d’informations…) ;

2- Votre dossier : il est composé de plusieurs rubriques permettant d’accéder à une synthèse de votre dossier administratif, puis à toutes les rubriques le composant (échelle de rémunération et échelon actuels, position, congés, modalités de service, affectations, notation…) ;

3- Vos perspectives : il permet de consulter vos perspectives de promotions éventuelles ainsi que les différentes possibilités d’évolution de votre carrière (les possibilités de changement d’affectation, les modalités de cessation d’affectation…) ; sur ces différents écrans, vous pouvez cliquer sur des liens vous permettant d’accéder aux pages concernées du guide règlementaire ;

4- Votre CV : il s’agit d’un espace personnel que vous pouvez renseigner ;

5- Les services : il permet d’accéder directement, via des liens, aux sites consacrés aux concours de personnels enseignants (public et privé)

6- Le guide : vous accédez au guide recensant l’ensemble des règles statutaires applicables aux maîtres en fonction dans les établissements d’enseignement privés sous contrat.

Pour se connecter :
- à l’adresse https://bv.ac-nomacadémie.fr/iprofessionnel
- s’identifier en renseignant :
* le compte utilisateur : 1re lettre du prénom suivie du nom de famille, sans espace ni point, en minuscules ;
* le mot de passe : il s’agit de votre NUMEN, saisi en majuscules (vous pouvez, par la suite, modifier ce mot de passe via la messagerie I-Professionnel.En cas d’oubli ou d’absence des éléments vus plus haut :
- pour le compte utilisateur : prendre contact avec le secrétariat de votre chef d’établissement ;
- pour le mot de passe : soit vous adresser à votre chef d’établissement si vous utilisez votre NUMEN, soit à la plate forme d’assistance informatique (n° de téléphone) qui réinitialisera votre mot de passe par votre NUMEN.

Un guideest aussi disponible (pour le moment basé sur l’application i-prof destinée au public).

 Une application neutre ?

Si l’amélioration de la transparence administrative et de l’information juridique est une bonne chose (particulièrement pour les profs du privé, très mal informés sur leurs droits !), cette application pose cependant plusieurs problèmes.

Des faiblesses de sécurité d’accès et de respect de la vie privée

La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), dans l’avis autorisant la mise en œuvre d’I-prof, demandait au ministère d’améliorer la sécurité par un système de clé ou de carte d’identification permettant d’authentifier l’utilisateur.

Le ministère a jusque là refusé d’appliquer cette recommandation. Actuellement toute personne en possession du NUMEN d’un enseignant peut, de fait, accéder au dossier personnel de celui-ci.

I-Professionnel incitera par ailleurs l’enseignant à faire part de toutes les activités extra scolaires qu’il souhaite rajouter à son CV. Comme « Facebook » et les réseaux sociaux sur Internet le démontrent, ces déclarations certes volontaires ne sont pas sans danger notamment par la confusion entre sphère administrative et sphère privée.

Une logique managériale

Cette application induit une logique individuelle qui va de la mise en concurrence des enseignants entre eux (dépôt sur le CV d’expérimentations vitrines pour tenter de se faire valoir auprès de la hiérarchie) à une logique de rémunération « au mérite ».

Elle remet aussi en cause la protection de l’enseignant dans l’exercice de sa mission par le droit à un déroulement de carrière à l’abri des pressions de toute sorte. Il suffit d’imaginer un instant un collègue du premier degré qui aurait fait état il y a 20 ans d’un investissement pédagogique particulier dans telle méthode d’apprentissage de la lecture, aujourd’hui vouée aux gémonies, pour comprendre l’enjeu.